titre whyislife article V2
stephane briot le developpement personnel

En finir avec l’angoisse

Allez ! Il est temps d'en finir avec l'angoisse. Attention pas de remède miracle non. Va falloir traverser la chose. Récit autobiographique.

Le mail que te secoue la pulpe
Ce n'est pas le cul vissé dans un fauteuil, la tête dans les nuages et les pieds dans tes chaussons que tu vas trouver le chemin de ton propre succès.
Voici comment le trouver.

Dans ce billet

En finir avec l’angoisse, est-ce vraiment possible ? En grande partie, oui. Mais l’angoise, c’est quoi, d’où ça vient ?


Question : avez-vous confiance en vous ? 

Oui ? Non ? Vraiment... Hé bien, vérifions cela ! 

Répondez à ces quelques questions et dans moins de 5 minutes, vous en saurez plus sur vous grâce à ce test scientifique élaboré par des psychologues. 

Vos résultats vous seront communiqués par mail.

Avez vous confiance en vos propre décisions ?
Seriez-vous inquiet si l'on vous demandait de prononcer un discours au mariage d'un ami ?
Vous arrive-t-il de proposer des idées lors de réunion ?
Lors d'une soirée, vous allez volontiers rencontrer de nouvelles personnes ou bien vous restez avec vos amis
Seriez-vous très nerveux à l'idée de rencontrer des personnalités importantes (star, homme ou femme politique, ...)
Vous préoccupez-vous de votre apparence
Vous considère-t-on comme une personne très positive
Faites-vous du sport uniquement pour gagner ou pour le plaisir
Vous êtes vous déjà inscrit à un jeu télévisé
Que penseriez-vous de donner une conférence sur un sujet que vous maitrisez bien
Aimez-vous aborder les personnes influentes quand vous en avez l'occasion
Croyez-vous au pouvoir de la pensée positive
Avez-vous déjà appellé une émission de radio ou de télé pour participer à un débat
Vous arrive-t-il de vous opposer à votre supérieur
Vous participez à une dicussion au sein de laquelle tout le monde s'oppose à votre point de vue
Accepteriez-vous de sauter à l'élastique pour une oeuvre de charité ?
Vous venez de patienter un long moment dans la file d'attente, c'est à voutre tour et la personne au guichet est particulièrement agressive et fait preuve de mauvaise volonté
Vous arrive-t-il de prendre le parti de la minorité au cours d'un débat
Aimez-vous flirter avec d'autres personnes
Êtes vous nerveux à l'idée d'être vu nu(e)
Jouez-vous un rôle particulier en famille durant les fêtes de Noël
Vous êtes en voiture, il fait beau, et voici une belle ligne droite bien dégagée
Quand vous achetez un billet de loterie, à quel point espérez vous gagner ?
Voyager en avion
Votre entreprise va être entièrement réorganisée
Completez le formulaire ci-dessous pour voir les résultats

L’angoisse, je crois qu’à peu près tout le monde connait. Et chacun sera d’accord pour dire qu’il est plus agréable de vivre sans. D’où la mise en place d’astuces (en psychologie on parle de stratégies) pour éviter de la croiser sur sa route.

Alors, c’est quoi l’angoisse ?

Prenons la définition du dictionnaire. Elle nous dit ceci :

« Malaise psychique et physique, né du sentiment de l’imminence d’un danger, caractérisé par une crainte diffuse pouvant aller jusqu’à la panique. ».

Malaise psychique et physique. Souvent, l’un ne va pas sans l’autre. Une émotion touche à la fois l’esprit et le corps. Quand il est question de joie, tout va bien. Quand c’est l’angoisse, l’anxiété ou la panique, là, c’est une autre affaire.

Il existe une abondante littérature sur l’anxiété, l’angoisse et la panique. Ah, oui, elles viennent dans cet ordre de puissance : Anxiété, puis angoisse, puis panique.

Soyez rassuré, l’anxiété ne débouche pas systématiquement sur l’angoisse puis la panique.

En général, pour en arriver à l’angoisse et, pire encore, à la crise de panique, il faut quand même avoir vécu un petit quelque chose de bien traumatisant.

Alors, c’est quoi ces trucs ?

Pourquoi est-ce que l’on ressent ces saloperies ?

Je vais me prendre pour exemple, ce sera plus simple pour étayer mon propos.

Si vous me suivez un peu, vous avez sans doute compris que j’ai vécu un passé particulièrement difficile. En effet, je suis le fils ainé de ce que l’on nomme « une mère mal-aimante ».

Et comble du bonheur pour moi, ma chère mère est doublée des traits d’une « perverse narcissique ». Pour en savoir plus, je vous renvoie vers la vidéo que vous trouverez sur ma chaine YouTube.

Les implications au présent

Qu’est-ce que cela implique aujourd’hui ? Hé bien, n’ayant jamais vraiment l’occasion de faire mes choix, de m’exprimer, d’exprimer mes émotions, mes doutes, mes envies, mes craintes, je me suis retrouvé avec une confiance proche du néant et une estime tout aussi élevée.

Ce qui, pour se construire une vie n’est pas forcément le meilleur des bagages. En me formant, en lisant beaucoup, j’ai découvert que beaucoup d’enfants ayant vécu quelque chose de similaire avaient, tout comme moi, une vie professionnelle plutôt correcte, voire carrément brillante dans certains cas, mais une vie privée en miettes.

Ce qui, à bien y réfléchir, n’est pas étonnant. En effet, lorsque l’on déboule dans la vie professionnelle, on est tous un peu nouveaux, frais moulus, et chacun va devoir prouver sa valeur.

Ainsi, le boulot peut servir de dérivatif à cette vie intérieure qui est en ruine, et nous donner l’illusion de nous reconstruire. Seulement, quand la journée est terminée, bah c’est pas la joie.

La joie des petits cachets

Et c’est là que nos copines anxiété, angoisse et panique refont surface ! Les salopes ! Nous voilà face à nous-mêmes, sans savoir vraiment d’où cela vient, sans comprendre ce qui arrive, si ce n’est que… c’est bien pénible et que l’on voudrait que cela s’arrête.

Si l’on fait un tour chez le toubib, son bon vieux généraliste, on va se retrouver très vite avec une belle ordonnance pour des petits cachets magiques.

Alors, certes, les petits cachets vont soulager, le temps du traitement, mais ici, on ne traite que les symptômes, pas le fond.

Et une émotion, on ne peut pas la « traiter » uniquement avec des médicaments. Bah non ! Et tant que l’émotion n’est pas « traiter », elle va revenir la coquine ! Hé ouais.

Note importante au sujet des médocs

Attention, je ne suis pas en train de dire que les médocs ne servent à rien. Je dis que si vous vous contentez des médocs, sans entamer un véritable travail de fond, vous passerez votre vie sous médocs.

Avant de poursuivre donc,  une anxiété, une angoisse, une panique, c’est de l’émotion. Juste de l’émotion. Pas plus, pas moins. Mais quand même, bien pénible.

De peurs et des douleurs bien enfouies

Alors, pourquoi ces émotions nous arrivent comme cela ? J’ai déjà parlé des émotions dans plusieurs articles. Ici, nous allons donc aborder plus spécifiquement la question liée à l’anxiété, l’angoisse et la panique.

Ce qu’il faut déjà savoir, c’est que notre cerveau, et plus précisément notre inconscient, a un rôle de protection à notre égard.

Son objectif est que nous puissions vivre le mieux possible en fonction de ce qui est présent là maintenant et ce que nous avons vécu. Il cherche donc un équilibre.

Toutefois, par moment, ça barre en vrille. Imaginons la chose suivante. Exemple : Enfant, le soir, vous étiez dans votre lit, et vous écoutiez vos parents s’engueuler, se taper dessus, en attendant que la énième scène de violence se termine pour enfin dormir.

Vous étiez en état de vigilance. Vous guettiez le moindre bruit, danger, ou autre. Peut-être pour vous protéger, ou intervenir afin de séparer vos parents.

Dans tous les cas, vous n’étiez pas vraiment serein. Et quand le soir arrivait, vous commenciez, sans même vous en rendre compte, à vous préparer psychiquement à cet état de vigilance.

C’est un état que je connais vraiment très bien. Un soir su deux environ, mes parents, bien alcoolisés (les deux), se mettait dessus.

Et, par bonheur, ils pensaient souvent à moi ! J’étais donc soit l’objet de la dispute, soit convoqué en tant que témoin clé, soit convoqué pour arbitrer la bagarre. Quelle douce attention.

De fait, dormir paisiblement le soir, c’était pas vraiment au menu, j’en ai donc gardé une sale habitude : veiller tard, voire très tard. Et même si je sais que tout est aujourd’hui très calme chez moi, dans ma maison, hé bien je veille.

Et, jusqu’à il y a peu, j’étais souvent pris d’un étrange malaise, un mal être, une inquiétude, un moment de pas bien qui durait, durait…

En écrivant des centaines de pages sur ce qui m’est arrivé, j’ai fini par comprendre la logique rationnelle de cet état, j’ai pu l’expliquer posément, avec mes mots.

Seulement voilà, l’émotion, elle, bah je n’y ai pas encore totalement accès. Ça veut dire quoi ne pas avoir accès à l’émotion ?

C’est ne rien ressentir du tout quand on pense aux faits. Un peu comme être sou anesthésie locale durant une intervention chirurgicale. Vous sentez tout votre corps, sauf la zone endormie.

Bah là, c’est pareil. Vous avez un souvenir précis des faits, mais, l’émotion reste loin.

Pourquoi un tel blocage ?

Lorsque l’on est gosse, si l’on vit dans une famille comme la mienne, hé bien, vos émotions, tout le monde s’en cogne. On va vous demander de passer outre, voire même de les ignorer, de les taire. C’est début des emmerdes.

Parce que ces émotions, elles sont là, et elles restent là ! Surtout les douleurs dont on a pas pu parler, les envies et désirs que nos parents nous ont gentiment demandé d’oublier.

En gros, tout ce qui nous traversait, mais dont on n’avait pas le droit de parler, hé bien tout cela va petit à petit conditionner votre comportement et surtout, surtout, votre façon d’être face à vos émotions.

Quand on vous apprend, jour après jour, à nier, ignorer et refouler vos émotions, parce qu’elles emmerdent le monde (vos parents, votre famille), bah, vous apprenez.

Seulement, toutes ces émotions, toutes ces douleurs, peurs, joies, ou autres, bah tout ça, ça reste en nous. Hé ouais ! Et ça reste jusqu’à ce que cela sorte, une bonne fois pour toutes.

Alors, ça sort quand ?

Hé bien, à partir du moment où tout ce beau monde est refoulé loin dans l’inconscient, c’est lui qui va décider. Sauf ! Sauf si vous décidez de reprendre la main.

Soit avec une thérapie, soit en parlant, soit en écrivant. Dans tous les cas, vous allez devoir adopter une posture très volontaire et lutter contre vous-même.

Si vous ne le faites pas, hé bien ce joyeux merdier va revenir, par ci, par là, de ci, de là, et vous prendre par surprise, ce qui va rendre la chose encore plus désagréable, croyez-moi.

Alors, l’angoisse, c’est quoi en résumé ?

Pour la faire simple, dans la majorité des cas, c’est une émotion ayant un rapport avec le passé, et surtout, c’est une émotion qui n’a pas été traitée.

Et tant que vous ne l’aurez pas vécu une bonne fois pour toutes, elle restera et reviendra un coup par ici, un coup par là, sans prévenir. Ce qui est très agaçant.

Pour faire enfin taire ces anxiétés, ces angoisses ou paniques, en plus d’un traitement médical adapté (si besoin est – à voir avec un professionnel de la santé), l’idéal est d’avoir une démarche volontaire.

Ecrire dans un carnet dédié à cela, parler à une personne de confiance dans votre entourage, dialoguer avec un thérapeute.

Sachez, à ce sujet, que la profession a bien évoluée. Désormais, nous avons des thérapeutes qui sont actifs dans la discussion et qui ne se contente plus de poser des questions en attendant que vous trouviez seul la solution.

Enfin, toujours au sujet des thérapeutes, si vous ne vous sentez pas en confiance avec le votre, changez ! N’hésitez pas à changer, tester un autre thérapeute. C’est trop important. Vous avez besoin de vous sentir très vite en confiance pour vous ouvrir pleinement.

Un mot pour finir

J’ai traversé des tempêtes, très très violentes. L’anxiété, l’angoisse et la panique, je connais trop bien. Sachez ceci : oui, c’est particulièrement pénible, parfois handicapant. Et oui, vous pouvez vous en sortir et vivre une vie bien plus riche et épanouissante.

A tout ce que qui est dit dans ce billet, je vais ajouter un autre « remède », une béquille utile quand ça secoue fort. Essayez de faire du sport.

Une émotion est une énergie. Et si cette énergie reste la, si elle s’accumule, elle va vous faire souffrir le martyr.

Le sport vous aide à évacuer cette énergie et à y voir plus clair en vous. Cela va vous aider à voir l’émotion pour ce qu’elle est vraiment et à ne pas la surjouer, à le ressentir plus forte qu’elle ne l’est vraiment. Au passage, avoir besoin d’aide n’est pas une faiblesse !

Lorsque que je vivais au contact de mes parents, je faisais du sport. Et depuis mon arrivée dans le Nord de la France, j’ai repris une activité sportive. Ca m’a aidé. Vraiment.

Ce n’est pas un obligation, ni une injonction. Juste l’avis d’un mec qui sait ce que ces émotions peuvent nous faire endurer. Le choix vous revient. Et il n’est pas discutable.

Prenez soin de vous les gens.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Ekaterina Syromolotova Deslandes Avatar

Bonne pédagogie, simple, cohérente et pleine de conseils

Ekaterina S.
Qui êtes vous ?

Alors, qui êtes-vous ? Plutôt une personnalité équilibrée, forte, ou en dedans ? C'est ce que ce test scientifique va vous révéler grâce à ses 25 questions. 

Chaque question vous propose de choisir instinctivement entre 3 propositions, choisissez celle qui correspond le plus à ce que vous pensez de vous. 

Dans quelques minutes, vous saurez quelle type de personnalité vous êtes. Prêt à le découvrir ?

Q1
Q2
Q3
Q4
Q5
Q6
Q7
Q8
Q9
Q10
Q11
Q12
Q13
Q14
Q15
Q16
Q17
Q18
Q19
Q20
Q21
Q22
Q23
Q24
Q25
Completez le formulaire ci-dessous pour voir les résultats
footer whyislife novembre 2022

Organisme de formation enregistré
sous le numéro 93131897013

SCORF BANNIERE
logo large whyislife
stephane briot footer le developpement personnel et le why

Stéphane Briot

Coach de vie (pro et privée), avec le Why, je vous accompagne dans la construction et la réalisation de vos objectifs. 

Organisme de formation enregistré sous le numéro 93131897013 et formateur professionnel certifié.