Te protéger de la douleur, mauvaise idée

T’es en galère, mec, on le voit bien. Le monde semble te tomber sur la tête, une pluie de merde non-stop. T’en peux plus de tout ça et tu veux juste disparaître. Ouais, je vois le tableau. Et tu prends ton pinceau de désespoir pour peindre un ciel tout noir. Mais crois-moi, bro, ça aide rien du tout. Emmure-toi pas dans ton trou noir. La vie, c’est pas tout beau tout rose, mais c’est pas non plus tout gris tout naze. Allez, mec, bouge-toi, secoue-toi, et montre à ce monde de quoi t’es foutu!
ne plus ressentir de douleur

Peindre les nuages en noir n’aide pas, mec

T’es là, en mode oasis de désespoir, tordu par la douleur et les désillusions, hein ? Tu croules sous le poids de tout ce qui devrait être ta vie et qui te semble soudain aussi léger que du plomb.

oser sa voie

1€ par semaine
Moins cher que ton café ou ton thé
1€ par semaine ? C’est vrai, tu as raison, c’est de la merde ! Trace ta route.

Arrête de mariner dans ton jus morose ! La douleur et les échecs sont une partie intrinsèque de la vie. Tu crois que t’es le seul à bouffer du noir ? Regarde autour de toi, chaque personne porte un sac invisible rempli de douleur, de déception, de rupture, de trahison, de maladie, de mort. Ça fait partie de la vie, autant que les rires et les moments de bonheur. Alors non, ne te ferme pas au monde sous prétexte que c’est dur à avaler.

Tu veux cesser de souffrir ? Pas de problème. Mais tu arrêtes de vivre en attendant ? Mauvaise idée, mon pote. Parce qu’en te fermant à la souffrance tu te fermes aussi au bonheur, à l’amour, à l’amitié, à la joie… à tout ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue.

Réveille-toi, et vis à fond, bordel !

Fuyant la douleur, tu es en train de te priver des petits bonheurs qui parsèment nos journées. Un sourire d’un inconnu dans la rue, une conversation sympathique avec le barman, un bon livre à dévorer dans l’après-midi, une partie de foot avec tes potes. Tu gâches tout ça sous prétexte de te protéger de la peine.

Fais-nous un gros sourire, pas celui de façade, avec la tristesse dans les yeux, mais un vrai, illuminant ton visage ! Ne laisse pas la souffrance te consumer et te déposséder de ta propre existence. Croque le bon côté de la vie à pleines dents, et utilise le mauvais pour grandir, évoluer, te battre encore plus fort ! Il n’y a pas de honte à chuter, à souffrir, l’important c’est de se relever, chaque fois, avec plus de détermination.

Ça va pas être facile tous les jours, je ne vais pas te mentir. Parfois, tu vas avoir mal, tu vas pleurer, tu vas vouloir tout abandonner. Mais s’il te plaît, ne renonce pas à vivre à cause de la douleur. La vie est trop courte pour ne pas être vécue.

Alors, allez, mec, accroche-toi, relève-toi, relève la tête, et vis. Vis à fond. La vie est une aventure incroyable, tantôt douce, tantôt dure, mais toujours riche d’enseignements et de moments précieux. Choisir d’arrêter de vivre par peur de souffrir, c’est renoncer à tout ces instants qu’on se remémore plus tard, ces moments de pur bonheur, ces éclats de rire qui réchauffent le cœur.

Alors, tu prends ton courage à deux mains et tu replonges dans la vie. Comme un grand plongeon dans une piscine. Oui, l’eau va être froide au début, peut-être même que tu auras peur de te noyer. Mais une fois que tu y seras, tu te rendras compte que nager, jouer, rigoler avec les autres dans l’eau, c’est quand même vachement plus sympa que de rester sur le bord à regarder tout le monde s’amuser sans toi.

Non, mec, la douleur n’est pas une prison

C’est sûr, la douleur est une putain de réalité qui te fait mal, te met à genoux – mais c’est aussi un juge, un enseignant, un guide. C’est à travers la douleur que tu deviens plus fort, plus sage, plus humain. Tu sais, les cicatrices c’est pas juste des marques sur ton corps ou dans ton cœur. C’est la preuve tangible que t’as survécu à quelque chose, que t’es plus fort que ce qui a essayé de te détruire. Donc au lieu de t’apitoyer, apprends de ta douleur, grandis avec elle, transforme-la en force.

C’est à toi de faire le premier pas, mec

T’as ta vie entre tes mains et personne d’autre ne décidera pour toi. Tu peux choisir de rester enfermé dans ta douleur ou tu peux décider de briser ces chaînes et de te relever. Parce que, mec, à la fin, t’es le seul maître à bord. T’es le seul à pouvoir te sauver de la noyade.

Et je peux te dire un truc ? La vie est foutrement belle, même avec ses cicatrices, ses blessures, ses échecs. C’est le voyage le plus passionnant que tu puisses faire. Alors, arrête de te faire du mal, arrête de peindre les nuages en noir. Arrête de vivre dans un monde sans couleurs.

Allez, mec, lève-toi !

Sors de ta coquille, ressens le monde autour de toi. Savoure chaque instant, chaque battement de cœur, chaque respiration. Crois-moi, chaque jour est une nouvelle chance, une nouvelle opportunité de faire mieux, de se sentir mieux.

Ressens la vie qui coule en toi, le sang dans tes veines, l’air frais dans tes poumons – parce que tant que ces choses existent, tant que tu es vivant, il y a de l’espoir. T’as toujours une chance de te relever, de te battre, de vivre.

Donc lève-toi, rassemble tes morceaux brisés, utilise-les pour construire une version plus forte de toi-même. N’oublie pas, tu es plus fort que tu ne le penses, et certainement plus courageux que tu ne le réalises. Alors, vas-y, mec, vis ta vie, ne laisse personne ni rien te l’enlever. Parce que tu le mérites. Parce que tu en es capable. Parce que la vie, avec tout son bordel merveilleux, vaut vraiment la peine d’être vécue. Alors vas-y, vis !

En conclusion

Hey, écoute-moi bien, mec. La douleur, ça fait mal, oui, c’est dur, c’est violent. Mais c’est pas une cage. C’est pas quelque chose qui te tient prisonnier. Tu dois comprendre ça. C’est justement l’opposé. La douleur, c’est ton feu intérieur, c’est ce qui te brûle, ce qui te pousse à changer, à évoluer. Les chaînes, elles sont pas autour de toi, elles sont en toi. Elles sont pas faites de métal, mais de peur, de colère, de regret.

Et crois-moi, mec, toutes ces émotions auxquelles tu fais face, elles sont là pour une raison. Elles sont pas là pour te faire suer. Elles sont là pour te révéler à toi-même, pour te faire comprendre ce que tu veux vraiment dans la vie et ce dont tu as besoin pour l’atteindre.

C’est à toi de prendre le contrôle

Faut que tu comprennes une chose : personne d’autre que toi n’a le pouvoir de te briser, ou de te guérir. C’est à toi de décider de te laisser piétiner par la douleur ou de t’en servir comme d’une rampe pour atteindre les étoiles.

Alors, arrête de pleurer, arrête de te cacher dans ton coin, arrête de penser que le monde est contre toi. C’est le contraire. Le monde est là pour toi. Il est là pour te rappeler ce que tu vaux, pour te donner les outils dont tu as besoin pour devenir la meilleure version de toi-même.

Alors prends une grande inspiration, et attaque la vie à pleines dents. Parce que, mec, c’est la seule que t’as, alors autant en profiter au max ! Donc, lève-toi, vas de l’avant, embrasse ta douleur, et transformer là en pouvoir. Parce que c’est ça la vraie liberté, mec. C’est de choisir son propre chemin, de prendre ses décisions, de contrôler sa vie. Alors vas-y, vire les chaînes, pète les barreaux, et vis, mec, vis !

L’oeil du coach

Entendons-nous bien, je n’essaie pas de minimiser ta douleur. Mais sache que le seul à pouvoir t’aider, c’est toi-même. C’est ce qu’on appelle l’autoréparation psychologique. Une étude réalisée en 2013 dans la revue scientifique « Brain, Behavior, and Immunity » a démontré que notre corps possède la faculté de se guérir lui-même, à condition que notre esprit soit dans le bon état. C’est à toi d’y croire et de te mettre au travail.

Ne te laisse pas emporter par la spirale négative du désespoir. C’est de la psychologie de base, ça s’appelle la rumination mentale. Selon une étude de 2014 du « Journal of Abnormal Psychology », ruminer est une manière de réagir face à une situation stressante qui consister à se focaliser de manière répétitive et passive sur les symptômes de détresse et sur leurs causes et conséquences possibles. Elle est associée à une série de problèmes de santé mentale comme la dépression et l’anxiété.

Alors bouge-toi ! Prends la vie à bras-le-corps. La réserve cognitive, une notion mise en évidence par la neuropsychologie, démontre que les individus qui ont vécu des expériences diversifiées, qui ont fait preuve de curiosité et d’ouverture d’esprit dans leur vie, sont plus résistants face aux épreuves. En d’autres termes, plus tu as vécu d’expériences variées, plus tu as de résilience face au stress et à l’adversité.

Fais-toi confiance, ne sous-estime pas ton potentiel. Une étude publiée dans le « Journal of Positive Psychology » en 2011 montre que les gens qui ont une bonne estime de soi sont plus résilients et se relèvent plus vite après un coup dur.

Alors ne te laisse pas abattre. Tu peux te relever, tu es capable de vivre, de profiter de la vie. Ne laisse pas la peur prendre le dessus. Affronte-la, car d’après une étude de 2012 publiée dans « The journal of neuroscience », affronter ses peurs aide à les surmonter et à minimiser leur impact.

En bref, mec, lève-toi. Arrête de te morfondre. Affronte la vie, embrasse-la avec toutes ses contradictions, ses joies et ses difficultés. Ça vaut le coup. Tu en es capable. Vis, tout simplement.

Ajouter à mes favoris Ce article figure dans tes favoris (: 0

Voir mes favoris

à lire dans : Les actualités

  • peur de l engagement

    Comment reconnaître les symptômes de la peur de l’engagement ?

    Stéphane/
    27/02/2024
  • peur de vieillir

    Comment surmonter ta peur de vieillir

    Stéphane/
    27/02/2024
  • emotion sensation perception

    distinguer les émotions, les sensations et les perceptions

    Stéphane/
    26/02/2024