Stephane briot

Comment arrêter de souffrir

Comment arrêter de souffrir

« La confiance en soi est le premier secret du succès. » Ralph Waldo Emerson

Comment arrêter de souffrir

Souffrir, mentalement, encore et toujours, et ça recommence, inlassablement ? Et si l'individu était le responsable de sa propre souffrance ? Voici comment arrêter de souffrir.

Le mail que te secoue la pulpe
Ce n'est pas le cul vissé dans un fauteuil, la tête dans les nuages et les pieds dans tes chaussons que tu vas trouver le chemin du succès.
Voici comment le trouver.

Table des matières

Peut-être avez-vous vécu des choses terribles par le passé, peut-être qu’elles sont inacceptables, et sans doute en souffrez-vous encore aujourd’hui. Au-delà de l’évènement douloureux en lui-même, l’une des choses les plus atroces, c’est cette souffrance qui reste là, latente, et qui s’en revient sans prévenir pour nous faire mal. Et si je vous disais que ceci, c’est votre choix ?

Souffrir encore, le mauvais choix

Attendez avant de m’insulter et quitter cette page. Lisez quelques instants. Sachez que j’ai été un enfant battu et humilié par sa mère, et cela pendant près de vingt ans. Que ce traitement de faveur a laissé des traces en moi, mais cela ne m’a pas empêché de finir par trouver ma place dans ce monde de barjots.

Ce que j’ai appris par la suite, c’est que de façon inconsciente, j’avais fait le choix de revivre ces douleurs et de les laisser me pourrir la vie, chaque jour, chaque nuit.

Pendant des années, j’ai cru que jamais n’en finirais avec ce passé, avec toutes ces horreurs que j’ai pu entendre à mon sujet.

J’ai cru que le manque d’estime et le manque de confiance seraient là tout le temps, quoi que je fasse. Et puis, de toutes les façons, tout finissait par me rattraper tôt ou tard.

Je ne contrôlais rien de rien, et moins je contrôlais, plus je me perdais dans mon passé et ma colère envers celui-ci. Je ne vivais pas ici et maintenant, j’étais bloqué vingt piges en arrière. Et je ne m’aimais pas. Mais alors, pas du tout.

Autant vous dire que pour construire un présent et un avenir, ce n’était pas la fête. Et je devais dépenser une énergie folle pour ne pas être dans une colère noire, ou pour faire la moindre petite chose.

J’ai vécu avec ce sentiment d’être indigne durant des années, un sentiment profond d’injustice, un dégout de l’espèce humaine, et pourtant, une furieuse envie de vivre. Sans savoir ce que vivre voulait vraiment dire à mes yeux.

Être responsable de sa vie

Un jour, ma femme m’a dit que je faisais ce choix de la souffrance. Ça ne n’est pas bien passé ce jour là, et les suivant aussi d’ailleurs. Pour moi, elle ne comprenait rien à ma souffrance, elle n’en savait rien, et elle racontait des conneries. Point.

Mais en réalité, j’ai pris une baffe. Pas tout de suite. Plus tard. Et elle fut redoutable. Car c’est en lisant encore et encore que j’ai capté le délire.

Je vais ajouter un petit truc à mes tourments .Un petit truc que j’ai compris sur le tard. La culpabilité. Je me sentais terriblement coupable de n’avoir pas su être aimé de ma mère. Et pour un gosse, c’est sans doute ce qui est le plus terrible que ce sentiment-là.

Tu as beau tout faire, tout tenté, rien n’y fait. Ce n’est que pluie d’injures, d’insultes et autre humiliation. La valeur que l’on se porte à soi même en prend un sacré coup, on l’apprend plus tard.

Dans mon parcours, j’ai compris que je n’avais pas à me sentir coupable ou responsable des actes des autres. En revanche, je peux et dois être responsable de mes choix. Et être responsable ne signifie en rien être coupable.

Le temps et le contexte

L’individu en souffrance ne s’en rend pas compte, et pourtant, il fait des choix. Et malheureusement pour lui, la plupart des choix qu’il fait le sont en fonction de sa souffrance, donc, de son passé.

Seulement, dans mon cas par exemple, ces choix-là doivent être faits aujourd’hui, dans le contexte présent, et non par celui que j’étais il y a vingt ans, et dans le contexte d’il y a vingt ans. Et pourtant, c’est ce que j’ai fait, trop souvent.

J’ai donc décidé de vivre aujourd’hui. Et pour m’y aider, pour y parvenir, j’ai pris ma plume, et j’ai écrit, écris, et encore écris. J’en parle dans cet article.

C’est un choix que j’ai en conscience, pour revenir aujourd’hui et finir de ma laisser pourrir par le passé.

Des questions simples pour une vie simple

Quand on y pense, vingt ans d’humiliations, c’est déjà bien assez.

  • Avais-je besoin d’en remettre vingt de plus ? Non.
  • Ai-je besoin d’en ajouter encore vingt ? Non.
  • Ai-je besoin de me torturer pour une personne qui n’est plus dans mon entourage direct et dont l’influence réelle aujourd’hui est proche du néant ? Non plus.

Avec ces questions simples, j’ai pris une drôle de baffe. Et j’ai compris que ma femme avait eu raison avant moi. Et que je lui devais des excuses, que j’ai rapidement présentée, à mon grand plaisir.

Ne plus fuir, ne plus courir, être là

Depuis, je décide de ce que je veux pouvoir ressentir, je m’appuie sur mes valeurs, sur mon Why, tant pour moi personnellement, que pour mon boulot. Je prends le temps, rien ne sert de courir. J’ai passé des décennies à courir pour fuir.

N’ayant plus envie de fuir, et n’ayant plus envie de courir, je marche d’un bon pas, tranquillement, sereinement, et je profite des moments que j’ai à vivre.

En finir avec le passé

Ma vie n’est plus un drame. Ma vie est une vie ordinaire, avec ses joies, avec ses difficultés, son quotidien, ses espoirs, ses envies. Une vie enfin ordinaire, et c’est extraordinaire de pouvoir enfin vivre cela.

Je ne cherche pas à savoir ce que ma vie aurait pu être si j’avais fait telle ou telle chose avant, si j’avais fait tel ou tel choix plus tôt. C’est de la science-fiction et une autre raison de me faire souffrir. Et ce n’est pas ce que je veux.

Le passé ne m’intéresse plus. En avoir fini avec lui est une bonne chose. J’ai pris tout ce que j’avais de bon à y prendre, et j’ai fermé la porte derrière moi, une dernière fois. Une fois pour toutes.

Je souhaite à chaque personne ayant vécu une souffrance intense de pouvoir revenir dans l’instant présent, d’en finir avec le passé, de cesser de continuer à se faire souffrir, d’en finir avec la culpabilité.

Pour cela, et surtout pour les personnes qui le souhaitent, le Why est un outil vraiment précieux qui va vous aider à regarder votre passé autrement, et surtout, à regarder enfin ce que vous vivez aujourd’hui et là où vous souhaitez aller demain.

Grégory Avatar

Trouver son "POURQUOI" est une chose qui remet en quelques sortes "tout en place". Tout devient alors évident. Savoir ce qui nous anime au quotidien est d'une valeur inestimable pour justement se permettre de vivre ce quotidien en accord avec soi même, ses propres valeurs. Stéphane m'a accompagné dans cette démarche et m'a aidé à trouver mon POURQUOI dans un esprit bienveillant, avec des qualités humaines rares, et un savoir-faire très professionnel. Si vous souhaitez vous offrir un coaching de qualité et obtenir des réponses concrètes, je vous recommande chaleureusement les services de Stéphane, qui est à mes yeux comme un rayon de soleil, précieux, essentiel, revigorant.

Grégory
Secrets & indiscrétions
Les derniers articles publiés

WhyIsLife
Organisme de formation enregistré
sous le numéro 93131897013

formation professionnelle
Stéphane Briot

Stéphane Briot

Life Designer, avec le Why, je vous accompagne dans la construction et la réalisation de vos objectifs. 

Organisme de formation enregistré sous le numéro 93131897013 et formateur professionnel certifié.

Retrouvez le sens, avec WhyIsLife, sur YouTube