Les croyances et l’humain

stephane briot whyislife orange 1

Stéphane

Découvrez à quel point les croyances que vous entretenez peuvent avoir un impact considérable sur votre existence.
IMG 7060

Nous sommes des êtres assez étranges. Nous savons que le succès est une chose qui demande de grands sacrifices, des investissements, et du temps. Beaucoup de temps.

Et pourtant, nous rêvons devant nos écrans, nous rêvons éveillés en croyant les messages du marketing.

Nous avons envie de croire

Nous avons envie de croire que le succès est là, à portée de clic, sans effort, simplement en sortant la carte bleue.

Nous avons tellement envie d’y croire, que certains d’entre nous vont ainsi empiler les produits magiques, les formations, les séminaires, les rencontres, espérant trouver là, le succès, comme un enfant découvre la surprise au fond de la pochette cadeau que ses parents viennent de lui offrir.

Je ne sais pas si vous avez connu ces « cadeaux » que l’on trouvait dans les boulangeries d’alors. J’étais enfant, un peu trop âgé pour en recevoir, mais ma mère en achetait parfois pour mes petits frères.

Croire, c’est espoir

La pochette cadeau était grande, en forme de cône, très bien décorée. On s’imaginait un cadeau tout aussi grand au-dedans. Et ce n’était jamais le cas. C’était une babiole en plastique et un bonbon. L’important n’était pas tant le cadeau que le geste. Et puis, très vite, le gosse oubliait le jouet. Et tout aussi vite, il revenait, avec l’espoir d’un plus beau cadeau.

C’était toute l’habileté de ce type de produit. La promesse. Tout était basé sur la promesse. Le contenu ne servait à rien. Son atout était la promesse. Sans la promesse de la surprise, impossible de vendre un contenu d’aussi mauvaise qualité.

Le génie du marketing et la croyance

Et si aujourd’hui ce type de produit n’existe plus, il n’en demeure pas moins qu’il a longtemps fait fureur après les heures d’école.

La voilà l’idée géniale du marketing : la promesse. Et plus encore, ne pas la tenir. Transférer la responsabilité de la promesse sur le client. Après tout, les promesses n’engagent que ceux qui les croient.

Avant était la religion

Mais avant le marketing, c’est la religion qui la première aura utilisé ce principe de promesse. La vie meilleure, la vie après la mort, le purgatoire, et ainsi de suite.

Nous aimons croire. Nous avons besoin de croire. Profondément, viscéralement. C’est en nous, du moins, pour le moment. Qu’en sera-t-il d’ici quelques siècles, je ne saurais dire. Peut-être serons-nous moins sensibles aux croyances.

Victimes de nos croyances ?

Toutefois, que nous le voulions ou non, à ce jour, en 2023, nous restons sujets aux aléas de nos croyances.

Que vous ayez envie de vous croire comme étant une personne sans intérêt aucun, et vous le deviendrez à coup sûr.

Que vous ayez envie de vous voir comme une personne grosse, laide, méchante, stupide, en peu de temps, votre image extérieure sera le bon reflet de ces croyances, aussi limitantes soient elles

C’est dire à quel point les croyances ont un impact sur nos vies, et dire que nous l’ignorons, que nous vivons comme si cela n’existait pas. Alors qu’il suffirait d’ouvrir les yeux pour comprendre.

Tout comme cet enfant a envie de croire qu’un jour, dans sa pochette surprise, il trouvera un cadeau somptueux, nous avons envie de croire que dans les produits que nous achetons, nous allons trouver quelque chose de sensationnel. Voilà comment le marketing se joue de nous. C’est aussi simple que cela.

La croyance, le boost ou le frein

Et voilà également comment bien des individus sont condamnés avant même d’essayer quoi que ce soit. Parce qu’ils croient aux mauvaises choses.

Parce qu’ils essaient péniblement de croire en quelque chose de plus positif, mais ayant peur de se tromper, ils n’y croient pas assez, ou mal. Très mal. Et se retrouvent, dans un cas, comme dans l’autre, le bec dans l’eau, le cul en l’air.

La croyance est une chose magique, un outil fantastique pour guider sa propre vie, pour la modeler à sa guise. Seulement, comme souvent, elle fonctionne plus vite dans un sens que dans l’autre.

Grimper au sommet d’une colline demande un peu plus de temps et d’efforts que d’en descendre. Aussi, une croyance qui démolit votre image agira bien plus vite que celle qui vous raconte le contraire.

Vivre sans croyance

Mais voilà, nous avons besoin de nos croyances, elles nous servent tout à la fois de guides, de repères, de garde-fou. Sans elle, que serions-nous donc ? Que ferions-nous donc ?

Si je crois que je suis un bon à rien, je ne ferais jamais rien de vraiment bon. Mais si je crois aussi que je peux être plus qu’un bon à rien, alors je vais m’accrocher, et avoir l’espoir de sortir de là.

Voilà une autre chose essentielle que nous offre la croyance. L’espoir. Sans l’espoir, la vie n’est plus rien, elle n’a plus de gout, de saveur, de piment, rien. Et que c’est dur. Qu’il est dur de se lever sans aucun espoir, sans croire que l’on peut influer sur le cours de sa propre existence. Quelle impuissance.

Parce que l’espoir nous laisse à croire que nous pouvons. Et c’est bien ce qu’une promesse nous offre. Un espoir, qui fait naitre une croyance, qui engendre la notion de pouvoir faire, de pouvoir agir, de pouvoir influer.

Ce que l’on achète est plus qu’un produit

Quand vous achetez un produit, vous n’achetez pas le produit, vous achetez, sans le savoir, la promesse, vous achetez votre propre croyance en ce produit, en cette promesse. Et en cela, il n’est rien de mal. Nous sommes simplement normaux et humains.

Les croyances ont une incidence directe et inconsciente sur nos valeurs, et donc, sur nos comportements ainsi que nos émotions, ce que nous ressentons chaque jour. Changer de croyances, c’est donc changer de vie, de comportements. C’est aussi simple que cela.

Simple ? Ah, ce serait une belle promesse n’est-ce pas ! C’est bien celle du développement personnel. Raison pour laquelle il vend tant et tant de produits divers et variés. Avec plus ou moins de succès.

Mais qui n’aimerait pas devenir la « meilleure version » de ce qu’il est ? Tout le monde veut devenir meilleur dans nos sociétés occidentales. Nous sommes tellement imprégnés par cet esprit de compétition depuis notre plus tendre enfance, que chacun veut devenir meilleur.

Croire que l’on peut être meilleur

Pourquoi ? Parce que nous croyons qu’être le meilleur, c’est mieux. Mais le meilleur que qui ? Que quoi ? Ca, on ne le sait pas trop en réalité. C’est l’ambiguïté de la chose que nous voulons croire.

Pour terminer, vous l’aurez compris, nous avons donc bien besoin de nos croyances. Toutefois, pour ne pas croire n’importe qui, ou n’importe quoi, pour éviter de nous retrouver comme des andouilles, il est toujours bon d’interroger ses croyances, de les « critiquer », sinon, nous pourrions dès lors et bien malgré nous, devenir les jouets de quelques personnes mal intentionnées. Et ces personnes existent bel et bien, ne vous y trompez pas.

COMME Tu as kiffé, c’est le moment de le partager autour de toi

stephane briot whyislife orange 2

à lire dans : Croyances, pièges et dérives

  • faire ce qu il faut

    Pourquoi je ne fait pas ce que je devrais faire

    Stéphane
    /
    20/06/2024
  • competition

    La vie est elle une compétition

    Stéphane
    /
    18/06/2024
  • la zone de confort

    La zone de confort qu’est-ce donc et comment en sortir

    Stéphane
    /
    20/06/2024

nouveau

Ras le bol de recevoir des mail ?

Alors, j’ai exactement ce qu’il te faut. Reçois les news du WhyIsLife via la messagerie Telegram, chaque soir, vers 21h00. Simple, rapide, gratuit.

Accès immédiat, simple et gratuit

prg confiance