WhyIsLifeCroissance personnelleCroyances, pièges et dérivesPourquoi tu ne dois pas jouer un rôle dans ta propre vie

Pourquoi tu ne dois pas jouer un rôle dans ta propre vie

stephane briot whyislife orange 1

Stéphane

T’as jamais eu l’impression de jouer un rôle, comme si la vie était une pièce de théâtre ? Si t’as répondu oui, ce blabla est pour toi. On va causer de l’importance de l’authenticité, et comment jouer un personnage peut être vachement destructeur. T’es prêt à affronter le miroir et enlever ton masque ? OK, alors, pépare-toi, ça risque de secouer un peu.
jouer un role

Donner vie à un rôle : le piège de la fausseté

Camarade, je sais que tu aimes jouer. Ton vrai moi, évidemment, est insuffisant, indigne, inacceptable. Enfin, c’est que tu crois (coucou le syndrome de l’imposteur)

Toi aussi, tu chéris ce doux velours de la mascarade quotidienne, cette addiction à l’approbation externe.

Sûrement que ta vie serait un désastre si tu ne jouais pas ce rôle dont tu as revêtu le costume, doublé de la peur de déplaire, du terreur de l’authenticité.

Ton pourquoi, on s’en fiche, n’est-ce pas ? À quoi bon être toi-même quand tu peux être quelqu’un d’autre ? Magnifique !

Le poids de l’illusion

Bienvenue dans la foire aux absurdités. Jouer un rôle dans ta vie est comme un paquet de chips – tentant, mais vide d’essence.

L’Académie des Sciences de Stanford a révélé que prétendre être quelqu’un que nous ne sommes pas provoque stress, anxiété et dépression.

Oui, camarade, tu as bien entendu. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont des chercheurs en blouse blanche, dotés de diplômes et de crédibilité.

Ce rôle, cette identité de pacotille que tu te trimballes, tu crois qu’elle te protège. Mais en vérité, elle te pèse, t’isole et te vide de ton allégresse originelle.

Alors, pour réussir ton développement personnel, autant te te dire qu’il va falloir tomber le masque camarade !

Le douloureux manque d’authenticité

Le linceul de la vérité

Poussons l’ironie un peu plus loin, mon cher. Tu sais, j’ai eu une mère qui aimait se voiler la face, et je te le dis, le mensonge est une drogue dure.

Ô bien sûr, sur le moment, c’est excitant, grisant même. On se sent fort, puissant, insubmersible.

Mais que fais-tu une fois que la représentation est terminée, une fois que les lumières s’éteignent et que tu te retrouves seul face à ton miroir ?

Te sens-tu grand, puissant, insubmersible en étant face à ton authenticité nue et crue ?

Regarde donc tous ces influenceurs, drogués aux likes et aux commentaires “gentils” de leur abonnés. Si tu leur coupe leur réseaux, va y avoir du monde chez le psy, crois moi ! Ou pas, après tout, tu as toujours le choix.

La liberté de l’authenticité

Laisse-moi te raconter une chose, camarade. J’ai frôlé la mort, non pas une mais deux fois, à cause de cette idiotie de prétendre être quelqu’un d’autre. Mais figure-toi que j’ai survécu, parce que j’ai choisi la simplicité, la joie, la liberté véritable offerte par l’authenticité.

Crois-le ou non, retirer ce masque qui colle à la peau est une révolution. C’est ce délicieux ‘je-m’en-foutisme‘ face au regard des autres, cette fantastique audace d’être pleinement toi-même qui te donne le courage de traverser chaque montagne, chaque vallée de ton existence.

Prenons par exemple, John Paul DeJoria, millionnaire et cofondateur de Paul Mitchell Systems et de Patron Tequila. Ce self-made-man a décidé un beau jour d’arrêter de jouer le rôle de l’homme riche et d’être pleinement lui-même.

Il a dit cela lors d’une conférence :

C’est lorsque j’ai cessé de prétendre et que j’ai commencé à être moi-même que j’ai connu le vrai succès

John Paul DeJoria

Redécouvre ta raison d’être

Autrement dit, le jeu de la fausseté est une perte de temps. Libère-toi de cette représentation théâtrale abrutissante et plonge dans la merveilleuse aventure intérieure de la découverte de ton Pourquoi. Crois-moi, camarade, ça vaut la peine.

Jouer un rôle, c’est avancer dans la vie en pilotage automatique. Être soi-même, c’est tenir fermement le volant et choisir consciemment sa direction chaque jour. Quel choix feras-tu ?

Au fait, si tu veux être toi même, je t’invite à consulter ma liste des 38 meilleurs livres sur le développement personnel, ça peut être un bon point de départ pour toi.

L’illusion d’une vie parfaite

Tout d’abord, mec, arrête s’il te plaît de fantasmer sur cette fausse réalité parfaite. Je te le dis, les réseaux sociaux et les films ne sont que des illusions pathétiques de la vie.

Ce n’est pas un hasard si ces plateformes pullulent de dépressions et d’anxiété.

Lorsqu’on compare constamment notre vie réelle à une illusion de la perfection, la frustration et l’insatisfaction sont inévitables. C’est la loi du contraste, mon pote, aussi vieille que l’univers.

La vérité libère

Je ne vais pas te raconter de conneries. Tu n’as pas besoin d’être parfait pour être heureux. En fait, l’authenticité conduit à un bien-être émotionnel et mental.

C’est ce que Jayson Blair, un ancien journaliste du New York Times, a découvert après avoir fabriqué des histoires pour correspondre à ce qu’il pensait être l’idéal journalistique.

Il a finalement admis sa désinformation à son employeur, et devine quoi? Il se sent mieux maintenant. Il a retrouvé sa liberté, en bannissant la fausseté.

La beauté de l’imperfection

Je sais que c’est difficile à croire, mais l’imperfection est en fait une bonne chose. Si tu es constamment parfait, tu es simplement prévisible et ennuyeux.

L’imperfection, en revanche, crée l’intérêt. Elle donne du caractère. Et plus important encore, l’imperfection est réelle. Les gens aiment ce qui est authentique.

En conclusion

Alors, arrête de prendre des bleus en courant après une vie parfaite, ça n’existe pas. À la place, embrasse l’imperfection.

Fais-toi des amis, au lieu d’essayé de juste avoir l’air cool. N’aie pas peur de t’exposer, de dire ce que tu penses vraiment, être toi-même, plutôt que de te cacher derrière un faux semblant de perfection.

Demande-toi qui tu es vraiment et ce que tu veux. Car au final, le bonheur, c’est ça. Savoir qui on est, vivre en accord avec soi-même.

Et pour aller plus loin mec, n’hésite pas à te renseigner sur l’importance de connaitre tes valeurs et ton why. Tu verras, ça change la donne. Je te laisse un lien vers une source géniale, qui pourra te donner plus d’infos. Tiens, vas voir par ici : Why is Life.

Bref, ta vie est la seule que tu as, alors au lieu de la gâcher à vouloir atteindre une vie parfaite, vis là à fond. Et n’oublie jamais

L’oeil du coach

D’accord, camarade. Reste complètement fixé sur cette idée de perfection que tu escroques sur Instagram ou Netflix.

Continue de te perdre dans le rôle du petit bonhomme-impeccable-qui-réussit-tout. Que ta vie soit une satiété de vide, ce n’est pas si grave, non ?

Oh, et pas besoin de découvrir ton vrai ‘Pourquoi’. Ce serait tellement ennuyeux de devenir authentique, n’est-ce pas ?

Excepté le fait que cette quête de la perfection n’est qu’un mirage calamiteux. Comme le rapporte l’Académie des Sciences de Stanford, prétendre être ce que nous ne sommes pas induit stress, anxiété et dépression. N’est-ce pas un peu pitoyable de te flageller pour un idéal qui n’existe même pas ?

Et que penses-tu de Jayson Blair, ce journaliste prodige du New York Times qui a délibérément dégringolé à cause de son obsession de la perfection ? Il a fini par s’effondrer, mais sa renaissance a commencé quand il a finalement décidé d’adhérer à la vérité.

La perfection, mon ami, est une illusion miseérable et boutiquarde. Les vraies personnes, celles avec des égratignures, des imperfections et une authenticité brute sont infiniment plus attrayantes. Parce que l’imperfection engendre le respect, la confiance et un style hautement qualitatif. Dépouillé de frasques, l’imparfait est authentique et vraisemblablement captivant.

Alors, au lieu de révérer l’utopie d’une perfection inatteignable, apprécie la splendeur de l’imperfection. Agis comme tu es, sans masquer ni fausser ton identité. Fais place à l’authenticité et fais face à l’incomparable satisfaction de vivre.

Et si tu as besoin de motivation pour escalader cette variation abrupte, je te suggère de jeter un œil ici : Oser sa voie, être soi.

N’oublie jamais, l’imperfection n’est pas une déviation pitoyable, mais la route pittoresque vers la vérité et l’autonomisation. Saisis ta vie maintenant, dans toute sa glorieuse imperfection.

partage avec tes amis ou collègues, merci (:

stephane briot whyislife orange 2