Pourquoi il est agréable de vivre dans le déni

Hé toi !  J’vais te causer du déni, mec. Tu vois, quand une personne est face à une réalité trop lourde, parfois, son cerveau choisit de ne pas y croire, de la protéger. C’est ce qu’on appelle le déni, un mécanisme de défense costaud qui aide à pas sombrer direct. C’est comme une protection inconsciente, tu captes? Mais à long terme, ça peut causer des blems graves. Alors, on va plonger dans ce truc complexe, déchiffrer ce qui se passe dans la caboche et voir comment on peut aider. Reste branché, on va gratter le sujet ensemble!
vivre dans deni

LE DÉNI : TON AMI DE TOUJOURS

T’as déjà été confronté à une situation tellement inconfortable que t’as préféré te boucher les oreilles ? Ce mécanisme, cher lecteur, s’appelle le déni. C’est comme si ton esprit refusait d’entendre une info qui pourrait te foutre en l’air.

Ce refoulement, c’est une réaction de protection, une armure psychique que ton inconscient enfile pour éviter la souffrance. Mais au fond, vivre dans le déni, c’est vivre dans une illusion, une forme de honte qui te cache la réalité et te prevents de réagir.

D’un point de vue psychanalytique, le déni, c’est complexe. Il concerne les blessures de rejet, les annonce de décès, la conscience d’une maladie incurable… bref, tout ce qui nous rend vulnérables.

Et admettons-le, on a tous été ce proche, ce parent, cette jeune femme enceinte ou cette personne dans le déni qui choisit inconsciemment d’ignorer certaines vérités.

Cet état d’âme que tu vis peut-être, cette phase défensive, c’est une étape qui demande de l’humilité pour en sortir. Voir la situation pour ce qu’elle est, c’est s’ouvrir à un processus de guérison, permettre à ton entourage de t’aider et de développer une perception plus juste du monde.

Alors, prêt pour une vraie lecture de ton état sans jugement et avec toute la tendresse que tu mérites ? Cet article va ajouter une pierre à ton édifice de réflexion, en espérant t’accompagner vers la prise de conscience nécessaire pour agir.

FAIS FACE À LA RÉALITÉ : LE DÉNI T’ENCHAÎNE

J’veux pas te faire la morale comme ton vieux tonton à Noël. Je suis ton coach. C’est à moi de te secouer un peu, de te faire sortir de ta zone de confort. Alors voilà, écoute-moi bien :

Cesse de te bouder avec ta copain le déni! Ose enfin voir la réalité en face! Oui, ce n’est pas facile. Bien sûr, ça fait mal. Mais, je t’assure, je te jure, ça vaut le coup.

Regarde mes clients : pourquoi penses-tu qu’ils sont là ? Ils ne sont pas venus me voir pour que je leur distribue des pilules de déni, mais pour apprendre à affronter la réalité, avec ses hauts et ses bas.

Par exemple, prends Lucie. Elle était au bord du burnout, incapable de reconnaître qu’elle était surchargée au travail. Elle persistait à penser qu’elle pouvait tout gérer.

Mais pendant nos séances, elle a été confrontée à la réalité de sa situation. Ça l’a bousculée, certes, mais ça l’a surtout soulagée. Soulagée de ne plus devoir prétendre. Désormais, elle sait gérer son temps et ses priorités, ses limites.

Ou alors Stéphane, qui n’arrivait pas à accepter que sa femme l’avait quitté. Il vivait dans le déni, persévérant à croire qu’elle allait revenir. Je l’ai secoué un peu, oui, mais avec empathie. C’était dur, mais nécessaire. Aujourd’hui, Stéphane se reconstruit et commence à revoir l’amour d’un nouveau prisme.

Alors, tu vois, que ce soit toi, Lucie ou Stéphane, le déni n’a jamais rien résolu. Il te maintient juste dans une cage dorée d’illusions, à l’abri des tempêtes…et des rayons du soleil. Le déni est comme une drogue, à forte dose il t’anesthésie, mais un jour la réalité te rattrape et le sevrage est dur.

Alors fais-moi confiance. Fais face à la vie avec courage. Oui, tu vas prendre des coups, mais tu vas surtout apprendre à te relever.

N’est-ce pas toi qui m’as dit que tu voulais être plus fort? Alors cesse d’étreindre le déni comme un doudou rassurant. Affronte la réalité en face. Et souviens-toi : je suis là, à tes côtés, pour t’accompagner.

DÉNI, DÉCEPTION ET PEUR : LE TRIO GAGNANT

Et toi, qui refuses de voir ta vie personnelle et professionnelle se désagréger sous ton nez. Les factures qui s’empilent, la famille qui te tourne le dos. Dénigrer tout ça, c’est pas comme creuser ta propre tombe par hasard ?

Là, tu t’accroches au déni comme à un bouée de sauvetage. Mais t’as vu ce qui te guette en dessous de la surface ? Couler, mon vieux, c’est un risque bien réel.

Se noyer dans le déni, ça ne te protège pas de la houle mais ça t’empêche de nager vers des eaux plus calmes.

LÂCHE PRISE : CE N’EST PAS QU’UN SLOGAN PUBLICITAIRE

Là, tu as besoin d’un déclic. Alors arrête de te faire du mal, pose ce fardeau que tu portes comme un casque à pointe. Cette défense, ce déni constant, c’est une armure lourde pour un combat perdu d’avance.

T’as peur de pleurer, de crier, de cracher ta colère? Fais-le! Lâche cette salve d’émotions, libère-les! T’inquiète, c’est normal, c’est humain.

Inspire, expire, laisse ce flot d’émotions te traverser, te laver de l’intérieur. Pleurer n’est pas un signe de faiblesse, mais de force. C’est le courage d’accepter sa vulnérabilité.

ÉVEILLE-TOI : LA VIE EST BELLE

Crois-moi, la douleur n’est pas éternelle. Là, dans ta tête, tu te figures qu’elle te consume. Mais un jour, tu te réveilleras, et tu te rendras compte que cette douleur n’est plus qu’un souvenir lointain. Elle fera partie de toi, certes, mais elle ne te définira plus.

Alors mon vieux, ouvre grand les yeux, prends une grande bouffée d’air, sens la réalité imprégner chaque fibre de ton corps. Tu vois ce bonheur qui te fait de l’œil ? Cette énergie qu’il diffuse, c’est pour toi, rien que pour toi. Allez, serre les dents, prends sur toi.

Non, le déni n’est pas ton ami. C’est une sangsue qui te pompe ton énergie, qui te secoue et te laisse épuisé. Alors dis-lui au revoir, vas-y, ne sois pas timide. Dis-lui « Adieu, j’en ai assez ! ».

Crois-moi, tu es bien plus puissant que tu ne le penses. Tu peux te libérer de ces chaînes, tu peux grandir, évoluer. Tu as juste besoin d’un petit coup de pouce, et je suis là pour ça. Alors fais un pas en avant, et fais-moi confiance. On va y arriver ensemble.

EN CONCLUSION

Mon pote, t’en as bavé, je sais, mais s’il te plaît, comprends une chose, ce déni, cette déception et cette peur ne sont pas l’équipe à laquelle tu veux rester fidèle. Ces trois-là ne sont pas des amis, ils sont juste là pour te vider de ton énergie et te brouiller le cerveau.

C’est le moment de les laisser tomber, de réveiller tes forces endormies et de te secouer.

La peur, la déception et le déni sont des sentiments aussi profonds que délicats à gérer. Mais tu as toutes les cartes en main pour y faire face.

C’est ta vie, alors prends-la en main. C’est ta réalité, alors prends-la en compte. La vie est belle, elle est pleine de promesses et de rebondissements. Alors, accroche-toi, serre les dents, faut que tu tiennes le coup.

En fait, ouais, t’as le droit d’avoir peur, de te sentir déçu. C’est exactement ce qui fait de toi un être humain.

Mais le déni, non, tu ne peux pas laisser ce truc te ruiner la vie. Il t’empêchera d’avancer, de voir la vérité en face. Alors rejoue-lui une petite chanson, cette fois-ci intitulée « Adieu le déni ».

Un nouveau chapitre t’attend, bien plus brillant et coloré que le précédent. Je te le promets, en toute sincérité. Allez, lève-toi, prends une grande inspiration et reprends les rennes. La vie est encore devant toi.

L’OEIL DU COACH

Alors, c’est toi le grand stratège du déni, hein ? Tu penses vraiment que cette attitude te mènera quelque part ? C’est si douillet d’ignorer les problèmes jusqu’à ce qu’ils te piquent comme une guêpe dans le cul, pas vrai ?

Le déni, vraiment, ton meilleur pote ? Ce fauteuil élimé dont tu ne peux plus te décoller et qui offre une douce protection face à la réalité ? Ah oui, réalité, ce mot qui sonne comme une insulte à tes oreilles. Tu préfères ton petite cocon, je comprends.

Le déni est juste un prison douillette qui t’empêche de grandir. C’est plus confortable d’enfouir ta tête dans le sable, je suis d’accord, mais est-ce vraiment ce que tu veux ?

Quoi ? Tu te demandes pourquoi mes clients viennent me voir ? Pour accepter la réalité, pardi. Ça fait mal, mais ça soulage tellement.

Et toi, qui choisis de ne pas voir ta vie personnelle et professionnelle s’écrouler, tu penses vraiment que ça va s’arranger tout seul ? Lâche prise, mec, c’est pas en construisant haut et fort des remparts de déni que tu vas arranger les choses.

S’il te plaît, laisse tomber ce trio maudit de déni, déception et peur. Affronte ta vie, prends-la à bras-le-corps, je suis là pour ça. Ensemble, on va réussir, je te le garantis.

Et mets fin à cette relation avec le déni. Ce n’est pas ton ami. C’est un vrai vampire qui te pompe ton énergie. Maintenant, c’est le moment de te réveiller et de vivre ta vie en plein jour. Allez, debout !

Classé dans :

nouveau

Ras le bol de recevoir des mail ?

Alors, j’ai exactement ce qu’il te faut. Reçois les news du WhyIsLife via la messagerie Telegram, chaque soir, vers 21h00. Simple, rapide, gratuit.

Accès immédiat, simple et gratuit

prg confiance

à lire dans : Les actualités

  • impermanence

    Comprendre l’impermanence et avantages

    Stéphane
    /
    20/05/2024
  • suis je heureux

    Comment savoir si je suis heureux

    Stéphane
    /
    20/05/2024
  • se sentir innutile

    Dompte la peur de se sentir inutile

    Stéphane
    /
    17/05/2024

à lire dans : Dossier le déni

  • excuses

    Arrête avec tes excuses bidons !

    Stéphane
    /
    17/04/2024
  • miroir

    miroir, miroir, pourquoi ça foire ?

    Stéphane
    /
    16/04/2024
  • immobilisme

    l’immobilisme, la mauvaise stratégie

    Stéphane
    /
    17/04/2024