Tu as le droit de faire des erreurs !

Eh oh, je te cause ! Un truc à te dire : l’erreur, c’est pas si grave. Tu t’es planté? Et puis quoi ? On ne va pas te sacrifier sur l’autel du zéro défaut. Ni te foutre la honte de ta vie, ni te mettre une étiquette de loser. Tombé de vélo ou raté un gâteau autrefois, tu t’en souviens ? T’as pas jeter l’éponge, t’as appris. Alors cap ou pas cap de changer ton regard sur tes erreurs, aussi bien en cuisine qu’à ta boîte ?
droit l erreur

Une l’erreur, et alors ?

T’es là, oui, juste devant ton écran. T’as pas besoin de te cacher ou de faire semblant. Quoi ? T’as fais une bourde ? Un loupé ? Tu t’es planté quelque part ? Bah, franchement, et alors ?

Oui, je te parle à toi. Parce que tu vois, l’erreur, c’est pas un gros mot. C’est pas une tache sur ta reputation ou un tatouage indélébile de loser sur ton front.

oser sa voie

1€ par semaine
Moins cher que ton café ou ton thé
1€ par semaine ? C’est vrai, tu as raison, c’est de la merde ! Trace ta route.

Non, on va pas t’exécuter en place publique parce que tu as foiré un truc. Et non, ça ne veut certainement pas dire que t’es nul.

Te souviens-tu de la première fois que t’as essayé de faire du vélo ? Combien de gamelles t’es-tu prises avant de réussir à tenir en équilibre sur ces deux roues infernales ?

Et qu’est-ce que t’as fait ? T’as jeté ton vélo au bout de la première chute ? Non ! Tu t’es relevé, t’as remonté en selle et t’as pédalé encore et encore, jusqu’à ce que le vent siffle à tes oreilles.

Les erreurs, les meilleurs profs de la vie

Parle-moi de cette fois où tu as complètement raté ton gâteau au chocolat parce que tu as confondu le sel avec le sucre. Qu’est-ce que ça t’a appris ? Que t’as juré de ne plus jamais cuisiner de ta vie ? Non, bien sûr que non.

T’as simplement appris à être plus attentif la prochaine fois, à bien lire les étiquettes. Parce que oui, l‘erreur est formatrice. Elle te permet d’apprendre, de t’améliorer et de grandir.

Alors, pourquoi appliques-tu cette règle à des situations simples comme le vélo ou la cuisine mais pas à ta vie en général ?

Pourquoi quand tu fais une erreur dans ta vie professionnelle ou personnelle tu te dis que c’est la fin du monde, que tu es nul ?

N’y a-t-il pas une contradiction là quelque part ? C’est ce que je suis en train de te dire, une erreur ça ne définit pas qui tu es. Au contraire, ça te propulse vers la personne que tu pourrais devenir.

L’autre jour, tu m’as parlé de ton collègue qui a complètement raté une présentation devant la boîte entière. T’as dit qu’il était complètement nul, qu’il n’aurait jamais dû être embauché.

Mais t’as pas vu la quantité de travail qu’il a mis derrière, les heures supplémentaires, les révisions… Il a juste chuté. Comme toi sur ton vélo. Et il va se relever, comme toi, il le fera.

Alors, la prochaine fois que tu trébuches, que tu renverses ton café, que tu oublies une deadline, que tu envoies un mail avec une faute de frappe, respire.

Tu n’es pas nul, tu es humain. Tu as le droit à l’erreur. Et chaque erreur n’est qu’une opportunité déguisée pour apprendre, pour grandir, pour devenir une meilleure version de toi-même.

Alors oui, l’erreur est tout à fait naturelle. Tu as le droit à l’erreur. Et ça ne veut absolument pas dire que t’es nul. Au contraire, ça prouve que tu es courageux, que tu essaies, que tu te bats. Et c’est bien plus important que n’importe quelle réussite parfaite. Alors n’hésite plus, et accepte tes erreurs avec le sourire.

Vivre et grandir en pivotant sur ses erreurs

Rappelle-toi quand tu as mal jugé un ami. Tu t’es excusé pour ton erreur et t’as appris à mieux connaître les gens avant de porter des jugements, n’est-ce pas ? Voilà une autre illustration de la faute bénéfique. On apprend toujours de ce qu’on fait mal. C’est en se trompant qu’on corrige le tire, qu’on s’ajuste, qu’on s’améliore.

C’est pareil avec ta relation amoureuse qui a capoté. Tu as fait des erreurs, des choix que tu regrettes maintenant. Tu t’es dit que t’étais vraiment un con d’avoir agi comme ça. Mais ce con, tu l’as laissé derrière toi, pas vrai?

Tu as beaucoup appris de cette rupture. Ça t’a rendu plus mature, plus réfléchi dans ta manière d’aborder les relations. Alors pourquoi tu te flagellerait pour ça ?

Il faut que tu saisisses une chose: c’est souvent sur nos erreurs que nous bâtissons notre expérience. Les bévues nous aident à améliorer nos compétences, à développer notre résilience, à construire notre confiance en nous en surmontant les obstacles.

Je sais que t’as une grosse pression de performantisme sur les épaules, et que l’idée d’échouer peut te terrifier. Mais essaye de voir les choses autrement. Chaque fois que tu fais une erreur, c’est une nouvelle chance de progresser et d’améliorer quelque chose. C’est une étape nécessaire sur le chemin de l’excellence.

C’est comme ça qu’on avance, en apprenant de ses bourdes

Maintenant, regardons les conséquences. Pense à cette fois où tu as complètement foiré un examen à l’université, tu as redoublé une année, laisse-moi te dire que c’est pas la fin du monde ! Ça t’a même permis d’apprendre plus, d’améliorer ta méthode de révision, de resserrer les boulons là où il fallait.

Ou pense à cet emploi que tu as perdu parce que tu n’arrivais pas à assurer. Qu’est-ce qui s’est passé ensuite? Tu t’es retrouvé dans un autre boulot, meilleure boîte, meilleur poste et meilleure paie. Donc finalement, est-ce que cette erreur n’a pas conduit à une situation meilleure ?

En cloture, l’erreur est non seulement indispensable, mais elle est aussi source de progrès. Elle n’est pas une honte, mais une étape, une leçon, un jalonnement sur ta route. Elle te permet de rectifier le cap, de changer ta façon de faire, de penser, d’appréhender les choses. Et la plupart du temps, elle te fait prendre une bien meilleure direction que celle que tu avais choisie en premier lieu.

Alors, ne sois pas trop dur avec toi-même. T’apprends, comme tout le monde. T’as le droit à l’erreur, mec. Parce que ces erreurs, ce sont elles qui te forgent, qui te font grandir. Et sans elles, tu n’aurais sans doute jamais été la personne que tu es aujourd’hui.

En conclusion

T’as vu, on a tous nos boulettes, nos faux pas et nos couacs. Qui peut se vanter d’avoir tout fait à la perfection dès le départ ? Personne, je te le dis. Et ce n’est pas grave, c’est même bon pour nous. Parce qu’on avance, en pivotant sur ces plantades. On s’ajuste, on affine notre savoir-faire, notre savoir-être.

C’est dans la gueule de nos erreurs que se forge la force de nos réussites, qu’on trouve la motivation pour se relever et le courage pour continuer. Chaque bêtise est un professeur sans pitié mais terriblement efficace. La douleur de l’erreur est l’encre indélébile qui marque nos leçons dans notre esprit.

C’est comme ça qu’on grandit, qu’on s’émancipe, qu’on devient la personne qu’on aspire à être. Pas en restant au chaud dans sa zone de confort, mais en se lançant, en expérimentant, en faisant des conneries et en apprenant de tout ça.

N’aies pas peur de te planter. Embrasse tes erreurs, remercie-les même. Elles sont tes alliées, tes guides, tes enseignants. Elles t’aident à tracer ta route, à construire ta vie. Elles sont aussi précieuses que tes réussites.

Alors, au lieu de les craindre, accueille-les à bras ouverts. Apprends d’elles, grandis grâce à elles. Et, surtout, n’oublie pas que c’est en pivotant sur tes erreurs que tu apprends véritablement à vivre.

L’oeil du coach

L’erreur, cette terrifiante notion qui te fait trembler à chaque fois. En quoi l’erreur est-elle si néfaste ? Elle n’est autre qu’une expérience, qui te conduit vers la connaissance, l’amélioration et la réussite. Réveille-toi !

T’en-tu souviens cette fois où tu as foiré un examen ? Du choc initial à la déception, tu as trouvé, dans le fond de toi, la complainte pour te relever et rebondir. Souviens-toi de ton ancienne relation sentimentale qui a capoté.

N’étais-tu pas plus déterminé à connaître celui ou celle avec qui tu as aujourd’hui ?

Ne vois-tu pas combien chaque échec a eu un riche enseignement à t’apporter ? Selon le psychologue Carl Rogers, nous avons un ardent désir d’apprentissage inné.

Et l’apprentissage efficace est un processus continu pendant lequel nous faisons des erreurs, corrigeons et apprenons. Le psychologue américain Albert Bandura a affirmé dans son théorie d’apprentissage social que nous apprenons beaucoup de nos erreurs.

À chaque erreur, il y a une confrontation à une réalité qui constitue ainsi une formidable occasion d’apprentissage.

Franchement, n’es-tu pas enthousiasmé par l’idée de grandir et de devenir une meilleure version de toi-même? Oui, l’erreur fait mal. Oui, elle rend inconfortable.

Mais accepte-la et donne-toi le droit de la commettre car elle existe pour un seul but : t’aider à progresser, t’aider à apprendre.

Alors laisse partir cette peur, embrasse vaillamment tes erreurs et sois-en même reconnaissant car sans elles tu resterais le même, avec les mêmes peurs, les mêmes doutes et la même ignorance.

L’erreur n’est pas un échec ou une faute, c’est une leçon, une marche vers l’évolution personnelle.

Accepte-là, apprends d’elle, grandis avec elle et tu deviendras une personne plus sage, plus forte et, bien sûr, plus heureuse.+

Ajouter à mes favoris Ce article figure dans tes favoris (: 0

Voir mes favoris

à lire dans : Les actualités

  • peur de l engagement

    Comment reconnaître les symptômes de la peur de l’engagement ?

    Stéphane/
    27/02/2024
  • peur de vieillir

    Comment surmonter ta peur de vieillir

    Stéphane/
    27/02/2024
  • emotion sensation perception

    distinguer les émotions, les sensations et les perceptions

    Stéphane/
    26/02/2024