Est-ce une déviance d’être attiré par le BDSM ?

Eh ouais, tu te sens attiré par le BDSM. Et ça te file un peu des boutons, avoue-le. Tu te demandes même si t’es pas un peu déviant, non ? Si t’es pas en train de dépasser les bornes… Hé mais écoute-moi bien : fous-toi la paix avec ton baromètre de la morale. T’as le droit d’aimer ce que tu kiffes. C’est pas ta faute si tu aimes explorer tes désirs. Arrête de te juger, et découvre avec moi pourquoi le BDSM, c’est pas si déviant que ça.
bdsm

Pas si déviant, ce BDSM

Allez, avoue, camarade. Tu t’intéresses au BDSM. Tu aimes cette petite poussée d’adrénaline qui te traverse lorsque tu explores l’inconnu, cette petite étincelle qui s’allume quand tu flirts avec « l’interdit ».

Et maintenant, voilà que tu te sens coupable, anormal. Tu te dis, sûrement, que tu es déviant, que tu t’éloignes de la « norme ». Tu te demandes si c’est mal

Pff, laisse-moi te dire ceci, mon ami : arrête de projeter l’ombre de la moralité sur ton désir, cesse d’étiqueter tes instincts comme déviants ou normaux. Ce qui est bon ou mauvais, c’est ta façon d’agir, pas tes envies intérieures, et certainement pas ton attirance pour le BDSM.

Mais pourquoi je dis ça ? Ah ouais, parce qu’il paraîtrait que je suis un coach qui a aidé des milliers de personnes à dépasser leurs peurs et leurs culpabilités pour embrasser leurs véritables désirs.

Alors permet que je te fasse découvrir pourquoi il n’y a rien de mal à être attiré par le BDSM.

Une étude publiée en 2013 dans le Journal of Sexual Medicine a révélé que les personnes pratiquant le BDSM ne présentaient pas plus de troubles mentaux que celles qui n’en pratiquaient pas.

En fait, les personnes pratiquant le BDSM avaient souvent une meilleure santé mentale que ceux qui n’en pratiquaient pas.

Elles étaient moins anxieuses, moins sensibles à la rejet et avaient un meilleur bien-être général. ah bah ouais, ça calme un peu (:

De la déviance à la découverte de soi

Alors, arrête cette idée reçue absurde que l’attirance pour le BDSM est une déviance.

C’est une expression authentique de ton désir, une exploration de soi qui peut conduire à une connaissance de soi plus profonde.

Et qui sommes-nous, mon ami, pour juger de ce qui est normal ou déviant dans le champ infini des désirs humains ?

Ose t’aventurer et demande-toi : « Pourquoi suis-je attiré par cela ? Qu’est-ce que cela peut m’apporter de plus, de bénéfique, dans ma vie ?« 

Et tu sais quoi ? Même le DSM-5, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux très respecté de l’American Psychiatric Association, n’inclut plus les préférences BDSM dans ses critères diagnostiques de troubles psychiatriques.

Donc, au regard de la science et la psychiatrie, tu n’es pas plus déviant que monsieur-tout-le-monde. Alors, pourquoi te sentirais-tu coupable ou anormal ?

L’essentiel, mon ami, c’est de toujours rester dans le consentement, le respect et la sécurité. Tant que tu respectes ces principes, tu peux explorer librement tes désirs et tes fantasmes, sans honte ni culpabilité.

Je pourrais te citer encore une flopée d’études te prouvant l’innocuité de l’attirance pour le BDSM. Mais je vais plutôt te laisser digérer ces informations.

Alors vas-y, lâche ta culpabilité, embrasse ton désir, explore ton attirance pour le BDSM. Fais les choses bien, avec respect, consentement et sécurité, et il n’y a aucune raison d’avoir peur ou de te sentir coupable. Plutôt cool, non ?

L’origine du buzz autour du BDSM

Pourquoi cette attirance pour le BDSM, tu te demandes ? Parce que c’est excitant, tabou et mystérieux, mon ami.

Regarde, par exemple, le phénomène « Fifty Shades of Grey ». Tout le monde en a parlé et beaucoup l’ont lu ou vu, tout simplement parce que cela a piqué leur curiosité, et qu’ils voulaient se confronter à l’inconnu, tabou et à l’excitation de l’interdit.

Le BDSM peut aider à injecter de l’aventure et de la nouveauté dans ta vie sexuelle, à rompre avec la routine et l’ennui. Mais attention, ne saute pas à pieds joints dans le BDSM pour échapper à la réalité de ton quotidien, c’est pas le but. C’est plutôt un moyen de mieux te connaître, de mieux comprendre ton corps et tes désirs, d’apprendre à lâcher prise et à te confier à ton partenaire, à vivre l’instant présent.

Les conséquences du BDSM dans ta vie

L’une des conséquences du BDSM, c’est l’amélioration des relations, camarade. En général, les pratiquants du BDSM tendent à être plus ouverts et honnêtes avec leurs partenaires, car ces pratiques exigent une communication claire et un consentement explicite.

Cette ouverture ne se limite pas aux moments intimes ; elle se répercute sur tous les aspects de la relation, renforçant la confiance et la complicité.

Par ailleurs, le BDSM peut être une formidable voie de découverte de soi. Il te pousse à explorer tes limites, à identifier ce qui te procure du plaisir et ce qui ne t’attire pas.

Cette exploration peut te rendre plus confiant et sûr de toi, pas seulement dans ta vie sexuelle, mais dans ta vie de tous les jours.

Cependant, il est bon de se rappeler que le BDSM n’est pas un remède universel. Comme toute chose, il doit être pratiqué de manière responsable.

L’importance de s’informer correctement, de fixer des limites claires et de toujours respecter le mot de sécurité ne peut être sous-estimée.

Les risques de malentendus ou de dépassement des limites sans une communication adéquate sont réels et peuvent avoir des conséquences émotionnelles et physiques.

Le BDSM, c’est aussi se confronter à ses propres ombres, à ce que la société a souvent dépeint comme « mal » ou « déviant« .

Embrasser ces aspects de soi-même demande du courage et une certaine résilience face au jugement extérieur. Mais pour ceux qui osent, cela peut mener à une libération profonde et à une acceptation de soi rarement égalée.

Le BDSM a le potentiel d’enrichir ta vie de manières inattendues, à condition d’être abordé avec curiosité, respect, et un esprit ouvert.

C’est un voyage pas comme les autres, une exploration audacieuse qui peut t’amener à redécouvrir le plaisir sous un nouveau jour et à te connecter avec ton partenaire à un niveau jamais atteint auparavant.

En conclusion

Alors, ne te méprends pas sur le BDSM, ce n’est pas que des pratiques bizarres et douloureuses. C’est une exploration de soi, un partage de confiance et de respect.

C’est une nouvelle façon d’aimer, un voyage pour ta curiosité et ton plaisir, et ce n’est pas mal tant que ça se passe dans la sécurité, la santé et la communication ouverte. C’est un moyen d’explorer tes fantasmes et de les accepter.

Il est important de connaître ton why, tes valeurs, ce qui compte pour toi dans la vie. Cette sensibilisation te permet de comprendre et d’exprimer tes désirs, tes limites.

Elle renforce le respect de toi-même et des autres, favorise une communication saine. Tu as le droit d’aimer et d’être aimé à ta manière, et personne ne devrait juger tes choix tant que tu fais preuve de respect.

Donc, n’hésite pas à en apprendre davantage sur toi-même, à explorer tes désirs et fantasmes et à oser en discuter ouvertement avec ton partenaire. Il y a toujours plus à découvrir au sujet du BDSM, mais sache que la clé pour en profiter pleinement est de le faire à ta manière, à ton rythme.

L’oeil du coach

Enfile donc ton costume de cuir

Ah, le BDSM… Cette attirance perçue comme déviante par certains, éveille en toi une curiosité mêlée d’excitation. Te voilà tiraillé par la culpabilité et la confusion. Heureusement, je suis là pour te remettre les idées en place. Donc, ne change rien. Continue de tourner en rond en te demandant si tu es normal ou malsain en aimant le BDSM. C’est une excellente utilisation de ton énergie. Ce n’est pas du tout dommageable.

Prépare-toi à une révélation

Bref, selon une étude de 2013 publiée dans le Journal of Sexual Medicine, les adeptes du BDSM sont à égalité en termes de santé mentale avec ceux qui n’en pratiquent pas. Mieux encore, ils sont souvent moins anxieux, moins sensibles au rejet et jouissent d’un bien-être supérieur. Renversant, n’est-ce pas ?

Alors, au lieu de t’embarquer dans un auto-sabotage sans fin, pose-toi cette question : Pourquoi suis-je attiré par le BDSM ? Que pourrais-je y trouver de positif, à ajouter à ma vie ? (oui, je radote, et alors ?)

N’oublie pas les règles du jeu

Le consentement, le respect et la sécurité sont les maîtres-mots au cœur du BDSM, camarade. Tant que ces principes sont maintenus, la liberté est à toi. Révèle tes désirs sans jugement ni blâme.

Après tout, le Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux (DSM-5) n’inclut plus les préférences BDSM dans ses critères diagnostiques de troubles psychiatriques. C’est une victoire, non?

Et cette fascinante curiosité

Comme une ode à l’interdit, le BDSM pique ta curiosité et incite au mystère, un peu comme le phénomène « Fifty Shades of Grey ». Mais attention, ne te jette pas tête baissée dans ces pratiques pour fuir ta réalité ennuyeuse.

L’aventure doit toujours commencer par une meilleure connaissance de soi, et non par la quête d’un exutoire éphémère.

Sur le chemin de l’autonomie

L’exploration de ton désir à travers le BDSM peut mener à un amour authentique et un respect mutuel. Cela implique un partage de confiance et permet d’explorer tes fantasmes en toute liberté. Pour aller plus loin dans la découverte de soi, je t’invite à consulter ce guide.

nouveau

Ras le bol de recevoir des mail ?

Alors, j’ai exactement ce qu’il te faut. Reçois les news du WhyIsLife via la messagerie Telegram, chaque soir, vers 21h00. Simple, rapide, gratuit.

Accès immédiat, simple et gratuit

prg confiance

à lire dans : Vie amoureuse

  • gentillesse couple

    le secret des couples heureux

    Stéphane
    /
    21/05/2024
  • porno couple ruine

    comment le porno peut détruire ta vie sexuelle

    Stéphane
    /
    17/05/2024
  • amour durable

    transformer un coup de foudre en amour durable

    Stéphane
    /
    09/05/2024

à lire dans : Dossier le sexe dans le couple

  • porno couple ruine

    comment le porno peut détruire ta vie sexuelle

    Stéphane
    /
    17/05/2024
  • les fantasmes

    Le fantasme, quand ta tête part en voyage

    Stéphane
    /
    05/04/2024
  • la masturbation

    La masturbation, c’est bien, c’est mal ? Le guide ultime pour tout savoir

    Stéphane
    /
    03/04/2024