Comprendre et surmonter la déprime saisonnière

Hey, tu sais ce que c’est, la déprime saisonnière? Ouais, c’est ça, le blues de l’hiver qui te fait sentir tout raplapla dès que le froid pointe son nez. Ça arrive à des tas de gens et c’est pas un truc à prendre à la légère. On va te filer quelques tuyaux pour combattre cette saleté. Ouvre grand les ouïes et reste avec nous, ok? On va s’en sortir.
deprime saisonniere

Déprimé dès que le soleil se cache?

Hey, toi! Oui toi qui te sens un peu patraque. Tu sais, c’est normal de ne pas être au top de ta forme toute l’année. Tu as peut-être entendu parler des fameuses « déprimes saisonnières »? Mais qu’est-ce que ça signifie exactement, hein?

La déprime saisonnière, mais aussi le « blues de l’hiver », c’est quand tu te sens raplapla, plus fatigué, moins motivé dès que les jours raccourcissent et que le froid pointe le bout de son nez. Ne te sens pas coupable, okay ? Ça touche beaucoup de monde. Les professionnels de la santé appellent ça un trouble affectif saisonnier, et c’est une vraie affaire, un truc sérieux quoi.

oser sa voie

1€ par semaine
Moins cher que ton café ou ton thé
1€ par semaine ? C’est vrai, tu as raison, c’est de la merde ! Trace ta route.

Pourquoi ça arrive ? La faute à la lumière et au soleil. Quand il fait gris et nuit tout le temps, ton corps en prend un coup. C’est lié à la mélatonine, l’hormone qui régule ton sommeil et ton humeur. Quand il y a moins de lumière, ton corps en produit plus, et paf ! ça te rend léthargique et peu enthousiaste.

Et maintenant, comment on s’en sort?

Alors, tu te demandes, « et maintenant, que faire? » Pas d’panique! Première chose à savoir : tu n’es pas seul. Rien que ça, c’est réconfortant, n’est-ce pas ?

Ensuite, il y a des moyens de lutter contre ça. Le fait que tu t’interroges, que tu cherches des solutions, c’est déjà un super pas en avant. Allez, épaules en arrière, poitrine en avant. On y va!

Fais entrer la lumière dans ta vie. Ouvre les rideaux, mets-toi près de la fenêtre, fais une balade même si le temps te paraît pourri.

La lumière, même sous un ciel couvert, ça aide. Ensuite, essaye de maintenir un rythme régulier. Mange équilibré, dors assez mais pas trop, et fais de l’exercice régulièrement.

La luminothérapie, tu connais ? Ce sont des lampes spéciales qui simulent la lumière du jour. Ça peut être très efficace pour certains, alors pourquoi pas toi?

Joue-la comme Churchill et fais du « keep buggering on ». Traduction : « continue, peu importe quoi ». C’est ça l’idée. Même si c’est dur, même si c’est pénible, on garde le cap.

Tu peux aussi prendre des compléments alimentaire comme l’huile de foie de morue en gélule (ça n’a pas de gout), c’est blindé de vitamine D, la même que le soleil apporte et qui t’aide à te sentir bien. Tu peux aussi faire une cure de magnésium, pour l’humeur, c’est parfait. Et puis, fais du sport, par session de 30 minutes minimum, ton cerveau va fabriquer des endorphines, hormones du bonheur.

Tu te sens trop à plat pour gérer ça tout seul? Contacte un professionnel de la santé. Les psychologues, les psychiatres, ils sont là pour ça. Ils vont te filer un coup de main, te donner des conseils sur mesure, répondre à tes questions.

Et rappelle-toi : la déprime saisonnière, ce n’est pas définitif. Les beaux jours reviendront, avec le soleil et l’énergie qu’il t’apporte. Pas d’hésitation, fais-toi aider, parle de ce que tu ressens, ne garde pas ça pour toi, okay? C’est en écoutant tes propres ressentis et en cherchant de l’aide que tu surmonteras ça. Allez, courage!

Qu’est-ce que j’ai à perdre, hein?

Si t’en es là jusqu’au cou, t’as sans doute déjà tout essayé, non? Je parie que t’as pris des tonnes de chocolat chaud, mais ça t’a juste donné mal au ventre. Ou peut-être as-tu regardé tout le catalogue Netflix, mais ça n’a fait qu’augmenter ton sentiment de solitude.

Alors tu te demandes : « Qu’est-ce que j’ai à perdre, hein? » Et je te réponds : « Rien du tout! » Parce que, mec, t’as déjà touché le fond, donc t’as qu’à remonter! Haut les cœurs!

Maintenant, faut pas croire que tout cela sera facile. T’as probablement déjà essayé une centaine de choses, et aucune n’a fonctionné. Mais ne t’en fais pas, on ne cherche pas à te faire faire quelque chose de radicalement différent. Pas besoin de te jeter d’un avion ou de te font prendre du yoga en plein air par -20°C. On demande juste de petites modifications, de petits ajustements.

Par exemple, essaie de passer plus de temps dehors. Même s’il fait froid. Même s’il fait gris. Même si ça te fait chier. La lumière du jour, même quand elle est maussade, peut aider. Elle peut être meilleure pour l’humeur que la lumière artificielle.

Autre petite modification : essaie de manger un peu mieux. Je ne parle pas de devenir végétarien ou de bannir tous les glucides. Juste des fruits et légumes en plus, de l’eau en plus, des aliments entiers et non transformés en plus.

Et n’oublie pas de bouger ton corps. Rien de fou, hein. Juste une petite marche, un petit jogging, un peu de yoga ou de danse. Peu importe, tant que tu bouges.

Alors tu vois, on ne te demande pas beaucoup. Juste de petites choses, étape par étape. Et si ce n’est pas suffisant, il y a toujours des professionnels pour t’aider. Des vrais gars qui savent ce qu’ils font. Va les voir, parle-leur. Ils peuvent t’aider. Tu n’as pas à traverser ça tout seul.

Et rappelle-toi: le printemps est toujours au bout de l’hiver. Il t’attend, avec les oiseaux et les fleurs, la lumière du soleil et l’énergie qu’elle t’apporte. Allez, accroche-toi!

En conclusion

Il n’y a rien à perdre, sauf ton malaise, ces saletés d’émotions qui te collent à la peau h24. Oui, tout ça peut te foutre encore plus dans la merde, mais si t’es déjà en plein dedans, tu risques quoi ? Rien de bire que maintenant. P’t’être que tu sortiras même de cette galère une fois pour toutes. Peut-être que tu découvriras que te bouger un peu ce n’est pas si naze. Manger mieux? t’as rien à perdre et tout à gagner.

Alors, vas-y, pousse la porte de la cage, bouge ton corps un peu, achète toi une salade, et respire de ce bon air frais et tout. Le bonheur, ça commence par soi-même, puis il s’étend dans l’univers.

Allez, debout ! En avant toute ! Rappelle-toi que chaque petit pas est une victoire et même si tu trébuches de temps en temps, ce n’est pas une raison pour te laisser abattre.

Et si jamais t’y arrives pas seul, vas-y, consulte, n’aie pas honte. Les toubibs sont là pour ça. Surtout, ronge pas ton frein seul dans ton coin. Y a des gens géniaux qui peuvent t’aider.

T’es humain putain, t’as le droit d’être mal, mais t’as aussi le droit de te sortir de ce merdier. Accroche-toi, parce que personne ne le fera à ta place ! Ressaisis-toi et vas-y, fonce, le monde t’attend !

L’oeil du coach

La déprime saisonnière ou le « blues de l’hiver » est une réalité pour beaucoup. Ces baisses d’humeur et de motivation surviennent généralement lorsque les jours raccourcissent et que les températures baissent.

C’est une vraie affaire, reconnue par les professionnels de la santé sous le nom de trouble affectif saisonnier. Cela est dû principalement à une augmentation de mélatonine, l’hormone qui régule le sommeil et l’humeur, en raison de l’absence de lumière solaire.

Ce n’est pas une fatalité et plusieurs stratégies peuvent t’aider à surmonter ces baisses d’énergie.

D’abord, essaie de maximiser ta lumière naturelle : ouvre les rideaux, va te promener même si le temps est gris. Ensuite, respecte un rythme de vie sain et stable : mange équilibré, dors suffisamment et fais régulièrement de l’exercice.

La luminothérapie, avec des lampes qui simulent la lumière du jour, a également fait ses preuves, tout comme l’importance d’un soutien psychologique professionnel si les symptômes persistent.

Ce n’est pas un parcours facile, il faut des petits changements progressifs de ton style de vie. Même si tu as déjà tout essayé, sache qu’il est possible d’améliorer les choses.

Consomme plus de fruits et légumes, bois plus d’eau, privilégie les aliments entiers non transformés. Bouge ton corps, même par une petite marche. Et n’oublie pas, même si le chemin semble difficile, le printemps revient toujours après l’hiver.

Si cela devient trop difficile à gérer seul, n’hésite pas à consulter un professionnel. Il existe des spécialistes et des ressources pour t’aider à traverser cette difficile période de l’année.

Garde toujours à l’esprit que, même si tu trébuches, chaque effort compte et on se relève toujours plus fort. Alors n’aie pas honte, consulte si besoin. Tu n’es pas seul dans cette lutte, accroche-toi et n’oublie pas, les beaux jours reviendront.

Ajouter à mes favoris Ce article figure dans tes favoris (: 0

Voir mes favoris

à lire dans : Les actualités

  • peur de l engagement

    Comment reconnaître les symptômes de la peur de l’engagement ?

    Stéphane/
    27/02/2024
  • peur de vieillir

    Comment surmonter ta peur de vieillir

    Stéphane/
    27/02/2024
  • emotion sensation perception

    distinguer les émotions, les sensations et les perceptions

    Stéphane/
    26/02/2024