WhyIsLifeCroissance personnelleLe bonheurla clé du bonheur est ici

la clé du bonheur est ici

stephane briot whyislife orange 1

Stéphane

Eh ouais, je te le dis cash, même quand tout est à chier, tu peux toujours choisir le bonheur. Les coups durs, les galères en boucle, ça te donne une excuse peut-être pour te laisser chialer dans ton mouchoir ? Arrête de kiffer ton rôle de victime permanent, ça te bouffe de l’intérieur, poto. Cinéma constant, blablas continus de complaintes, tout ça pour rester scotché à ta misère. Hé! Le bonheur, c’est pas un cadeau tombé du ciel, non! C’est un choix, t’entends? Alors, tu fais quoi? Choisir ou chialer?
heureux malgre le passe

Le bonheur est un choix, même quand tout est à chier

Alors, tu crois qu’il est impossible d’être heureux malgré ton passé chaotique, tes problèmes incessants ? Oh oui, reprends un autre paquet de mouchoirs et continue à broyer du noir.

Ainsi, tout en racontant à qui veut l’entendre comment la vie te maltraite, continue à t’enliser dans cette spirale de tristesse. C’est tellement gratifiant, n’est-ce pas, d’être la victime permanente ?

Mais camarade, laisse-moi te dire une chose. Cette posture de victime éternelle, ce mélodrame permanent consomme ton énergie et fait de toi son esclave. Ce n’est pas une vie ! Non, absolument pas.

Le bonheur n’est pas matérialisé par un alignement astral ou sous l’effet d’une baguette magique, il résulte d’un choix délibéré. Tu entends ça ? Un choix délibéré, camarade.

L’adversité fait partie de la vie. Mes propres démons m’ont tiré vers le fond, mais j’ai fait le choix de sortir de cette noirceur. Des générations de psychologues comme Freud et Viktor Frankl, pour ne citer qu’eux, ont étudié la résilience humaine face à l’adversité et ont constaté que le bonheur pouvait surgir même des pires drames.

D’ailleurs, je ne suis pas le seul à penser ainsi. Une étude menée par George Bonanno, professeur de psychologie clinique à l’Université Columbia, a montré que lorsqu’on fait face à une adversité majeure, la plupart des gens demeurent résistants, capables de maintenir un niveau de bonheur relatif.

Mais voilà, tu entends le mot “effort” et tu imagines aussitôt un travail de titan, indépassable. Rassure-toi. Ce n’est pas devenir un guerrier spartiate, ni terminer un marathon. Il s’agit d’un travail sur toi. Attention, je te vois venir, arrête de rouler des yeux.

Le bonheur, ce trésor intérieur à portée de main

Il est grand temps que tu acceptes tes erreurs et que tu cesses d’en faire une montagne. Lâche prise. C’est épuisant de vivre avec tout ce bagage du passé. Pose-le. Et si réellement tu n’y arrives pas, trouve-toi un bon coach ou un thérapeute. J’en connais un plutôt bon, je dis ça, je dis rien.

Bref, quel que soit ton choix, il te faut impérativement commencer par tailler dans le vif. C’est-à-dire reconnaitre les sources de ton mal-être, les identifier et leur faire un jolie doigt d’honneur.

Maintenant, arrête de chercher constamment le bonheur à des endroits que tu ne contrôles pas, comme de trouver le partenaire idéal, de remporter la loterie et de retrouver cette silhouette d’ado. Ne place pas ta quête du bonheur dans des éléments extérieurs. Le bonheur que tu recherches se trouve juste là, en toi.

C’est pas facile, c’est sûr. Mais je te dis, tu en es capable. Tu es capable de reprendre ta vie en main, de ne pas laisser ton passé décider de ton futur. Tu es capable de faire le choix d’être heureux malgré tout. C’est ça, la fameuse résilience.

Mon ami, il est temps de faire un choix. Tomber et se relever. C’est ça la véritable force. Tu as le droit d’être heureux, et rien, pas même ton passé ou tes problèmes ne doit t’en priver. Alors qu’est-ce que tu attends ?

Les causes du mal-être et les raisons de choisir le bonheur

Commençons par cette voix insupportable dans ta tête, tu sais celle qui te rabaisse sans arrêt, qui te fait ressasser tes erreurs et faiblesses. C’est ton pire ennemi. Cette voix foutue, c’est toi. Tu es responsable de ta propre torture mentale. T’entends ça, c’est toi qui te fais du mal, personne d’autre.

Alors oui, on a tous eu des merdes dans notre vie. Des trucs pas jojos, des types un peu trop lourds, des jobs nuls, et des peines de cœur douloureuses. Mais est-ce une raisonnement valable,camarade, pour se laisser abattre et consacrer notre vie à se plaindre ?

Bien sûr que non. Sache que c’est complètement normal de se sentir parfois triste, en colère, frustré, ça fait partie de la vie putain. Les émotions, ce ne sont que des visiteurs. Ça va, ça vient. Laisse-les passer. Ne leur donne pas trop d’importance.

Les conséquences de choisir le bonheur

Maintenant que tu sais d’où vient ton mal-être, laisse-moi te parler du pouvoir libérateur de choisir le bonheur. Ah, je te vois venir avec ton scepticisme. “Choisir le bonheur, comme si c’était aussi simple que de choisir la couleur de son t-shirt le matin !

Eh bien, laisse-moi te dire quelque chose, mon ami. Ce n’est peut-être pas facile, mais c’est possible. Et ça, ça change tout. Mettons de côté les gens qui passent des heures à se prendre la tête sur la couleur du t-shirt… tu vois de quoi j’parle :p

Le Bonheur : Un Combat Quotidien

Le bonheur, ça se travaille, comme les muscles d’un athlète. Tu crois que mon parcours a été un long fleuve tranquille ?

Mon ami, c’était une putain de tempête. Une mère toxique, des infarctus qui m’ont frôlé la mort, une vie marquée par l’autodestruction.

Mais regarde-moi maintenant. Je n’ai pas laissé mon passé définir mon futur. J’ai choisi de combattre pour ma paix, pour mon bonheur.

Pourquoi choisir le bonheur ? Parce que le bonheur, c’est la rébellion ultime contre tout ce qui cherche à te tirer vers le bas. C’est l’acte de courage le plus pur.

Stratégies pour Cultiver le Bonheur

  • Reconnaît tes émotions, mais ne les laisse pas te contrôler : Les émotions sont des signaux, pas des directives. Écoute-les, comprends-les, puis laisse-les partir.
  • Entoure-toi de positivité : Les gens, les lieux, les activités qui nourrissent ton âme, fais-en une priorité. La positivité attire la positivité.
  • Exprime ta gratitude : Même dans les pires moments, il y a des choses pour lesquelles être reconnaissant. Cette pratique change la perspective, crois-moi.
  • Fais la paix avec ton passé : Ton passé te hante ? Affronte-le. Écris-lui une lettre, parle à un pro, mais libère-toi de ses chaînes. Tu ne peux pas avancer en regardant dans le rétroviseur.

Le Bonheur, un Choix Courageux

Choisir le bonheur, c’est dire merde à la facilité de se morfondre dans le désespoir. C’est décider activement, chaque jour, de chercher la lumière, même quand tout semble sombre.

Et oui, ça demande du courage. Ça demande de se confronter à soi-même, à ses démons. Mais je te le demande, camarade, quelle autre option as-tu ? Vivre dans l’ombre de tes peurs, de tes regrets ?

Le bonheur est à la portée de tous. Il suffit de tendre la main, de faire le premier pas. Et si tu tombes ? Tu te relèves. Tu apprends. Tu continues. Parce que tu le vaux bien. Parce que ta vie vaut la peine d’être vécue pleinement, avec joie et passion.

Alors, prêt à choisir le bonheur ? À te battre pour lui ? C’est un voyage qui vaut chaque pas, chaque larme, chaque sourire. Et je serai là, à tes côtés, pour t’encourager. Car au final, le bonheur, c’est le plus beau des combats.

En conclusion

Crois-moi, lâche ce mal-être, laisse-le partir, il t’emmerde et t’empêche de voir le bonheur qui est juste là, devant toi.

Tu as le droit d’être heureux, de rire, de danser, de t’éclater. Oui, bien sûr que tu le mérites, toi qui lutte chaque jour contre tes démons.

Demain est un nouveau jour, une nouvelle opportunité pour te lever, respirer et mettre de la couleur dans ta vie. Alors, choisis de vivre ta vie, choisis le bonheur.

Mais n’oublie pas un truc important : le bonheur, ce n’est pas un état permanent non plus. C’est une succession de moments agréables, c’est savourer les petites choses, c’est de l’amour, c’est de la gratitude. Et pour y arriver, faut se connaître un peu, tu ne crois pas ?

Savoir qui tu es, c’est la clé. Connaître tes valeurs, ton but dans la vie, ton “why“, ça aide à avancer sur le bon chemin, le chemin qui te mènera au bon

L’oeil du coach

Le bonheur, ce luxueux choix de gagnant

Oh non ! Pas encore une histoire de choix pour être heureux ! Triompher, malgré ton passé digne d’un film hollywoodien ? Étonnant non ? J’entends déjà ton rire cynique teinté de scepticisme. Tu préfères sans doute t’apitoyer en dégustant ton thé de lamentations, peaufiner ton rôle de victime et pleurnicher à la moindre contrariété.

Et alors, qui serais-je pour te contredire ? Reste donc dans ta splendide misère ! Garde précieusement ton sceptre de malheur et ta couronne de douleur.

Mise en perspective de ta dynamique interne

Ironie mise à part, tu n’es pas la seule âme en peine à croire que le bonheur est un privilège réservé aux autres. Cette délectation malsaine à s’auto-flageller est une tendance humaine, mon ami.

Et je vais te dire, tout ça est une sombre absurdité. Ton bonheur, comme ton malheur, est un choix personnel, un acte d’autodétermination. Pas une douce chimère, mais un choix clair et affirmé.

L’adversité n’est pas l’ennemie de la joie, mais plutôt l’ancre de sa valeur précieuse. Mes propres tumultes ont forgé ce constat. Les grands esprits comme Viktor Frankl ou encore Sigmund Freud ont signé des traités sur la capacité humaine à être heureux malgré les épreuves.

Fais-moi confiance

Inutile de transpirer à grosses gouttes à l’idée d’accomplir un effort herculéen. L’effort sur le chemin du bonheur est un travail introspectif, rien à voir avec une épreuve olympique.

Il s’agit d’accepter, d’abandonner le fardeau des anciennes douleurs, de dresser un majeur bien haut en signe de rébellion à ce qui te pèse.

D’ailleurs, une étude du professeur George Bonanno de l’Université Columbia souligne la résistance humaine au malheur.

Appel à ta lucidité

Cesse de courir après les illusions d’un bonheur matériel introuvable. Le vrai bonheur est un trésor caché dans les recoins de toi-même, un joyau à déterrer et à polir.

Eh oui, camarade, il est grand temps de faire ce choix ! De prendre la direction de la joie malgré le chaos. Qu’attends-tu ?

En conclusion

Souviens-toi camarade. Le bonheur n’est pas une destination inaccessible, mais un trajet jalonné de joies simples, de gratitude, d’amours sincères.

Au final, connaître tes motivations profondes, ton “Why“, est la véritable clé. Alors… à quand le premier pas vers ton épanouissement ?

partage avec tes amis ou collègues, merci (:

stephane briot whyislife orange 2