Les biais cognitifs

Ils sont partout, ils nous régissent, nous font prendre des décisions sans que nous le sachions. Ce sont les biais cognitifs. Mais que sont-ils ? A quoi servent-t-ils ? Découvrez tout sur les biais
biais effets psychologiques 6

Qu’est-ce qu’un biais cognitif

Un biais cognitif est une erreur systématique dans la manière dont une personne pense, perçoit, interprète ou se souvient de l’information.

Ces biais résultent souvent de simplifications ou de raccourcis mentaux que notre cerveau utilise pour traiter l’information plus rapidement.

Ils peuvent influencer la façon dont nous percevons le monde qui nous entoure et affecter nos décisions et notre comportement et donc avoir une incidence sur nos croyances et nos émotions.

Comment nous créons nos propres biais

Nous créons nous-mêmes nos propres biais. Tout simplement parce que nous vivons des expériences qui nous procurent des émotions. Nous apprenons de nos émotions, et nous en tirons des enseignements.

Et c’est bien sur ces fondements que nous nous appuyons pour exprimer des opinions, des avis, des jugements, ce qui nous aide à prendre des décisions, à faire des choix.

Combien existe-t-il de biais ?

Il est difficile de donner un chiffre précis du nombre de biais cognitifs qui existent, car de nouvelles recherches en psychologie et en sciences cognitives continuent à découvrir et à décrire de nouveaux biais.

Les biais cognitifs sont souvent regroupés en catégories, comme

  • les biais liés à l’attention,
  • à la perception,
  • à la mémoire,
  • à la motivation
  • à la prise de décision.

Certains biais sont très spécifiques et s’appliquent à des situations particulières, tandis que d’autres sont plus généraux et peuvent influencer de nombreux aspects de notre vie quotidienne.

Pourquoi existent-ils ?

Les biais cognitifs existent parce que notre cerveau cherche constamment à simplifier et à traiter efficacement l’information.

Nous sommes constamment confrontés à une grande quantité d’informations et de stimuli, et notre cerveau doit faire des raccourcis pour nous permettre de prendre des décisions rapidement et d’économiser des ressources mentales.

Ces raccourcis sont appelés heuristiques, ils nous sont souvent utiles et nous aident à naviguer dans notre vie quotidienne avec succès.

Cependant, ils peuvent également entraîner des erreurs de jugement, car ils nous amènent à prendre des décisions basées sur des informations incomplètes, simplifiées ou inexactes.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les biais cognitifs existent et persistent

Évolution

Au cours de l’évolution humaine, notre cerveau a développé ces heuristiques pour nous aider à survivre dans un environnement complexe et souvent dangereux.

Ils peuvent avoir été avantageux pour nos ancêtres, en leur permettant de prendre des décisions rapides et efficaces face à des menaces ou des opportunités.

Traitement de l’information limité

Notre cerveau a une capacité limitée à traiter l’information, et les biais nous aident à gérer cette limitation en nous permettant de prendre des décisions sans avoir à analyser en profondeur chaque détail.

Simplification et catégorisation

Les biais nous aident à organiser et à catégoriser les informations, en simplifiant notre compréhension du monde et en rendant notre environnement plus facile à naviguer.

Auto-renforcement

Ils peuvent être auto-renforçants, car ils nous confortent dans nos croyances et nos attentes.

 Cela peut nous donner un sentiment de cohérence et de stabilité, même si cela signifie parfois que nous négligeons des informations contradictoires ou des perspectives alternatives.

Les biais et nos croyances

Les biais cognitifs jouent un rôle non négligeable dans le développement personnel et plus précisément, dans la création et le renforcement des croyances.

Exemple d’une personne qui se sent régulièrement coupable

Cette personne, atteinte de culpabilité, pourrait être sujette au biais de négativité, qui est la tendance à accorder plus de poids aux expériences, informations ou événements négatifs qu’aux positifs.

En raison de ce biais, la personne peut se concentrer davantage sur ses erreurs ou ses échecs plutôt que sur ses succès ou ses réalisations.

Cela peut renforcer la croyance qu’elle est constamment en faute ou qu’elle ne mérite pas de réussir.

Un autre biais qui peut influencer cette personne est le biais de confirmation.

Si elle a une croyance préexistante qu’elle est coupable ou responsable de divers problèmes, elle cherchera inconsciemment des preuves qui confirment cette croyance tout en ignorant ou en minimisant les preuves contraires.

Par exemple, elle pourrait se souvenir d’un moment où elle a commis une erreur et se blâmer pour cela, mais oublier tous les moments où elle a aidé les autres ou réussi à résoudre un problème.

Le biais de l’autocomplaisance pourrait également être en jeu.

Ce biais se manifeste lorsque les gens attribuent leurs succès à des facteurs internes (comme leur talent ou leur travail acharné) et leurs échecs à des facteurs externes (comme la malchance ou les circonstances).

Cependant, dans le cas de la personne qui se sent coupable, ce biais pourrait fonctionner à l’inverse : elle attribuerait ses succès à des facteurs externes et ses échecs à des facteurs internes (comme son manque de compétence ou son caractère défectueux).

Comment reconnaitre et contrer ses propres biais ?

Reconnaître ses propres biais cognitifs peut être difficile, car ils opèrent souvent de manière inconsciente et automatique. Cependant, il existe des stratégies qui peuvent vous aider à identifier et à contrer vos biais :

Éducation et sensibilisation

Apprenez-en davantage sur les différents types de biais cognitifs et familiarisez-vous avec les façons dont ils peuvent influencer votre pensée et vos décisions. Plus vous êtes conscient des biais, plus il est probable que vous les reconnaîtrez en action.

Remise en question de vos hypothèses

Examinez activement vos croyances et vos hypothèses pour déterminer si elles sont basées sur des preuves solides ou si elles pourraient être influencées par des biais cognitifs.

Demandez-vous si vous êtes enclin à chercher des informations qui confirment vos croyances plutôt que d’envisager des preuves contraires.

Chercher des perspectives différentes

Entourez-vous de personnes qui ont des points de vue et des expériences différents des vôtres.

Écoutez attentivement leurs opinions et considérez comment leurs perspectives pourraient remettre en question ou compléter les vôtres.

Prendre le temps de réfléchir

Les biais cognitifs sont plus susceptibles de se manifester lorsque nous prenons des décisions rapides ou sommes sous pression.

Prenez le temps de réfléchir à vos choix et de peser soigneusement les différentes options.

Tenir un journal de réflexion

Notez régulièrement vos pensées, vos croyances et les décisions que vous prenez.

Examiner ces notes pour identifier les schémas de pensée récurrents qui pourraient être le résultat de biais cognitifs.

Solliciter des feedbacks

Demandez à des personnes de confiance de vous donner des retours honnêtes sur votre pensée et vos décisions.

Ils peuvent vous aider à identifier des biais auxquels vous n’auriez pas pensé.

Adopter l’état d’esprit d’un apprenant

Considérez que vos opinions et vos croyances sont constamment en évolution et qu’il y a toujours plus à apprendre.

Cette ouverture d’esprit peut vous aider à remettre en question vos biais et à être réceptif à de nouvelles informations.

Et s’il n’est pas possible d’éliminer totalement nos biais, nous pouvons donc apprendre à en déjouer certains. Gardez bien à l’esprit que les biais ont aussi une utilité pour le cerveau.

En lui permettant d’économiser des ressources, il peut ainsi rester plus disponible pour d’autre tâches plus importantes.

Les 10 biais les plus courants

Biais de confirmation

Recherche d’informations soutenant l’opinion selon laquelle les vaccins sont dangereux, tout en ignorant les études prouvant leur sécurité et leur efficacité.

Biais d’ancrage

Estimation de la valeur d’un objet en se basant sur le prix initial proposé, même si des recherches supplémentaires révèlent qu’il est surévalué.

Heuristique de disponibilité

Crainte accrue des attaques de requins après avoir vu un reportage sur un incident récent, même si les statistiques montrent qu’elles sont rares.

Biais de rétrospection

Après une élection, croire qu’il était évident que le candidat gagnant remporterait la victoire, même si les sondages étaient serrés avant l’élection.

Biais de négativité

Se concentrer sur un seul commentaire négatif reçu lors d’une évaluation, tout en ignorant les multiples commentaires positifs.

Biais de l’autocomplaisance

Attribuer la réussite d’un projet à ses propres compétences, mais blâmer les facteurs externes (comme la malchance) en cas d’échec.

Biais de groupe

Suivre l’opinion majoritaire d’un groupe, même si elle va à l’encontre de ses propres convictions, pour éviter d’être marginalisé.

Biais d’optimisme

Sous-estimer le temps nécessaire pour terminer une tâche, en pensant qu’on sera en mesure de la réaliser plus rapidement que les autres.

Biais de statu quo

Préférer conserver sa voiture actuelle plutôt que d’en acheter une nouvelle, même si la nouvelle est plus économique et écologique, simplement par peur du changement.

Effet de halo

Suite à une première bonne impression lors d’une rencontre, attribuer à cette personne des qualités positives dans d’autres domaines, sans preuve concrète.

Les biais cognitifs en conclusion

Bien qu’ils puissent parfois nous conduire à des erreurs de jugement et à des décisions inappropriées, ils sont également un élément inévitable de la façon dont notre cerveau fonctionne.

Une fois encore, sans chercher à les éradiquer, ce qui serait impossible et dommageable, il est essentiel de prendre conscience de leur existence et de les reconnaître dans notre vie quotidienne.

En étant conscients et en mettant en œuvre des stratégies pour les contrer, nous pouvons améliorer notre pensée critique, notre prise de décision et notre compréhension du monde qui nous entoure.

Le but est de les gérer et de les atténuer afin de prendre des décisions plus éclairées et justes.

Classé dans :

nouveau

Ras le bol de recevoir des mail ?

Alors, j’ai exactement ce qu’il te faut. Reçois les news du WhyIsLife via la messagerie Telegram, chaque soir, vers 21h00. Simple, rapide, gratuit.

Accès immédiat, simple et gratuit

prg confiance

à lire dans : Vivre avec soi

  • equilibre psychologique

    à la recherche de ton équilibre mental

    Stéphane
    /
    09/05/2024
  • jouer un role

    Pourquoi tu ne dois pas jouer un rôle dans ta propre vie

    Stéphane
    /
    09/05/2024
  • inconscient

    l’inconscient : Comprends son rôle et sa signification

    Stéphane
    /
    24/04/2024

à lire dans : Dossier Psychologie

  • vide emotionnel

    Le vide émotionnel, c’est quoi

    Stéphane
    /
    16/05/2024
  • culpabilite survivant

    La culpabilité du survivant

    Stéphane
    /
    15/05/2024
  • theorie attachement john bowlby

    Comprends la théorie de l’attachement de John Bowlby en details

    Stéphane
    /
    13/05/2024