La peur de l’inconnu

L'inconnu, tu connais ? Enfin, façon de parler. Tu sais que ça fait un peu peur. Pourquoi ça fait ça, et comment dépasser cette trouille, je t'explique ça.

Le mail que te secoue la pulpe
Ce n'est pas le cul vissé dans un fauteuil, la tête dans les nuages et les pieds dans tes chaussons que tu vas trouver le chemin de ton propre succès.
Voici comment le trouver.

Salut,

Je vais te raconter une histoire. Attention, c’est pas du storytelling à la mord moi le nœud. Je vais te raconter une histoire que des milliers de gens vivent régulièrement. Et verras, au fil du récit, à quel point cette histoire, c’est pas du flan, et tu verras comment elle peut te changer la vie. Pose-toi cinq minutes, et soit attentif.

C’est l’histoire d’un déménagement. Un changement de cadre vie de vie, une volonté pour améliorer le confort de la famille. Jusque là, la vie est belle. Prend une respiration, je t’emmène en enfer.

Déménager, c’est l’inconnu. Le plus complet. C’est une toile sombre, opaque, tu ne vois rien, quedal.

Ici, on change carrément de région, on passe du sud au Nord. Le vrai Nord, tu sais, celui de la croyance populaire, le nord, gris, pluvieux, froid. Et n’oublions pas au passage que le changement, ça fait peur.

On laisse la vie du ciel bleu, du soleil, de la mer, pour filer là-haut. Tout le monde nous demande, sérieusement ou pour rire quel est l’incident qui fait que.

Y’a pas d’incident, on a juste envie de partir. Et c’est là que ton ami le cerveau entre en scène. Ce putain de coquin de cerveau.

Que fait l’humain face à l’inconnu ? Il tremble. Il ne voit rien, car rien n’est prévisible. Il ne sait pas ce qui l’attend là où il va. Alors, il est en stress complet le con. Il a peur ! Pour lui, c’est un écran noir, sombre, il ne voit rien.

Et l’inconnu, l’imprévisible, le cerveau en a horreur. Il mouline comme un con, et il mouline deux fois plus, trois fois plus, parce que l’idée de l’inconnu (dans la grande majorité des cas), ça l’effraie complètement.

Alors, pour combler les vides, il fait quoi ton ami le cerveau ? Hé bien il va chercher des repères pour se construire une image du futur, pour tenter de se la rendre moins hostile.

Et ces fameux repères, il va les chercher où ? Je te le donne en mille, dans le passé ! Tadam ! Et si ton passé ressemble à un champ de bataille, j’aime autant te dire que la vision que ton  cerveau va construire de l’avenir, elle va te faire flipper !

Le dernier véritable déménagement que j’ai eu l’occasion de faire en famille, c’est lorsque que mes parents étaient en difficulté et que nous avons atterri porte de Vanves, dans le 14ème arrondissement de Paris.

Ce fut une longue agonie, un enfer au quotidien. Et mon coquin de cerveau me rejoue la scène parce qu’il ne veut pas revivre cela. Mais ho, moi non plus ! Alors, on fait comment pour sortir d’une spirale infernale qui s’installe insidieusement ?

En premier lieu, accepter que l’inconnue fasse peur. Parce que c’est naturel pour l’humain d’avoir peur de cela. Je vais te le redire : quand il ne sait pas, le cerveau, il balise, il appelle au secours, et il file chez Maman !

Voilà, il retourne là où il pense trouver des repères. Rien n’est plus terrible pour ton cerveau que de devoir face à l’inconnu. Il se met dans un stress terrible. Il se projette un film qui ressemble à la fin du monde.

Et son putain de film, il parait vachement crédible ! T’y crois à fond, toutes les sensations sont là. La peur, le doute, l’angoisse, puis la panique complète. Tout cela parce que monsieur le cerveau se fait son cinéma !

Il se pose des tonnes de questions, et il veut des réponses, des vraies réponses, des trucs tangible, mais tu peux pas les lui donner, parce que t’en sais rien de comment ça va être toi. T’as juste envie de faire ton truc, mais l’autre là-haut, lui, il veut pas avoir peur.

On fait comment alors ? Déjà, on n’oublie pas ! Ne fait pas comme moi camarade. Tu vois, on peut être coach et avoir aussi ses failles parfois. N’oublie pas que tout cela n’est qu’un film. Mauvais, mais qui te semble vachement réel, mais un film tout de même.

N’oublie pas non plus que quand tu te lances dans un projet, quel qu’il soit, tu l’as voulu, c’est ta décision. Même si c’est une décision par obligation, c’est tout de même ta décision.

N’oublie pas que tu n’es plus un enfant. Tu es adulte, tu es grand. Le contexte n’est donc plus du tout le même. 

Pour en revenir au film et au contexte, désormais, le réalisateur, c’est toi. C’est qui décide de ce qui se passe à l’écran. Alors, la vraie question que tu peux te poser est la suivante : Tu veux voir quoi comme film ?

Et m’emmerde pas avec tes je sais pas, je n’ose pas, et si… Ho, c’est bon !! Je te demande d’oser te raconter le meilleur film possible. Je ne te demande pas d’en faire une réalité exacte en tout point. Je te demande ce que tu veux voir.

Parce que tu sais quoi ? Si tu veux que ta réalité ressemble à ton meilleur film, faut déjà inventer le film. C’est de là que tout commence. Ta réalité, elle commence dans ta tête. Tu crois qu’elle vient d’où ?

Bah je te le dit, de ta tête. Alors, je repose ici ma question : quel film tu veux voir ? T’as le droit de te projeter ce que tu veux. Et m’emmerde pas avec tes possibles déceptions si la réalité ne ressemble pas tout à fais à ton cinéma.

Fais-toi ton cinoche, et tu verras, y’a quand même vachement de chance que tu retrouves quelques scènes dans la vie physique.

Ta vie dans ta tête, c’est le point départ de ta vie physique. Et dans ta tête, tu peux créer ce que tu veux.

Maintenant, si tu flippes même de rêvasser, putain, t’es pas rendu ! Hay l’ami, rêvasser, tu sais quoi, ça toute pas un rond ! Et ça fait du bien. Alors, rêve un peu. Et encore une fois, même si t’as peur d’être déçu par la réalité et que tu crois bien faire en rêvant petit, crois-moi, c’est une sacrée connerie que tu fais.

On en reparlera.

Passe une belle journée.

Ciao !

Julie Coulon Avatar

Je suis inscrite à une formation en marketing digital et Stephane y intervient en tant qu'expert. J'ai eu la chance de suivre un atelier qu'il animait sur le cocon sémantique SEO et ça a été un régal ! De manière pédagogique, en utilisant un langage simple (pas de jargon), il rend concret et attractif un univers que j'imaginais ne jamais pouvoir pénétrer, réservé à des techniciens du référencement. Avec sa façon très pragmatique et méthodique d'aborder le référencement, le champ sémantique des mots, on n'a qu'une envie : produire du contenu de qualité ! Merci Stephane

Julie C.
Les derniers articles publiés

Organisme de formation enregistré
sous le numéro 93131897013

formation professionnelle
Stéphane Briot

Stéphane Briot

Life Designer, avec le Why, je vous accompagne dans la construction et la réalisation de vos objectifs. 

Organisme de formation enregistré sous le numéro 93131897013 et formateur professionnel certifié.