Comment vivre au moment présent ?

C’était hier, c’était il y a bien longtemps. Et pourtant, c’est là. De façon diffuse. Dans tout ce que compte, dans tout ce que tu penses, ressent, voit, c’est là, et ça te gâche tout. Mais tu continues, encore et encore. Et si tu changeais cela ?
IMG 6952

La vie, c’est maintenant ou la peur en l’avenir.

Voilà un drôle de sujet. Combien sommes-nous à ne pas avoir confiance en l’avenir ? A avoir peur de l’avenir ? Un bon paquet. Combien sommes nous à craindre le calme et son silence ? Beaucoup.

Une société qui n’a plus d’avenir ?

Regardez déjà comment la politique et les médias influent sur nous pour faire montrer cette peur et l’utiliser à leur avantage. Si l’on prend le racisme, l’emploi et l’insécurité, nous avons là un tiercé qui « gagne » depuis ? Houlà ! Des décennies !

Désormais, nous pouvons y ajouter l’incertitude climatique, qui touche… nos enfants. Et vlan ! Là où par le passé, on pouvait regarder nos petites têtes blondes avec un peu de confiance en l’avenir, bah voilà, terminé.

Et n’oublions les complotistes qui se servent de tout ce qu’ils peuvent pour diaboliser les uns, les autres, ceci dans le but de… nous éveiller ?

Mouais. Surtout dans le but d’obtenir plus de poids dans les médias, la politique et d’adhérent (et donc, d’oseille cachée sur des comptes en banques planqués on ne sait où).

N’oubliez pas les valises du passé

Je schématise à souhait et simplifie à souhait pour faire comprendre la mécanique. Donc, l’avenir c’est pas la joie.

Alors, prenons un individu dont le passé serait un peu pesant, et nous avons là un cocktail détonnant, une vraie vache à lait pour l’industrie des antidépresseurs.

Pourquoi ? Hé bien, quand le passé reste une charge émotionnelle forte, quand le présent ne sert qu’à ruminer la tristesse et la colère passée, et quand l’avenir est effrayant, il reste quoi ?

Note : pour commencer à soigner le passé, vous pouvez vous tourner vers la technique de l’enfant intérieur, très simple et très puissante.

Le bonheur, cette vieille image perdue quelque part

Pas grand-chose ! Il n’est plus trop de place pour vivre bien, pour vivre mieux, pour vivre heureux.

Le bonheur devient un lointain rêve, une carte postale qui aura jauni, quelque part dans un placard, enfoui et oublié dans une vieille boite en carton sous des piles d’autres boites.

Il y a là quelque chose comme l’inéluctabilité, la fatalité qui frappe, vous attrape et nous vous lâche plus.

Le passé ne se change plus, jamais

C’est vrai, on ne peut changer le passé. C’est vrai, il existe des problèmes dans nos sociétés occidentales. Enfin, il est vrai que l’avenir peut avoir des côtés inquiétants.

Toutefois, c’était ainsi il y a déjà mille ans de cela. Les humains qui peuplaient alors la terre n’étaient pas forcément plus optimistes que nous. Pour vous en convaincre, lisez, regardez les documentaires.

Vous croyez que quand vous étiez paysans, l’avenir était radieux et la vie plus facile ? Clairement pas. Avoir un roi n’était pas de tout repos, et c’était juste bien brutal.

Nous vivons avec plus de confort, moins d’inégalités, nous avons une espérance de vie plus longue. Nous avons donc plus de temps. Génial, plus de temps pour nous torturer avec le passé et craindre l’avenir. Voilà à quoi sert le présent.

Le moment présent, le seul vrai moment ?

C’est con, parce que le seul moment qui compte vraiment, c’est celui-là, hop, il vient de passer, ah, encore, et puis encore. Passé, présent et avenir se confondent dans la même seconde. C’est fou quand on y pense.

Quand vous respirez, rien que cela, le passé, le présent et l’avenir se succèdent dans la même seconde. Alors, avoir peur en l’avenir ?

Simpliste comme façon de faire ? Peut-être, chacun verra en fonction de ce qui lui convient le mieux.

Si vous préférez dépenser 999€ dans une formation, pas de souci (contactez-moi en privé, j’ai aussi des formations à ce prix en stock).

Marre de faire le bovin ?

À quoi bon ruminer le passé ? En dehors de la faire vivre, encore, et encore, et encore, de faire mal, encore, et encore, et encore, de ruiner sa confiance, son estime, son plaisir ?

Remarquez, chacun est libre de vivre comme bon lui semble. À ce jour (15/11/2022 à l’instant où j’écris ces lignes) j’en ai ras le bol de me trainer mon passé et ses douleurs, ras le bol de craindre, d’envisager le pire, tout cela ne change pas ce qui est arrivé.

Comment continuer de gâcher sa vie à cause du passé

Tout cela ne fait que renforcer et faire perdurer des moments qui sont terminés depuis des années. Et je vais donc me trainer ce chariot d’émotions noires jusqu’à la fin de mes jours ?

Je vais me gâcher chaque bon moment, chaque petit ou grand plaisir ? Tout ça pour quelque chose qui est passé, terminé ?

Sympa comme délire. Dans le genre torture et supplice, ça se pose là quand même. Et y’a un souci ! Parce que quand on rumine, on rumine les mauvais moments, en oubliant royalement les bons moments.

Ce mardi après-midi, puisque nous sommes mardi à l’instant où j’écris, je suis rentré d’un rdv à pied. Je marchais dans les rues de Tourcoing (dans le nord, à côté de Lille).

C’est pas facile tu comprends…

Je marchais sous la pluie. Emmitouflé dans mon manteau. J’ai beaucoup aimé ces instants. Quand je vivais dans le sud, ces déambulations dans la ville, sous la pluie, bah ça me manquait.

Et parce que bien des moments de mon passé sont difficiles, je devrais donc me gâcher ce type de plaisir ? Mais non.

Et pour ce même passé, je devrais me demander quelle merde va bien pouvoir me tomber dessus ? Mais non

Assez. Même si ce type de comportement est humain et presque logique en somme, il existe aussi une autre façon d’être.

Une façon qui dit, c’est bon. Stop. Je ne vais pas faire n’importe quoi pour le plaisir, mais je peux aussi profiter de la vie, de ses plaisirs, de ses petits bonheurs. Tourner en boucle sur les états d’âme ? Même s’il nous sont utile, y’a quand même mieux à faire.

Sinon, je vais faire de ma vie un enfer. Et j’en connais une qui m’a appris cela. Et je ne n’ai plus envie de vivre cela. Plus du tout.

Chacun sa liberté de faire, tu veux faire quoi toi ?

La vie nous réserve assez de coups durs comme cela sans que nous soyons dans l’obligation d’en remettre une bonne louche en ramenant notre passé à la surface en permanence.

Toutefois, d’une (encore une fois) vous avez toute liberté de faire comme bon vous semble, vous pouvez aussi dire que c’est pas facile à faire, que vous n’allez pas y arriver, vous pouvez m’envoyer sur les roses avec mes belles phrases et mon joli discours. Vous pouvez, c’est votre vie, votre esprit, votre passé.

Notez qu’effectivement, ce n’est pas une sinécure à mettre en place. Cela demande pas mal d’efforts et d’attention dans le temps. C’est vrai. C’est pas la formule magique du coach en vue sur YouTube ou je ne sais où.

C’est un travail de chaque instant. Vous avez entièrement raison là-dessus.

Et si tu essayais ?

Question. Est-ce que, tout de même, ça ne vaudrait pas le coup d’essayer, ne serait-ce que pour chasser les regrets ? Peut-être même d’être accompagné dans cette démarche pour avoir un soutien quand ça flanche, parce que, croyez-moi, y’aura des moments où ça va flancher, c’est normal.

Est-ce que cela ne vaudrait pas le coup d’essayer pour que le présent reprenne toute son importance, pour que le moindre petit plaisir soit enfin vécu comme il se doit ?

Parce que, si on réfléchit un peu, la vie, c’est maintenant. C’est pas hier, et c’est pas dans les minutes qui viennent. C’est maintenant.

Alors, pour se défaire des valises trop lourdes, pour voir un peu de bleu quand vous regardez devant, le truc, c’est quand même d’être là, maintenant.

Classé dans :

Comme tu as kiffé ce billet, maintenant, tu le partages, bah ouais, merci !

Contacte moi sur Whatsapp, clic ici, et parlons de toi

Ce qu’ils disent de moi

Valérie F.

Rated 4,0 out of 5

Un échange humain.

Effectivement, Stephane dépote.

Plus qu’un coaching, c’est un vrai moment de partage d’expérience de la vie, ce qui rend la discussion riche.

Je me suis fait remuer, et je dois dire que si j’étais réticente, au bout du compte, j’en avais besoin.

Valérie F.

Sophie A.

Rated 3,0 out of 5

Il faut aimer se faire bouger. Ce n’est pas toujours agréable, même si tout se passe dans la bonne humeur et avec le sourire.

On ne se fait pas gronder ou engueuler, mais ça remue, ça bouge.

Stéphane n’est pas là pour te laisser dans tes doutes, il te secoue.

Sophie A.

du doute à la puissance

89,99€
A retrouver sur Udemy.com
Débloque ton potentiel caché et ouvre la porte à tes rêves

à lire dans : Vivre avec soi

  • identite passe

    Est-ce que ton passé définit ton identité ?

    Stéphane
    /
    11/04/2024
  • DALL·E 2024 04 09 16.24.14 Imagine a scene depicted in a detailed black and white ink drawing. The entire 16 9 space is filled with the image of a Parisian man wearing jeans a

    Se mentir à soi même, ça suffit

    Stéphane
    /
    09/04/2024
  • restructuration cognitive

    restructuration cognitive, le guide pour les nuls

    Stéphane
    /
    09/04/2024