Comment être normal aujourd’hui

Salut, t’as déjà été pris la tête avec cette question : « C’est quoi être normal ? ». Pas simple, hein? Surtout à notre époque. Alors dévore ce qui suit, ça pourrait t’éclairer un chouïa. Par contre, t’accroches à ton siège, on risque de secouer quelques-uns de tes stéréotypes. Premièrement, faut qu’on se le dise : Y’a pas de définition planétaire de « normal ». C’est ce vieux mythe de conformité qu’on trimbale, mais franchement, qui peut nous dire ce qui est « normal » ou non ?
etre normal

C’est quoi être normal ?

Toi, t’as déjà tenté de répondre à la question « Qu’est-ce que c’est que la normalité, en fait ? » Pas facile hein? Surtout de nos jours. Alors, lis ce qui suit, ça pourrait t’éclaircir un peu. Par contre, accroche-toi, parce qu’on va bouleverser pas mal de tes idées reçues.

D’abord, laisse-moi te dire un truc : Il n’y a aucune définition universelle de ce que c’est d’être « normal ». Y’a toujours cet espèce de fantôme de conformité qui flotte dans l’air, mais honnêtement, qui a le droit de dire ce qui est « normal » ou pas?

oser sa voie

1€ par semaine
Moins cher que ton café ou ton thé
1€ par semaine ? C’est vrai, tu as raison, c’est de la merde ! Trace ta route.

Normalité d’aujourd’hui versus celle d’hier

Aujourd’hui, c’est quoi la normalité? C’est de travailler 35 heures par semaine? C’est d’avoir 2,5 enfants (ne me demande pas comment ils font pour le 0,5)? C’est de regarder « Koh-Lanta » tous les vendredis soirs? Si on se fie à ces critères, j’suis clairement pas normal, mec. Et toi ?

Et puis, si on remonte le temps, la normalité d’avant, c’était pas tout à fait la même. Alors, comment on fait pour savoir ce qui est normal ou pas? Tout simplement : On fait pas. Ça vaut pas le coup de se prendre la tête avec ça.

Tu sais, peut-être que l’important, c’est juste de faire ce qui nous semble juste à nous-même, sans s’occuper des autres, sans oublier de les respecter.

Le principe est de vivre selon nos propres normes, nos propres valeurs. Après tout, la vie est trop courte pour se soucier de ce que les autres pensent de nous.

Accepte ta normalité, celle des autres aussi

On dirait que tout le monde cherche à être normal sans vraiment savoir ce que ça veut dire. Et si on arrêtait de se comparer constamment? Et si on se concentrait plutôt sur ce qui nous rend heureux, sans se soucier de savoir si c’est « normal » ou pas?

Alors oui, si tu vas au boulot en pyjama ou si tu préfères passer tes soirées à lire des bouquins plutôt qu’à te saouler en boîte, y’a des gens pour qui tu seras pas « normal ». Mais crois-moi, l’avis de ces gens, on s’en fiche.

Et toi, t’as le droit d’aussi trouver bizarre le mec qui se tape un marathon tous les dimanches au petit matin. Faut juste comprendre et accepter que chacun vit sa vie comme il l’entend, qu’il suit ses propres normes.

Et alors, la norme ?

La vérité, c’est que c’est pas vraiment important d’être normal ou pas. L’important, c’est d’être toi. D’être à l’aise avec toi-même, de t’accepter tel que tu es, « normal » ou pas.

Alors oui, sois fier de ce que tu es, même si ça ne rentre pas dans le moule de ce que les autres appellent la « normalité ». La vie est une aventure, mec, fais-toi plaisir !

Donc, être normal aujourd’hui ? Franchement… Qui s’en soucie ? Le plus important, c’est d’être heureux, et ça, ça ne dépend que de toi. Alors vis ta vie, fais ce qui te plaît et laisse les autres faire de même. Après tout, on est tous uniques, non ?

Fait comme bon te semble

Franchement, si tu veux passer tes week-ends à collectionner des timbres au lieu de faire la fête, vas-y ! Si tu préfères monter des étagères IKEA pour te détendre plutôt que de te vautrer devant la télé, encore une fois, c’est ton choix. On a tous nos propres manies, nos propres trucs qui nous font vibrer.

On est pas obligés de tous agir de la même manière, juste parce que c’est ce que la société attend de nous. Rien n’est gratuit dans la vie. Alors ce serait dommage de perdre ton temps à essayer de rentrer dans le moule.

Allez, sois toi-même !

Dans le fond, l’idée c’est que chacun de nous a sa propre “normalité”. C’est ce qui nous donne notre saveur, notre essence. Alors au lieu de te soucier de la définition de “normal” selon les autres, occupe-toi plutôt de savoir ce qui te fait sentir bien.

Ce qui est “normal” pour toi, ce n’est pas obligatoirement “normal” pour ton voisin, et vice versa. Et c’est tant mieux, apprécie cette diversité, car au final cela constitue la richesse de notre monde.

Tu n’as pas à prouver quoi que ce soit

On n’a pas à atteindre certaines normes pour être accepté. Ce qui est normal pour toi, c’est ce qui te permet de vivre heureux et d’être en paix avec toi-même. Donc oublie les attentes des autres et concentre-toi sur tes propres désirs.

T’as pas à prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. T’as juste à être heureux à ta manière. Si d’façon, à chaque fois que tu te compares aux autres, tu te déprécies. Alors oublie les autres, pense à toi.

Pour finir, je te le dis encore une fois : Sois toi-même ! On s’en fout completement de ce que les autres pensent. C’est ta vie, alors vis-la comme tu l’entends. Si c’est pas ça, la vraie normalité ? Vive la diversité, mec. Et souviens-toi qu’à chaque instant, t’as le choix D’être toi. Et ça, c’est la plus belle des normalités.

En conclusion

Bon, t’as compris ? Fais comme ça te chante. Fais ce qui te rend heureux. Si tu veux être un geek et binger des séries toute la journée, c’est ton choix. Si tu préfères passer ton temps à faire du yoga ou à méditer, fonce. Et si t’es le genre à t’éclater en saut à l’élastique ou en escalade, déploie tes ailes !

Il faut que tu saisisses bien une chose, chacun a sa propre définition de la « normalité ». C’est comme les potentiomètres sur un ampli, on a tous notre propre réglage. Ne laisse personne tourner les boutons à ta place. Tu peux titre inspiré par ce que font les autres, mais n’essaie jamais d’imiter juste pour correspondre à une norme quelconque.

Sache, tu n’as besoin de l’approbation de personne pour être qui tu es. N’oublie jamais : ce qui compte, c’est ta joie, ton bonheur, ton épanouissement. La société met déjà assez de pression comme ça, alors ne t’en rajoute pas inutilement.

Alors, un mot avant de clôturer : Ose. Ose être ce que tu es, ose aimer ce que tu aimes, ose vivre comme bon te semble. T’es pas là pour faire joli, t’es là pour vivre. Ne laisse personne te dire le contraire. Allez, ben que la fête commence, éclates-toi à ta façon. Ah oui, un dernier truc : n’oublie jamais de rire, c’est l’expression de ton âme qui est libre.

L’oeil du coach

La notion de normalité est relative et très subjective. Chaque individu, chaque culture a sa propre définition de ce que signifie « être normal ». C’est une construction sociale et culturelle, qui a évolué et continuera d’évoluer au fil du temps et des contextes.

Les psychologues ont d’ailleurs beaucoup étudié cette question. Selon la psychologie sociale, par exemple, la normalité est souvent assimilée à la conformité, c’est-à-dire le fait de se conformer à la majorité.

Mais la psychologie humaniste, elle, prône l’importance de l’individualité et de l’authenticité. Carl Rogers, l’un des pionniers de cette approche, affirmait que « l’individu est malheureux et mal adapté quand il renonce à sa personnalité authentique pour tenter de plaire aux autres« .

Alors, arrête de chercher à rentrer dans un certain moule, à être considéré comme « normal » selon des critères qui ne sont pas forcément les tiens. C’est ta vie, et tu es le seul maître à bord. Tu es libre de vivre selon tes propres valeurs et tes propres désirs, sans te soucier du regard des autres.

N’oublie pas qu’aucun d’entre nous n’est pas parfait, et c’est tant mieux. C’est ce qui fait notre richesse et notre diversité. La perfection n’existe pas, et il est normal d’avoir des forces et des faiblesses, des réussites et des échecs, des joies et des regrets.

Sois fier de qui tu es, avec tes particularités, ta propre version de la « normalité ». Si tu es heureux de la façon dont tu vis ta vie, si tu es en accord avec toi-même, alors tu es « normal ». Et c’est ce qui compte vraiment.

Alors, arrête de vouloir être « normal » selon des critères qui ne te correspondent pas forcément. C’est ta vie, sois le héros de ton propre film, et vis selon tes propres règles. Et surtout, n’oublie jamais que le plus important est d’être heureux. Car c’est bien là, selon moi, la vraie définition de la « normalité ».

Ajouter à mes favoris Ce article figure dans tes favoris (: 0

Voir mes favoris

à lire dans : Les actualités

  • peur de l engagement

    Comment reconnaître les symptômes de la peur de l’engagement ?

    Stéphane/
    27/02/2024
  • peur de vieillir

    Comment surmonter ta peur de vieillir

    Stéphane/
    27/02/2024
  • emotion sensation perception

    distinguer les émotions, les sensations et les perceptions

    Stéphane/
    26/02/2024