Comment vaincre la procrastination quand on est faignant

Comment vaincre la procrastination quand on est faignant

Comment vaincre la procrastination pour enfin réussir sa vie
Comment la procrastination vous tire vers le bas, et comment pouvez-vous vous en sortir

partager cet article

Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Table des matières

Stéphane Briot

Stéphane Briot

Mentor & Coach, spécialisé dans la recherche et la découverte du Why

Voici l’une de vos plus grandes ennemies : la procrastination. Cette tendance humaine, si elle est naturelle n’en est pas moins un drôle de piège. Et un piège logique, puisqu’étroitement lié à vos peurs à vos doutes. Voyons cela avec une petite histoire comme il s’en joue des centaines.

Voilà, nous sommes lundi matin, et notre chère Juliette sait qu’elle doit publier un article sur son blog. Pour booster son article, elle souhaite également se lancer sur YouTube.

Procrastiner, comment s’en sortir

Elle a tout noté convenablement dans son agenda, mais elle aurait très bien pu s’en passer tant elle ne cesse d’y penser depuis plusieurs jours.

D’ailleurs, ce ne sont plus de simples pensées, elle est totalement hantée par cette histoire. Dès qu’elle a un moment de libre, ça tourne dans sa tête. Alors, elle s’occupe et pense à autre chose.

Voilà quelques semaines que Juliette est à son compte et son activité n’est pas des plus florissantes. Coach lifestyle, c’est pourtant tendance, mais rien n’y fait, son compte Instagram n’y suffit pas.

Elle a bien récupéré quelques clients, mais pas assez pour lâcher définitivement son boulot. Toutefois, elle s’accroche, et elle a raison.  

Poser sa dem’, ce n’est pas l’envie qui lui manque. Peut-être le courage, en même temps, se lancer sans filet, c’est un coup à se retrouver un bec dans l’eau.

Passer à l’action, ou pas, et comment ?

Alors, elle s’est dit qu’il lui faudrait plus de visibilité sur internet. Ainsi, après avoir écumé des dizaines d’articles sur la toile, elle a muri sa réflexion. Ce sera la création d’un blog et d’une chaine YouTube pour venir renforcer sa présence en ligne.

Créer le blog et la chaine, pour Juliette, ça va, ce n’est pas le plus compliqué. Techniquement, elle se débrouille. En revanche, la création de contenu, là, c’est une autre paire de manches.

Notre jeune entrepreneure tourne le problème dans sa tête depuis un moment, et ne voit pas comment s’y prendre.

Ho, bien sûr, elle a lu  des tonnes d’articles sur la façon de créer un bon article, sur la façon dont on crée une vidéo (qui cartonne, forcément) sur YouTube. Elle a même pensé à prendre une formation sur ces deux sujets. Le banquier a dit non.

Bon, il va falloir se débrouiller sans. En même temps, 900 balles la formation. Bien, voilà le pied du mur, et il semble bien haut ce gredin.

En ce lundi matin donc, Juliette a le ventre un peu noué, et une trouille sans pareille. Qu’est-ce que les gens vont penser d’elle en lisant son article. Et si jamais elle disait une connerie ?

Mais le pire, c’est la vidéo ! On va voir comme elle est moche, on va voir tous ses défauts, et si en plus elle bafouille, s’en est fini pour elle.

Et puis, tout le monde pourra vite se rendre compte qu’elle n’est pas totalement experte dans son domaine, et là aussi, ce serait la fin de tout.

Tout ceci est bien déprimant ! Tous ces gens qui vont la voir, qui vont surtout voir tous ses défauts. Y’a vraiment pas de quoi pavoiser. Et y’a carrément de quoi se taper une bonne crise d’angoisse en fait !

Chercher la certitude de la certitude

Alors, avant de se lancer, Juliette veut être pleinement sûre de ce qu’elle fait.

Bien. On est lundi. Elle peut publier demain, après tout, on n’est pas un jour prêt. Et puis, Rome ne s’est pas faite en un jour. Il faut du temps pour construire un succès, on est pas à un jour près, pas vrai ?

Et tant qu’à faire les choses, autant les faire parfaitement, les faire bien, au moins, ça donnera une bonne image.

Non, parce que, si c’est pour publier des trucs moches et qui n’intéressent personne, autant ne rien faire. Il faut faire les choses proprement, avec élégance, avec talent, parce qu’on n’est pas là pour rigoler. C’est ça être professionnelle.

Le bon choix au bon moment

Il donc important de ne rien faire dans la précipitation et de tout remettre à demain matin. Ce lundi sera utilisé à la recherche d’informations pour parfaire les connaissances sur la création d’articles et de vidéos sur YouTube.

Lire aussi  Comment lâcher prise

Voilà, c’est une excellente décision, un très bon choix. Prendre le temps de maturer tout cela, de compiler un peu plus d’informations, de parfaire ses connaissances. C’est là une attitude professionnelle et rationnelle.

Juliette se sent rassurée. Elle vient de s’ôter un poids énorme. Le temps de se faire chauffer un thé, un petit exercice de yoga, et en route pour le web et la chasse aux informations.

Nous sommes le lundi suivant. Une semaine s’est écoulée. Toujours pas d’articles en ligne, et aucune vidéo sur la chaine YouTube.

Aujourd’hui, Juliette cherche le « bon thème » pour son blog, elle ne veut pas se louper. Et le choix est vaste. Elle a bien vu quelques templates à son gout, mais ils sont payants.

Pour le moment, du côté des finances, c’est opération économies pour se payer la super formation à 1000 balles qu’elle à repérée sur internet.

Une formation clé en main pour apprendre le marketing et avoir plus client en trois mois, un truc gé-nial ! Et la nana qui offre la formation a vraiment l’air super.

Une occasion en or

Trois mois se sont écoulés. Ce matin, notre pimpante entrepreneure est tout en joie. C’est aujourd’hui qu’elle débute sa formation. Grâce à sa prime reçue au boulot, elle peut se la payer sans regarder son compte en banque avec horreur.

Voilà une occasion en or ! 1000 euros de prime, et la formation est à 990€, elle va même pouvoir la payer d’un trait. Pas besoin d’y penser chaque mois. Et puis au moins, c’est payé une bonne fois pour toutes.

Une entrepreneur se doit de savoir saisir les opportunité qui s’offrent à elle, et là, clairement, c’en est une, et une belle. Si tout se passe bien, dans trois mois, elle aura tout son matériel de communication, et des clients.

La voilà qui se lance avec envie et gourmandise ! Dans sa tête, c’est rendez-vous dans trois mois, et on va voir ce que l’on va voir.

Au programme, le persona, les techniques secrètes du marketing, le copywriting, comment créer une chaine YouTube qui cartonne sans matériel de pro, créer son tunnel de conversion, et des bons comme s’il en pleuvait ! C’est gé-nial, gé-nial, gé-nial, et ça donne un coup de boost !

Savoir que dans trois mois, elle n’aura plus peur, plus à se soucier de trouver des clients, voilà qui est rassurant. Alors, ça ne va se faire tout seul se dit elle, mais elle se sait bien accompagner.

En entrant sur le site de la formation, très joli d’ailleurs, très girly, elle ressent une pointe d’excitation. Le contenu est dense, très dense, visiblement, elle va en voir pour son argent, et elle va apprendre plein de trucs. La voilà rassurée !

Disparaitre lentement dans l’ombre

Quatre nouveaux mois se sont écoulés. Juliette doit se coucher tôt ce soir. Demain, elle a une réunion à 7h00 au boulot, avec un client et son responsable. C’est un peu la merde en ce moment, elle n’arrive plus à suivre le rythme.

Ce client est important pour la petite startup pour laquelle elle bosse, et dernièrement, ce fameux client n’est pas satisfait de son travail. Ça risque de chauffer.

Elle a été obligée de mettre son side project entre parenthèses pour assure l’essentiel comme le loyer, les factures, et remplir un peu le frigo.

Sa formation ? Oh, oui. Non, c’était bien. Oui, elle a bien appris quelques trucs quand même. Mais bon, le copywriting, c’est super dur.

Et puis, y’a YouTube aussi, ces histoires de tags et de SEO YouTube, ça semblait vachement facile, mais elle, elle n’y arrive pas.

Elle n’y arrive tellement pas, elle est tellement gourde devant son smartphone, qu’elle a préféré arrêter sa chaine. En même temps, quand elle voit ses concurrentes, elle se dit que c’est mieux ainsi.

Faut voir comment les nanas sont équipées ! L’image est nette, claire, les couleurs sont magnifiques, avec un bel arrière plan tout en flou, alors, se pointer avec une vidéo tournée sur son iPhone, un son pas génial, la honte.

Lire aussi  La variante solo du triangle dramatique de Karpman

Et puis bon, ce n’est pas avec une pauvre vingtaine d’abonnés qu’elle allait pouvoir faire quelque chose rapidement. Il faut être lucide.

Alors, pour le moment, priorité au boulot, le vrai, celui qui fait bouillir la marmite.

Finalement, cette histoire de side project, elle en arrive à se demander si c’est bien pour elle. Au fond, elle aimerait bien être à son compte, avoir le lifestyle, l’indépendance, les clients et l’indépendance financière.

Peut-être plus tard. Pour le moment, Juliette va se coucher, il est 23h00, et demain, elle doit un peu sauver sa peau.

Refermer le piège sur soi

Des histoires similaires à celle-ci, il s’en écrit des centaines de milliers chaque année. Certaines finissent mieux, c’est vrai, et il ne faut certainement pas l’occulter.

Pour autant, ce n’est pas tant la finalité de l’histoire qui nous intéresse ici, c’est le déroulé.

Ou comment une personne se laisse totalement dominer par ses émotions, par ce qu’elle présume pour en faire une croyance puis une réalité contre laquelle elle va venir buter.

Quand Juliette pense à toutes ces personnes qui vont venir lire son article, à toutes ces personnes qui vont venir voir ses vidéos, elle oublie un détail.

Personne ne l’attend, et rares seront les visiteurs sur ses contenus. Au moins durant les premiers mois.

Mais dans son esprit, c’est comme si la terre entière était là à scruter et guetter la moindre imperfection pour se moquer d’elle.

Que fait-elle alors ? En se pensant rationnelle, elle se remet en quête d’informations. Ce n’est pas tant des informations qu’elle cherche, c’est de la confiance et du courage. Les informations, elle les a déjà.

Et lire, lire et encore lire des articles n’apporte rien de plus, si ce n’est de faire grandir en elle ses doutes, ses craintes, et à chaque article Juliette renforce sa croyance qui lui dit qu’elle n’est pas au niveau, que tout le monde va se moquer d’elle.

Plus elle avance, plus elle s’enfonce dans l’ombre des doutes angoisses, dans ses craintes, et tout prend des dimensions vertigineuses, à tel point que désormais, écrire un article ou faire une vidéo lui colle une angoisse de tous les instants.

Vaincre la procrastination ?

La procrastination, même si on la présente avec beaucoup de légèreté sur internet, c’est tout sauf une partie de plaisir.

Car vous l’aurez sans doute compris, derrière elle se cachent toutes vos peurs, tous vos doutes, toutes vos angoisses. Et tout ce petit monde n’attend qu’une occasion pour venir vous pourrir la vie.

Doutes, angoisses, peurs, de quoi parle-t-on ? D’émotions et de supposition. Lorsque vous avez peur, vous supposez que quelque chose va arriver. Et forcément, ce quelque chose est redoutable, sinon, ce n’est pas drôle.

Vous imaginez des choses horribles, terribles, vous mettez en scène vos pires angoisses. Ici, dans le cas de Juliette, la peur d’être jugée, critiquée. La puissance avec laquelle une personne libère ce type d’émotions est telle, qu’il est presque impossible de prendre du recul et penser de façon plus calme.

Pour Juliette, la solution tient en quelques étapes

  1. On apprend en faisant les choses.
  2. Le public est bienveillant
  3. Le public est plus que restreint
  4. Peu de monde verra ces premiers contenus
  5. Avec le temps, elle pourra reprendre son article ou supprimer sa vidéo et remplacer le tout par des contenus plus aboutis

Seulement pour en arrive à une telle logique, encore faut-il accepter de nommer ses peurs, de les regarder en face et de se dire que tout ceci n’est qu’une vue de l’esprit. Oui, des gens vont venir, quelques-uns.

Et pour autant, personne ne sera jugé. Si pour chaque mauvais contenu publié sur internet, il devait y avoir un buzz, croyez-moi, on verrait bien moins d’entrepreneurs.

Vaincre la procrastination, c’est vaincre vos peurs. C’est aussi simple et complexe que cela. Sachez ramener vos émotions à des dimensions plus humaines.

Avoir peur est normal, être terrifié pour un article a publier sur la toile ? Y’a-t-il un danger de mort comme votre esprit vous la laisse croire ?

Lire également

Le Club WhyIsLife

Un contenu exclusif pour les membres

Rejoignez le Club WhyIsLife pour un contenu dédié à l’entrepreneur. 

Au programme, mindset et marketing. 

Chaque semaine, de nouveaux contenus pour créer l’entreprise qui vous ressemble.