le blog

Le cadre est-il une contrainte ?

Le cadre est souvent perçu comme restrictif, contraignant. IL est vu comme une limite, comme quelque chose qui nous empêche de nous exprimer pleinement. Pourtant, les plus grands artistes l’utilisent (photo, peintures…), il est aussi utiliser en sport pour délimiter un terrain de jeu. Alors, le cadre est-il une limite ?

le blog

Le cadre n’est pas contraignant

Je vais reprendre cet exemple que j’affectionne particulièrement, l’art. Prenons la photo, où la peinture.

Le champ d’expression de l’artiste est délimité par la taille de la toile pour le peintre ou le capteur de l’appareil pour le photographe. Cela les empêche-t-il d’être créatifs ? Loin s’en faut !

Prenons les sportifs. Leur terrain de jeu possède ses limites, pour autant, sont-ils bridés ? Encore une fois, non.

Les artistes ou les sportifs utilisent le cadre qui est leur pour exprimer pleinement leur potentiel créatif, ce cadre leur permet d’avoir une limite. Au sein de ce dernier, libre à eux de faire tout ce que bon leur semble.

Le cadre vous protège

Travailler dans un cadre permet de ne pas s’éparpiller, de rester concentré, de savoir où se trouvent les limites. No limit ? Oui, dans les sports extrêmes. Mais dans sports extrêmes, il y a… extrême. De fait, ce n’est pas donné à tout le monde.

Évoluer au sein d’un cadre va donc vous sécuriser. Le voir comme un aspect contraignant serait une erreur de votre part.

Ne pas définir un champ d’action est la meilleure des solutions pour vous éparpiller. Vous serez par monts, par vaux, mais rarement là où vous devriez vous trouver.

Le cadre appliqué au blogging

Gérer un blog n’est pas évident. La liste des actions à mener de front est assez conséquente. Comment gérer cela sans se perdre.

Nous avons la création du blog en lui-même, la mise en place de l’architecture, la création de contenus, la promotion de ce dernier, attirer des visiteurs, les faire s’inscrire à votre mailing liste, créer les emails de l’autorépondeur, et j’en passe ! N’en jetez plus, la coupe est pleine.

En prenant tout cela de front, vous allez forcément avoir une baisse de morale bien légitime. Alors, nous allons subdiviser les actions à mener.

Dans le cas où votre blog ne serait pas encore lancé, il faudrait penser à créer du contenu en premier lieu, puis en parallèle mettre en place votre séquence de lancement. Je vous explique tout cela dans un tuto clairement détaillé.

Maintenant, si vous avez déjà votre blog, subdiviser vos actions, les cadrer, vous aidera à mieux mener votre barque.

Mon cadre d’action

Voici comment je procède au quotidien afin de ne perdre ni mon temps, ni ma tête ! En premier lieu, j’ai toujours à portée de main un carnet pour noter des idées d’articles. Si je ne suis pas à la maison, j’ai mon smartphone avec evernote.

La création de contenus étant très importante, je prends une heure ou deux soit le matin, soit le soir pour créer mes articles. Je laisse reposer 24h00. Par ailleurs, j’ai toujours une liste d’articles déjà rédigés, prêts à être publiés au cas où.

Ensuite, je publie l’article. Ici, je dois faire attention aux aspects liés au référencement naturel. Le titre, la balise titre, la description ainsi que la position de l’article dans le maillage interne du site.

Une fois publié, il faut désormais assurer la visibilité du billet. Direction les réseaux sociaux. J’ai une liste de groupes Facebook que j’ai reportés sur Excel. Chaque article est alors partagé sur une sélection de groupes, le tout étant reporté sur le tableau Excel afin de ne pas publier deux fois au même endroit pas erreur.

Avec cette technique, je peux drainer aisément plus d’une centaine de visiteurs qualifiés par jour sur le K (qui est un blog très récent je le rappelle, au cas où).

Cette façon de fonctionner est assez nouvelle pour moi. Néanmoins, si j’ai mis du temps à m’y mettre, je ne reviendrais pas en arrière. Je perds moins de temps, je suis plus efficace. Ce cadre me permet de mieux coordonner mes actions.

J’ai inventé mon propre cadre après avoir testé des tonnes de techniques soi-disant miracles, dont aucune ne fonctionnait pour moi. Alors, j’ai créé la mienne, sur mesure.

À vous d’inventer votre propre cadre.

La fausse contrainte du cadre 1