La formation que j’aurai aimé recevoir

La formation de mes rêves
Quelle est la formation que j'aurais vraiment recevoir avant de devenir entrepreneur ?

partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Table des matières

Stéphane Briot

Stéphane Briot

Mentor & Coach, spécialisé dans la recherche et la découverte du Why

Je peux souvent lire des phrases du type « j’ai créé cette formation, parce que c’est celle que j’aurai aimé avoir quand je me suis lancé ». Et cette phrase, je ne le supporte plus. Pourquoi ? Parce qu’elle n’est là que pour donner une valeur virtuelle à un produit qui souvent ne dispose que de bien peu de qualités.

Et ce type de phrase me sert à une chose : détecter les gourous, ou une personne ayant suivi une formation chez un gourou.

Nous sommes ici très clairement dans un artifice manipulatoire, rien de plus, rien de moins. Et la manipulation commence vraiment à me fatiguer. Cette façon qu’on les vendeurs de vous mettre le grappin dessus sans même que l’on s’en rende compte, c’est flippant !

Des formations, j’en ai vu un paquet. Et je trouve quoi dedans ? Un zest de motivation 2.0, un bon bourrage de crâne, une dose de lavage de cerveau, et des trop super conseils techniques, déjà obsolètes tant les réseaux sociaux et google modifient leurs algorithmes à une cadence de malade.

La nouveauté, c’est de faire du coaching. Ah, ça, le coaching, j’ai vu… Ce n’est pas du coaching, c’est du camp d’entrainement militaire : fais ceci, fais cela, parce que c’est comme ça que ça marche, et si tu ne fais pas comme c’est dit, alors, tu ne réussiras pas.

La fabrique des clones ! Et après, ça vient taper sur l’éducation nationale ? Sérieusement ? Hé bah. Remarquez, ce type de personne, ça ose tout, c’est même à cela qu’on les reconnait.

L’utilité d’une formation

En quoi une formation peut-elle être utile alors ? Elle va vous permettre de gagner de temps. Lorsque je me suis lancé, je n’avais pas les moyens de me payer une la moindre formation (d’ailleurs, quand j’entends les gens dire qu’il n’ont pas 100 balles pour lancer un pub, et qui dépensent 1500 balles dans une formation, je ne sais pas).

J’étais fauché comme les blés à la fin de l’été. Par contre j’avais du temps. Alors, plutôt que de passer mon temps devant des vidéos vides de sens sur Facebook, je me suis pris en main.

Achat de livre, inscription sur un forum (à cette époque, le forum c’était le must pour apprendre en ligne), et au boulot ! J’ai passé des journées et quelques nuits à apprendre.

Et j’y suis parvenu. Seulement, j’ai mis deux ans. Une formation m’aurait sans doute permis de gagner du temps. Au passage, j’ai appris une chose essentielle pour l’entrepreneur, un truc qu’aucune formation ne vous donne à ce jour : savoir être débrouillard.

La quête de l’autonomie

Et plus que la débrouillardise, c’est l’autonomie qui est importante. Si à chaque fois que je bute sur un problème, je cours dans ma formation ou vers mon coach pour chercher la solution, je ne suis pas un entrepreneur à mes yeux.

C’est bien de savoir demander de l’aide, et c’est tout aussi bien de d’abord chercher par soi-même, d’être volontaire face à la difficulté. Car c’est aussi de la sorte que l’on se forge une expérience, un mental.

Dans chacune de mes formations, dans tous mes coachings, je pousse mes clients à être autonomes. Je ne veux créer un lien de dépendance. Certes, ce n’est pas terrible pour mon business à court terme, mais j’ai un objectif clair : faire de mon client un entrepreneur. Et cela passe par l’autonomie.

Ce que j’aurai aimé trouver dans une formation

À chaque fois que j’ai suivi une formation en ligne sur le marketing, j’ai été déçu. D’une, on retrouve toujours la même mécanique du lancement de produit. Depuis 10 ans, le lancement a quelque peu évoluer, mas les fondements reste les mêmes.

Lire aussi  Du droit de rêver

Le pire, c’est que ces formations sont une version édulcorée de l’original « Product Launch Formula », une formation née aux états unis, et qui a valu quelques procès à son auteur.

En gros, sans un budget compris entre 20 et 30K euros, c’est mort. N’espérez pas gagner des sommes folles.

Alors, pourquoi continuer à promouvoir une technique qui ne peut fonctionner sans un apport massif d’argent frais ? Parce que cela fait rêver le client, et que c’est ça qui va déclencher la vente.

J’aurais donc aimé un brin d’honnêteté et d’intégrité de la part des vendeurs, que voulez-vous, je suis un idéaliste utopique. Et je n’ai pas l’intention de changer, ce serait mourir.

Plus de pédagogie

En outre, il est une chose très pénible : tout est facile ! Tout, absolument tout est facile dans la bouche des vendeurs. La pédagogie, définitivement, pour la grande majorité, c’est un truc qui n’existe pas.

Non, rien n’est facile quand on apprend. Rien. Cela ne veut pas dire que c’est insurmontable, et si on connait un tant soit peu son métier, dire à une personne qui n’y arrive pas que c’est facile, c’est la pire des choses à faire !

Plus vous lui dites que c’est facile, plus elle se pense incapable, plus elle stresse, plus elle bloque. Et c’est l’enfer pour elle.

Non, on ne dit pas que c’est facile. Il faut avoir l’intelligence de dire qu’il y a des difficultés à appréhender, car c’est la réalité, que cela va demander des efforts, et que rien n’est insurmontable. Chacun avance ses armes.

Plus d’humain

Quel est le problème d’un entrepreneur qui se lance ? Savoir ce qu’il veut vraiment faire. Ha oui, il veut vendre, donc, en bonne logique marketing, on lui donne des techniques pour vendre. Bien.

Mais il veut vendre quoi et pour quelles raisons ? Et là, bah y’a plus personne, plus rien, zéro contenus (du moins, dans ce que j’ai vu).

Et ça, ça me fâche. Il est temps d’arrêter de fabriquer des clones formateurs. Plus de dix ans après le lancement des premiers produits à destination des entrepreneurs, il est plus que temps de mettre l’entrepreneur et sa volonté, ses envies, au centre du débat.

Mais là, y’a un souci ! Il faudrait que le vendeur, qui se dit coach, qui se dit formateur, fasse vraiment son métier et soit vraiment dans l’écoute, et non dans le « je te pousse ma méthode parce qu’elle est trop bien et qu’elle fonctionne pour tout le monde entier de l’univers ».

Seulement, l’écoute, c’est moins rentable, et ça ne fait pas kiffer l’ego de ses petits formateurs vendeurs héros en manque de reconnaissance.

Mon coaching sur le Why me demande d’écouter bien plus que je ne parle. C’est mon boulot d’écouter, de détecter, de demander des précisions. C’est un vrai coaching. Je n’ai pas de méthode à pousser, pas de façon de faire clés en main à proposer.

En revanche, chacun de mes clients repart avec quelque chose qui est lui, profondément lui, et personne d’autre. Il peut alors se tourner vers les outils du web pour communiquer. On remet les choses dans l’ordre.

Donner une belle caisse à outils, avec plein de trucs pour communiquer, pour vendre, c’est bien. Mais si je ne sais pas quoi en foutre, si je n’ai pas de message, pas d’idées pour communiquer, il se passe quoi ? Je suis frustré. Et je risque d’abandonner mon projet.

Lire aussi  La liberté commence ici

Mais après tout, ce n’est pas la responsabilité du vendeur formateur coach qui sait tout. Lui, il se dit que ça marche pour lui, alors, si cela ne marche pas pour vous, c’est forcément vous le problème.

Construire un message

Tout ceci m’amène au dernier point. Dans tout ce que j’ai vu, on me rebat les oreilles avec le copywriting. Bien. Pourquoi pas, c’est une compétence, et il n’est vain d’acquérir une compétence en plus.

Seulement, en tant qu’entrepreneur, ma communication se doit de porter un message. Et là, y’a personne pour m’aider, c’est à moi de me démerder tout seul.

Ha, si, on va me parler du persona, du besoin, etc, etc… Mais si je ne sais pas utiliser le persona, si je n’ai pas envie d’utiliser le persona, hé bien, c’est mort. Il n’y a personne pour me guider, me conseiller, personne, personne, personne.

Pourtant, pour l’entrepreneur individuel, il existe des solutions pour avancer sans le persona.

Construire un message, c’est quand même super important non ? Et qui plus est un message que j’ai envie et fierté à porter sur le marché. Hé bah ! Nada ! Rien de rien.

Remarquez, tant mieux pour moi, j’ai ainsi créé toute une offre autour de cela. Et je suis tranquille, ce n’est pas demain que la concurrence va se pencher dessus. Pourquoi ? Parce que là encore, il faut une sacrée dose d’écoute et des exercices qui vont bien.

Ah bah oui, c’est pas un truc technique avec un clic ici et un clic et là, on met 1000 balles sur la table et roule ma poule ! Et ce n’est pas quelque chose qui se délègue sur les sites sur type 5euros.com, nope.

Ma formation de rêve

Rêve, le terme est un poil fort, c’est pour le titre, ça fait genre. J’aurais aimé avoir une formation qui se moule autour de moi, une formation qui soit à mon écoute, qui prenne le temps de me faire comprendre comment prendre confiance en moi, qui m’invite à essayer, qui me rassure, qui parfois me fout un coup de pied au cul parce que ça fait du bien.

J’aurais aimé avoir un formateur qui soit attentif à ce qui se passe en moi, et qui ne se contente pas de me débiter ses astuces techniques. La technique, on peut la trouver sur internet. Et elle évolue très vite.

J’aurai aimé une formation qui fasse place à mes questionnements, qui me tire humainement vers le haut, parce qu’entreprendre, c’est l’aventure d’une vie, la mienne.

J’aurais aimé avoir un formateur qui me dise qu’il ne sait pas, et qui n’essaie pas de noyer le poisson et de me prendre pour une buse.

J’aurais aimé que l’on me dise que ça n’allait pas être facile, parce que je ne suis plus enfant, et que si je me lance, je me doute bien que je vais en baver. Alors, si c’est me mentir pour mieux me vendre le truc, et que je me rende compte ensuite qu’en réalité, c’est bien difficile, c’est vraiment me prendre pour un con. Suis-je con ?

Du développement personnel, la création d’un message, les techniques les plus courantes, des retours d’expériences, voilà ce que j’aurai aimé. Pour le reste, je peux cherche un peu, ou alors, prendre une petite formation dédiée.

Le Groupe

Le Groupe des Humains Entrepreneurs, par René le Bot. Marketing, Développement personnel, Blogging, et bonne Humeur !
Lire également
L'importance de l'image de marque pour mieux vendre ses produits
Entrepreneur

La liberté commence ici

Une image de marque, un message fort et différenciant, c’est tout ce dont vous avez besoin pour vendre. Explications

Entrepreneur

Passer à l’action

Comment pouvez vous passer à l’action, pourquoi vous devriez passer à l’action, voici une histoire inspirante.

small_c_popup.png

Recevoir le mail décalé et les conseils de René le Bot

Offert : 4 vidéos exclusives