WhyIsLife Stéphane briot formation entrepreneur

J’ai peur !

J’ai peur !

« La confiance en soi est le premier secret du succès. » Ralph Waldo Emerson

J’ai peur !

Faire face à la peur n'est pas chose évidente. Nous sommes programmés pour ressentir la peur, et parfois, y céder. Comment bien se préparer à affronter la peur ? Suivez le guide.

Souhaitez-vous vraiment manquer cette opportunité ?

Confiance en soi, syndrome de l’imposteur, sérénité, calme, performance, relation à soi, relation à l’autre, travail, vie personnelle, être soi, s’affirmer, vie de couple, autant de sujets qui vous intéresse et sur lesquels vous souhaitez obtenir de meilleurs résultats. Votre adresse mail est votre sésame. 

Pendant 3 mois, grâce mes vidéos gratuites, tous les 3 jours, je vais vous apporter des astuces concrètes et efficaces pour vous rendre la vie plus agréable, plus confortable, et vous rendre plus performant. 

Table des matières

Stéphane Briot

Stéphane Briot

Life Designer, avec le Why, je vous accompagne dans la construction et la réalisation de vos objectifs. 

Organisme de formation enregistré sous le numéro 93131897013 et formateur professionnel certifié.

Votre article :
J’ai peur !

Ah la peur du danger, la peur de l’échec, la peur de la réussite, la peur d’être soi, la peur de trouver sa place, la peur au sens large. Oui, agir represente un danger, vous êtes face à l’inconnue. Et l’inconnu, rien de tel pour vous mettre un humain tous ses états. Comment entreprendre ? Voyons cela de plus près.

Oui, le danger déclenche la peur, et face à la peur, l’humain ne sait faire que 3 choses : Fuir, lutter, ou se retrouver totalement paralysé.

Fuir, lutter ou se paralyser

Quand vous avez un autocar qui vous arrive dessus lancé pleine balle, rester paralysé, ça risque de ne pas bien se passer pour vous.

D’un autre côté, lutter contre le car, je ne sais pas si c’est la meilleure des idées à avoir.

Face à cela, prendre ses jambes à son cou représente encore le meilleur moyen de sauver sa peau. Oubliez donc votre orgueil, il saura s’en remettre !

Faire= risque = danger

Donc, entreprendre (quoi que cela soit) représente un danger certain. Pourquoi le nier ? Pourquoi vouloir emballer cela dans un papier cadeau en mode « liberté financière », « gagner de l’argent », « avoir du temps pour soi », et j’en passe ?

Pour détourner votre attention dudit danger ? Ah oui, ça va fonctionner, un moment, et puis il va arriver, fatalement, l’instant où vous allez vous trouver face au danger en question, et là, je vous laisse voir la panique à bord.

Être soi, c’est aussi aller au devant des choses, c’est prendre conscience que l’on peut très bien dépasser ses peurs, cela s’appelle le courage.

La négation, c’est une longue descente aux enfers vous attend. Mais soyez rassuré, vous ne descendrez pas seuls, notre bonne copine dépression est là pour nous tenir compagnie. Sympa n’est-ce pas ?

Le coureur de fond

Prenons un point de comparaison, et prenons les sportifs. Même un petit sportif amateur. Et prenons une personne qui se lance le défi de courir les 42,5km du marathon, chose qu’elle n’a jamais réalisée.

Déjà, il faut savoir qu’un marathon, si vous ne le préparez pas, vous ne le finirez pas debout. Vous ne le finirez pas tout court, mais surtout, vous allez le finir dans l’ambulance en direction de l’hôpital, et vous allez mettre un moment à vous en remettre.

Croyez-vous vraiment qu’un coureur se lance dans une telle aventure en niant les risques inhérents à ce type de course ?  Non, il va habituer son corps à la violence de cette effort.

Le boxeur

Alors, pourquoi vous, vous feriez tout pour nier les dangers auxquels vous allez devoir faire face ? Parce que c’est mieux de se concentrer sur les « bénéfices » de votre aventure ?

C’est une façon de voir les choses. Seulement, en niant les dangers, lorsqu’ils vont survenir, et croyez-en mon expérience, ils surviendront, vous allez les prendre pleine face. Et là, ça va faire très mal.

Un boxeur qui s’est entrainé durant des mois avant de monter sur le ring sera en capacité d’encaisser les coups de son adversaire, il pourra même les esquiver et les renvoyer.

Un boxeur qui fera du shopping au lieu de s’entrainer avant de monter sur le ring ? Je vous laisse écrire la suite (la science-fiction est autorisée, pour le fun).

Le pilote automobile

Que cela soit en rallye ou sur piste, que fait un pilote avant chaque course ? Il vient repérer le tracé. C’est quand même plus facile d’arriver (facile, tout est relatif) lancé à des vitesses folles sur une route que l’on connait.

À très haute vitesse, la surprise n’est que rarement une bonne nouvelle. Bien connaitre l’enchainement des virages, la façon dont ils s’ouvrent ou se ferment, c’est mieux pour éviter de finir dans le décor.

Il donc rare de voir un pilote arriver le matin de la course, monter dans son véhicule et remporter la course. Le repérage, c’est le premier geste de sécurité et de survie du pilote.

Se préparer face au danger

Nier le danger ne pourra servir qu’à une seule chose : précipiter la chute lorsque celui-ci va vous attendre au détour d’un virage.

Au contraire, passer sa vie à se préparer en enchainant les formations les une derrière les autres, c’est un peu comme un pilote qui va passer sa vie en simulateur sans jamais prendre les commandes d’un véritable avion. C’est inutile.

Vous avez besoin du danger, et vous avez besoin d’y être préparé. Besoin du danger ??? Oui. Parce que le danger est une émotion, c’est un ressenti. Et comme toute émotion, le danger, si nous sommes prêts à y faire face, prépare notre cerveau à agir.

Si vous n’êtes pas prêts, vous allez soit fuir dans des excuses et des justifications, soit vous retrouver totalement paralysé. Dans les deux cas, vous allez vous vautrer.

Comment se préparer quand on est entrepreneur ?

Je vais vous donner un premier exemple tout simple. Nombre de personnes utilisent une période d’inactivité professionnelle pour tenter l’aventure. Et en soi c’est une bonne idée.

Les allocations versées par le Pole Emploi permettent de voir venir durant quelques mois, voire plus. C’est donc un très bon moment pour tenter sa chance.

Seulement, je ne compte plus combien j’ai eu de prospects au téléphone qui m’appelait au secours à deux mois de la fin des versements des indemnités en me disant qu’ils n’avaient pas vraiment bossé.

Et vous voulez que je fasse quoi ? Ces personnes se retrouvent dans l’urgence, et il faudrait que j’invente un tour de passe-passe pour les sortir de là. Malheureusement, je ne suis pas magicien.

Utiliser une telle période est une bonne idée. Attendre les trois derniers mois pour se bouger vraiment, ça ce n’est pas une bonne idée.

Dans un cas pareil, lors des premiers mois, formez vous, une ou deux formations, faites aussi une dose de développement personnel, parce que vous en aurez besoin, et puis lancez-vous. En cas d’échec, vous aurez le temps de recommencer ou de retrouver un boulot sans être dans l’urgence.

L’argent étant le nerf de la guerre, si vous pouvez avoir un bas de laine pour payer quelques mois de loyer, ce n’est pas un luxe, surtout si vous vivez seul.

Si vous êtes en couple, faites vos comptes avec votre conjoint avant de faire quoi que ce soit. Puis fixez-vous des échéances. L’objectif ne doit pas être de mettre votre couple et votre famille en péril.

C’est vrai qu’il est bien moins risqué de se lancer à 20 ou 30 qu’à 40 ou 50 quand une personne a une vie plus établie.

Entreprendre n’est pas une bouée de sauvetage

Je vais faire un dernier point important. Entreprendre est un métier en soi. Un métier compliqué, un métier difficile, un métier parfois pénible.

Et si les satisfactions, les joies, et les victoires qu’il apporte peuvent être d’une rare intensité, il n’en reste pas moins qu’en partant de rien, vous allez devoir ramer sévère.

Alors, si vous souhaitez quitter votre emploi parce qu’il vous emmerde, si vous souhaitez gagner plus d’argent, si vous avez soif de liberté, et que vous avez un petit budget, ou que vous êtes vraiment seul, le conseil le plus sage que je puisse vous donner ? Attendre.

Trouvez-vous un boulot plus à votre convenance, ou bien serré les dents encore quelques mois. Formez-vous le soir après le boulot et mettez de l’argent de côté autant que possible. Attendez quelques et négociez une rupture conventionnelle.

Avec un peu de chance, vous partirez avec un peu d’argent et la possibilité de toucher des indemnités Pole Emploi.

Vous aurez déjà quelques compétences en vous étant formé le soir, et vous aurez de quoi voir venir pour quelques mois. Vous pourrez alors vous lancer.

Mais ne voyez pas l’entrepreneuriat comme une bouée de sauvetage, c’est un vrai job, à temps plein. Et si votre esprit est rincé, vous allez en cher sévère.

Comment entreprendre alors ?

Pour réussir, vous avez besoin de toute votre vitalité, de tout votre enthousiasme, de toute votre volonté, et d’une envie débordante. Parce que ce job va vous faire puiser dans vos réserves durant les premiers mois.

Partiriez-vous dans un pays aux multiples dangers pour votre vie sans avoir préparer votre voyage un minimum au préalable ? Bien sûr que non. Hé bien pourquoi le feriez avec l’entrepreneuriat ? Certes votre physique n’est pas mise en danger immédiat.

Seulement, votre vie psychologique, elle, elle peut l’être. Et sortir d’une impasse psychologique est un vrai défi qui peut laisser de profondes traces.

Épargnez-vous donc des souffrances inutiles. Entreprendre n’est pas le club med. J’aimerais vraiment vous dire le contraire. Seulement, je n’ai pas le cœur à mentir à vous mettre en danger.

Je ne veux pas non plus noircir le tableau plus que de raison et vous effrayer. Ce ne serait pas utile. Si le danger existe, il n’est pas non plus diabolique, il ne faut rien exagérer.

J’aimerais simplement que vous ayez conscience des choses, entre partir la fleur au fusil ainsi que beaucoup vous y invite, ou passer une vie entière à se préparer (pour ne jamais se lancer), il existe une zone intermédiaire dans laquelle tout est possible.

Testez votre confiance en vous

Pour réussir dans la vie et/ou our réussir sa vie, la confiance est un atout indispensable. On peut parfois souffrir d’un manque de confiance, mais on peut aussi avoir trop confiance en soi. Alors, quel est votre niveau de confiance en vous ?

Avez-vous confiance en vous

J'ai peur ! 1
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Stéphane de part sa personnalité professionnelle, joyeuse et décalée a su m'accompagner pour définir le thème et la cible de ma conférence. Stéphane m'a fait des propositions qui m'ont amené vers des univers inconnus de moi. Il a su me rebooster au moment où mes idées étaient confuses. Il m'a fait découvrir la puissance d'une carte mentale et m'a permis de me mettre à l'écriture dans la joie et la fluidité.Je vous recommande vivement son accompagnement dynamique et impactant !

Valérie G.

Retrouvez la confiance,
le programme petit prix
aux grands effets

Marre du stress, du doute, de la peur, du manque de confiance, de la peur d’avoir peur, d’avoir le ventre noué, la gorge serrée, marre de ce sentiment d’oppression, de cette sensation de devoir lutter si fort pour obtenir si peu ?

Secrets & indiscrétions
Les derniers articles publiés

Mieux vivre : comment lâcher prise sur ses émotions

« Retenir, c’est croire que seul le passé existe ; lâcher prise, c’est savoir qu’il y a un avenir. »
Daphne Rose Kingma