Blogueur professionnel

Entre mythes et réalités, la notion de blogueur pro fascine bon nombre de personnes depuis plusieurs années. Créer un blog et devenir blogueur pro recèle tout autant de bons que de moins bons aspects. En sachant à quoi vous attendre, vous serez mieux préparé à affronter les épreuves qui se dresseront sur votre route, vous serez capable de les surmonter, vous saurez apprendre de vos échecs, vous saurez apprécier vos victoires.

blogueur pro, qu'est-ce que c'est ?

Important

En premier lieu, à l’adresse de celle et ceux qui ne me connaissent pas et se demandent qui je suis pour venir parler du blogueur pro, j’ai eu le bonheur d’être publié aux éditions Eyrolles pour un livre qui traite l’utilisation d’un blog en mode professionnel.

Je blog depuis 2008, et je gagne ma vie en grande partie grâce à la visibilité que mon blog m’apporte.

Je ne vais pas vous vendre un rêve, je ne vais pas défoncer le blogueur pro non plus. Je vais en parler librement, simplement, en proposant ma vision de la chose, forcément différente de celle vendue sur la toile.

C’est quoi un blogueur professionnel ?

Je ne vais pas vous vendre un rêve, je ne vais pas défoncer le blogueur pro non plus. Je vais en parler librement, simplement, en proposant ma vision de la chose, forcément différente de celle vendue sur la toile. 

Posons une première pierre : un professionnel est une personne qui vit de son métier. Or, à ce jour, blogueur n’est pas un métier encore reconnu par l’état. Pour autant, comme nous le verrons dans cet article, cette activité requiert un large panel de compétences toutes utiles à la réussite de votre projet.

Envie d'un blog professionnel ?

​Dans la formation ​BlogCamp je vous livre les trucs pour : 

  • Créer ​un blog comme un pro
  • Créer du contenu top qualité
  • ​Optimiser votre site ​pour plus de trafic
  • Et bien plus encore ! 

Inscrivez-vous ci-après et recevez le programme de la formation "Blog​Camp"


Tiens, le terme projet, gardons-le dans un coin de notre tête, car nous y reviendrons dans quelques minutes.

Dans « professionnel », il y a aussi une notion de « professionnalisme », sur laquelle nous reviendrons également un peu plus tard dans ce billet.

Blogueur pro, un métier « en dehors du système » ?

Blogueur pro donc. Depuis quelques années, l’expression est très en vogue. C’est devenu un fantasme pour toute une partie des jeunes et moins jeunes qui nourrissent le rêve de vivre « en dehors du système ». 

En dehors du système ? Résumons-nous :

  • Un réseau de ventes (affiliés)
  • Des offres commerciales
  • Voyager autant que possible
  • Prendre des vacances
  • Avoir une entreprise
  • Faire de la sous-traitance
  • Générer un maximum de profit

Je ne sais pas, mais tout cela ressemble étrangement au système capitaliste non ?

Brièvement, et sans vouloir faire offense à qui que ce soit, faire bosser un réseau d’affiliation, faire travailler des freelances dans des pays sous-développés, le tout pour tirer un maximum de profits, je ne vois pas bien le truc « en dehors du système ».

Si le système se résume au « métro-boulot-dodo » je peux comprendre la notion d’être en dehors du système, mais c’est assez mal connaitre « le système » dans sa globalité ainsi que toutes les possibilités offertes par ce dernier pour gagner sa vie sans se sentir oppressé par quoi que ce soit ou qui que ce soit.

Changer de vie, devenir blogueur pro

Toutefois, je peux comprendre l’aversion du « métro-boulot-dodo ». Mais il ne faut pas croire qu’être salarié se résume à cela. Tout en bas de l’échelle, effectivement, pas de quoi sauter au plafond. Mais, est-ce la faute de la « société » ou du « système » si certaines personnes sont tout en bas ?

Et puis, dans tout système, il faut des « soutiers » pour faire avancer le navire. Vous croyez vraiment que le freelance marocain à 5€ de l’heure est heureux de son sort, vous ne croyez pas qu’il aimerait vivre autrement, autre chose de plus bandant ?

Certes, des accidents de parcours, des parents peu fortunés, voilà qui rend les choses bien plus complexes. Cependant, à un moment, rien n’empêche qui que ce soit de se prendre en main.

J’ai longtemps nourri une colère froide envers « le système ». Dans ce laps de temps, je n’ai jamais vraiment avancé. C’est en prenant conscience que j’avais ma part de responsabilité dans mon parcours que j’ai commencé à vraiment grandir.

Ma colère contre le système, mon erreur

Dès lors, j’ai mis le nez dans des bouquins, je me suis intéressé à autre chose que ma colère contre « le système ». Bizarrement, ce fut le point de départ de mon aventure. C’est une nouvelle vie qui s’est ouverte à moi. Sans avoir (au départ) plus d’argent, sans bouger de chez moi, j’ai changé de vie.

J’aurais pu tomber dans le piège de la solution miracle pour gagner rapidement beaucoup d’argent. Parce que je croyais que l’argent était la solution à tous mes problèmes. L’expérience de ces 15 dernières années m’aura prouvé tout le contraire.

La paix intérieure ne s’achète pas, elle se construit, en luttant contre ses propres démons, en acceptant ses erreurs du passé, en arrêtant de se lamenter sur son sort, en se tournant vers l’avenir, et en se donnant les moyens de réussir.

Grâce à ma femme, mes rencontres, j’ai construit mon chemin, patiemment, et je continue de le construire chaque jour. En testant, en me plantant, en apprenant, en réussissant.

J’aimerais embarquer le plus de monde possible avec moi dans cette vision, parce qu’il n’existe pas une seule et unique façon d’être blogueur pro.

Il en existe des centaines. Par exemple, les influenceurs qui utilisent un blog sont également des blogueurs pros. Les professionnels qui utilisent l’outil blog sont également des blogueurs pros.

J’aimerais faire comprendre que le blogueur pro n’est pas qu’une sorte de gourou voyageur qui bosse quand ça le chante.

Alors, posons-nous un instant sur cette notion de blogueur pro histoire de voir un peu ce que son bagage devrait être. Parce que les compétences, c’est important.

  • Les compétences sont souvent passées sous silence.
  • Il paraitrait que créer un blog, c’est facile,
  • Le design, mais ça ne sert à rien,
  • Le référencement, on s’en fou un peu, pas trop besoin, que
  • La création de contenus, c’est aussi trop facile.

Donc, créer un blog pro, c’est facile, ça rapporte vite, ça rapporte beaucoup, alors, il suffit de foncer.

Nous verrons que tout n’est pas si facile, et c’est bien cela qui va rendre l’aventure excitante, c’est aussi par ces difficultés que la sélection naturelle va s’opérer. Sinon, tout le monde serait blogueur, tout le monde gagnerait beaucoup d’argent. Dites, ôtez-moi d’un doute, ce n’est pas le cas ? Mais pourquoi diable ?

Souvenez-vous, il y a quelques minutes, je vous parlais de la notion de projet. Il est temps de voir cela d’un peu plus près désormais. 

Blogueur pro 1

Le projet blogueur pro

Lorsque l’on parle de devenir blogueur pro, de ce que j’ai pu lire, la notion de projet est une grande oubliée. Pourtant, il est bien question d’un projet. S’il est possible du côté blog passion de partir sans trop savoir où l’on va et de se laisser porter par les évènements, dans sa dimension professionnelle, il est recommandé d’avoir une feuille de route.

Qui dit feuille de route ne dit pas rigidité. Je vous parle ici d’un cadre, un cadre qui va vous servir à délimiter votre terrain de jeu, comme on le fait en sport. Chaque terrain de sport possède ses propres limites. Dans ce cadre, libre à vous de vous exprimer.

Si vous sortez des limites, vous êtes hors-jeu. Je sais que le blogueur pro n’accepte aucune limite, sauf les siennes. Mais la vie en société, le professionnalisme, c’est aussi ça, savoir jouer avec les règles du jeu, pour mieux les contourner, en tirer le meilleur, c’est aussi cela la stratégie.

Votre feuille de route, c’est votre cadre, votre guide. Sans cela, vous allez partir dans tous les sens. Et comme la majorité des gens qui se pensent plus forts que les autres, vous allez vous essouffler, vous allez perdre le fil de votre histoire, vous allez perdre espoir, et vous allez abandonner. Rien ne vous empêche de tenter le truc.

Pour les plus curieux, et les moins dingos, pour vous aider à mieux cerner le propos, voici un petit exemple de feuille de route, je vous laisse le soin de l’étoffer selon votre convenance.

Feuille de route du blogueur pro :

  • Quel sera votre message ?
  • Quel sera le sujet traité ?
  • Quelles sont mes compétences sur ce sujet ?
  • Comment puis-je devenir meilleur sur ce sujet ?
  • Quelle sera ma ligne éditoriale ?
  • Quel temps vais-je allouer à mon projet ?
  • Quelles ressources financières vais-je allouer à mon projet ?
  • Ma liste de mots clés (pour le SEO)
  • Ma liste d’articles
  • Fonctionnalités utiles pour mon blog
  • Le nom de mon blog
  • Les couleurs de mon blog (pourquoi ces couleurs)
  • Quels sont mes concurrents ?
  • Quel est leur rythme de publication ?
  • Quel sera mon propre rythme de publication ?

Quelles compétences pour devenir blogueur professionnel ?

Vous voilà sur la ligne de départ, prêt à franchir le cap. Vous allez créer votre blog et vous lancer dans l’aventure. Pour réussir dans votre entreprise, vous avez deux solutions.

La première, dont peu de blogueurs vous parlent, demande les ressources suivantes :

  • Beaucoup d’argent
  • Achat ou location de base d’emails
  • Un produit à vendre (peu importe la qualité)
  • Ticket d’entrée dans un réseau pour booster vos lancements

C’est ce chemin-là que les « plus grands noms » du « webmarleting » (il est ou le marketing là ?) ont emprunté pour aller plus vite. Bien sûr l’histoire vendue ne fait pas trop mention de cela, parce que tout le monde n’a pas la chance d’avoir 20K à mettre sur la table.

La seconde solution, celle empruntée par la majorité d’entre vous est la suivante

Parcours du futur blogueur pro

  • Apprentissage de la création d’un blog
  • Apprentissage de WordPress
  • Apprentissage sur le tas des notions du marketing
  • Apprentissage sur le tas du fonctionnement des réseaux sociaux
  • Apprentissage sur le tas des techniques de vente
  • Apprentissage sur le tas du référencement naturel
  • Découverte de la photo,
  • Découverte de la vidéo,
  • Découverte de la rédaction,
  • Découverte du content marketing,
  • Découverte de la notion d’image de marque,
  • Découverte de la gestion des clients,
  • Découverte du monde de l’entreprise individuel,
  • Découverte de la publicité (Facebook Ads),
  • Découverte de la relation avec les marques,
  • Découverte de l’influence marketing,
  • Découverte de soi-même.

Et j’en passe ! N’en jetez plus, la coupe est pleine. Vous avez pris peur ? Logique. Y’a de quoi. Rassurez-vous, d’une part, la peur est saine, de deux, vous n’allez pas devoir tout gérer d’un bloc le même jour. Les choses se font avec le temps, les unes après les autres. Il n’empêche, y’a du boulot pour vivre de son blog. D’ailleurs, vivre de son blog, parlons-en aussi un instant.

Blogueur pro et professionnalisme

Dans l’imaginaire commun, un professionnel est une personne qui maitrise son art. C’est un bon, c’est un pro. On parle donc ici de professionnalisme. Vous vous souvenez, je vous en parlais au début de cet article.

Malheureusement, dans la partie la plus visible de l’apprentissage du blogging, la notion de professionnalisme n’est pas courante.

Vous voulez réussir ? Ne cédez pas à la médiocrité. Sans pousser à jusqu’à devenir un stakhanoviste du blogging, ayez le sens du détail, de la précision.

L’apparence, si elle ne fait pas tout, est importante. Qui a envie de suivre un blog torchon ? Ne perdez pas de vue que nous vivons dans une société régie par l’image. Aussi, meilleure sera votre image, mieux ce sera pour vous.

Un blog pro, c’est quoi ?

  • Un design « propre »
  • Un temps de chargement aussi court que possible
  • Le moins de pub possible
  • Un design adapté à tous les écrans (ordinateur, smartphone)
  • Des textes équilibrés, aérés, avec un minimum de faute
  • Un message limpide et compréhensible
  • Une ligne éditoriale claire 
  • Des contenus utiles

Blogueur pro, c’est vivre de son blog

Tordons tout de suite le cou est cette hérésie. Non, un blogueur professionnel ne vit pas de son blog, sinon, il serait SDF. Regardez bien les blogs des « blogueurs pros » de nos jours. Étrangement, rien à vendre !

Techniquement, ils ne vivent pas de leur blog, mais de leur mailing-list, ce qui est différent. Plus exactement, iIs vendent des « formations » via leur mailing. Si vous n’êtes pas abonnés, vous ne verrez jamais leurs produits.

Pour vivre directement de son blog, il n’existe trois solutions :

  • La publicité
  • L’affiliation
  • L’influence marketing

Note : je mets volontairement de côté la version e-commerce du blogging.

Blogueur pro et marketing d’influence

Pour la publicité, en dessous de 10K visiteurs uniques par semaine (et selon votre secteur d’activité), inutile d’y penser, vous n’allez rien gagner. Votre site va devenir un sapin de Noël, il va mettre trois heures pour se charger, vous allez devoir prendre un hébergement plus puissant, plus couteux, pour des gains souvent ridicules.

En gros, je ne suis pas certain que la publicité propose le meilleur rendement possible.

L’affiliation ? Le principe ? Vendre les produits des autres. Vous pouvez vendre les produits Amazon par exemple, ou la formation de votre blogueur favoris. Toutefois, sans un trafic solide ou une bonne base d’adresses mails, vous ne ferez pas fortune. Mais vous pouvez commencer à dégager un petit pécule pas ridicule du tout.

L’influence en revanche, selon votre secteur, peut s’avérer très pertinente. Avec l’explosion du marketing d’influence, les marques sont en quête de « micro influenceur », ce qui est une aubaine pour qui sait tirer son épingle du jeu.

Très en avance depuis un moment dans l’univers de la mode, aussi bien masculine que féminine, la relation marque influenceur s’étend de plus en plus à l’ensemble des secteurs.

C’est une aubaine pour les nouveaux arrivants dans le blogging. Parce qu’avant de vivre de la vente de vos propres produits, il va s’écouler entre une et trois années.

Être blogueur pro, c’est avoir la foi !

Dans ce laps de temps, garder la foi, ne toucher aucun revenu, ça ne va pas être simple. Selon les cas, ce sera même totalement inenvisageable. Tout le monde n’a pas « la chance » d’être célibataire, sans enfants, avec un bon compte en banque.

Aussi, jouer la carte de l’influenceur peut s’avérer une solution pour mettre votre business sur orbite.

C’est quand même gratifiant de créer sa communauté, d’avoir des contacts avec des marques. C’est bon pour la confiance, bon pour votre image, bon pour votre moral et cela vous donne du poids, de l’impact sur votre marché.

Est-ce que ça paie d’être influenceur ?

Tout dépend des marques, de votre impact sur la toile. Au départ, vous n’allez pas gagner des milliers d’euros. En revanche, par le biais des articles sponsorisés, vous pouvez déjà faire un petit revenu complémentaire.

Certains domaines sont très porteurs, et la concurrence y est vive. La cuisine, la mode, la parentalité, les voyages, le sport, tout ce qui touche à l’industrie des loisirs et la vie de famille sont des secteurs sur lesquels vous pouvez envisager une réelle plus-value avec le temps.

Cette étape peut devenir très intéressante. Au contraire de celles et ceux qui ambitionne de devenir blogueur pro et suivent bêtement la voie du « mail marketing » sans regarder ce qui se passe autour et doive serrer les fesses en priant que ça marche, vous, en passant par le marketing d’influence, vous allez fidéliser une audience et capitaliser dessus.

Blogueur pro : en apnée ou avancer ?

Articles sponsorisés, tests de produits, échanges avec la marque, échanges avec votre communauté, opération de communication avec les marques, vous allez pouvoir faire vos armes en ayant la sensation que les choses vont dans le bon sens pour vous.

Vous ne serez pas en apnée pendant une ou deux années en priant le Bon Dieu que votre lancement orchestré puisse fonctionner. Vous allez pouvoir faire grossir votre base mail, parce que votre relation avec les marques va vous apporter du contenu, parce que cette relation avec les marques va asseoir votre position d’expert (aussi relative soit-elle, là n’est pas la question) auprès de votre communauté.

L’importance d’être en mouvement

Lorsque l’on décide de se mettre à son compte, rien n’est plus important que de se sentir avancer, d’avoir cette sensation de mouvement. Elle vous permet de lutter contre la peur naturelle de « ne pas y arriver ».

Vous sentir avancer va vous donner confiance en vous vous ne serez plus l’esprit à vous dire que c’est dur, que vous allez vous planter, que vos stats ne grimpent pas.

Avoir l’esprit libéré

Quand on avance, il est beaucoup plus facile de créer des contenus, d’avoir la pêche, d’avoir l’envie de tout casser, il est beaucoup plus facile d’apprendre, parce que l’on se sent progresser. Être en mouvement, c’est se mettre dans un cercle vertueux, qui va vous tirer vers le haut.

Ce mouvement va aussi vous libérer l’esprit de la notion d’argent dont on ne fait que parler chez le blogueur pro. Ne faites pas cette erreur, concentrez-vous sur votre projet, vos contenus, votre communauté. L’argent suivra.

Se concentrer sur l’essentiel

Se dégager l’esprit de cette notion de gain va vous permettre de vous concentrer sur vos contenus, sur des véritables stratégies marketing, sur votre relation avec vos lecteurs, sur des partenariats avec les marques ou des collègues blogueurs.

Vous n’aurez pas cette pression du résultat financier en permanence. Vous allez pouvoir travailler sur votre positionnement, sur votre message. Oui, vous devez gagner de l’argent avec votre blog, comme toute entreprise se doit de faire du chiffre d’affaires. N’en faites pas une obsession.

Créer un blog pro, c'est un vrai projet !

Le blogueur pro et l’argent

Faisons un arrêt sur le rapport à l’argent. Depuis maintenant une dizaine d’années, j’ai croisé des milliers de personnes. J’en ai vu beaucoup se perde en route. Et toutes pour une même raison. L’état d’urgence.

L’état d’urgence ? Le besoin d’avoir de l’argent, beaucoup d’argent, et vite. Soit parce que leur situation était dramatique, soit par simple amour de l’argent. Dans les deux cas, cela n’a jamais rien donné de bon en matière de résultat.

La vision et la soif de gain

Vous pouvez avoir la sensation que je fais du prosélytisme. C’est vrai que cela y ressemble. Pourtant, si vous regardez les grandes réussites (je ne vous parle pas des blogueurs marketeurs), ces gens qui nous inspirent, s’ils gagnent de l’argent, c’est grâce à une vision qu’ils portent.

L’argent est venu couronner leur succès. Ils n’ont pas fait ce qu’ils ont fait uniquement pour l’argent, mais bien parce qu’ils croyaient en leur projet, en leur ambition.

Plus vous mettrez le focus sur le gain, plus vous allez vous stresser, plus allez vouloir faire en sorte « que ça marche », moins vous serez naturel, moins vous serez crédible, et plus vite l’échec arrivera.

Le rapport à l’argent peut tuer votre projet. J’aimerais que vous compreniez cela, j’aimerais vraiment, parce que votre réussite en dépend.

Cependant, je ne peux pas rentrer dans votre tête et actionner les choses. C’est à vous de prendre cette décision qui pourra avoir d’importantes conséquences sur votre avenir.

Devenir blogueur pro quand on n’a pas d’argent ?

Restons encore un moment sur l’argent. Je ne vais pas vous mentir, sans le sou, les choses seront un peu compliquées.

S’il n’est pas nécessaire d’avoir des milliers d’euros, vouloir gagner de l’argent sans un seul euro à mettre sur la table, je ne vois pas comment vous aller gagner beaucoup d’argent rapidement. L’activité de blogueur professionnel demande quelques investissements.

Citons, dans le désordre les investissements suivants

  • Le nom de domaine
  • L’hébergement
  • L’autorépondeur (mailing-list)
  • L’achat de photos ou d’un appareil photo
  • L’achat d’une caméra vidéo (ou d’un bon smartphone)
  • Un micro
  • Un design
  • Des plugins premium

Sans compter les investissements dans divers services dont vous pourriez avoir besoin. Cela ne représente pas des sommes folles, mais vous pouvez vous en tirer pour 200 par mois. Au départ, quand vous n’allez rien gagner, il faut pouvoir budgéter de telles sommes.

Le blogueur pro et le mythe de l'argent facile

Le blogueur pro et le temps de travail

Vous pouvez commencer avec le strict minimum pour étoffer au fur et à mesure et vous payer les services dont vous avez besoin. À ce titre, l’une des grands modes dans le blogging professionnel, c’est de déléguer.

Faire appel à la sous-traitance n’a rien de novateur. Encore une fois, je ne vois pas vraiment en quoi le blogueur pro est « dehors du système ». Toutes les entreprises font appel à la sous-traitance.

Personnellement je n’ai pas encore délégué quoi que ce soit. D’une parce que j’aime ce que je fais, et la seule fois que je l’ai fait, j’ai dû repasser sur le boulot. Et comme je n’aime pas avoir de la merde en ligne, je préfère encore le faire moi-même.

Tout automatiser, bosser 4h00 par semaine

J’ai du mal avec apologie du moins j’en fais, mieux je me porte. D’un côté, on nous vend que si l’on fait un travail que l’on aime, ce n’est plus du travail, et de l’autre, on nous vend l’idée qu’il faille tout automatiser et déléguer au maximum. Faudrait savoir.

En moyenne, si vous souhaitez faire du blogging votre activité principale, comptez entre 10 et 12 heures de boulot par… semaine ? Non. Par jour. Ah. Oui, effectivement, on est loin de la semaine de 4h00.

C’est bien pour cela que l’on vous dit qu’il vaut mieux être passionné par ce que l’on fait, ce que l’on écrit.

J’ai vu des blogueurs suivre une formation, chercher une niche rentable (les paris en ligne, les relations amoureuses …) lancer un blog sur le sujet. Et disparaitre au bout de 6 mois, maximum. Ils n’étaient pas un brin passionnés ou même intéressés par le sujet de leur blog.

On leur avait promis de l’argent, rapidement, grâce à un blog, un sujet porteur et une formation. Ils ont joué, ils ont perdu, on ne les a jamais revus. À votre tour, vous pouvez jouer.

En outre, si automatiser s’avère être une bonne idée, il n’en demeure pas moins que les services d’automatisation se paient.

Le blogueur pro et le culte de lui même

En ce qui me concerne, tenir mon blog me passionne, écrire est un plaisir, référencer mon blog est un jeu. Ne rien faire, ou faire le touriste, cela ne me passionne pas.

 Je comprends que de ne pas faire grand-chose tout en gagnant de l’argent puisse faire rêver, dans mon cas, cela ressemble plus à l’ennui. Et l’ennui, ça ne me fait pas rêver. La boucle est bouclée.

Avoir du temps pour mes loisirs, comme la photo, ou du temps pour ma fille, pour ma femme, oui. Comme tout le monde, je ne suis pas différent. L’oisiveté ou la salle de sport ou pousser de la fonte pour me sculpter les pec’, bon, c’est un trip, ce n’est pas le mien.

Il faut dire que je n’ai pas vraiment le culte de la personnalité. Le moi je, être le gourou, ce n’est pas mon truc. J’ai de l’orgueil, oui. Il en faut pour réussir. Mais de là à me prendre pour ce que je ne suis pas ?

Blogueur leader ou blogueur gourou

Être un leader, oui. Un gourou, non. Il faut se méfier du gourou, car ce qui l’intéresse, c’est lui. Tout ce qui n’est pas lui est mauvais. Parce que lui seul sait. Lui a réussi, lui sait. Et si vous échouez avec son « enseignement », c’est obligatoirement que vous avez mal fait, puisque lui a réussi.

Cette posture va attirer du monde. Il existe un public pour tout, donc, il existe un public pour ça. Si tout le monde y trouve son compte, après tout. Si c’est ce que vous espériez trouver ici, je suis sincèrement navré de vous décevoir.

Votre blog, votre histoire

Si j’aime transmettre, je suis toujours curieux de voir comment ce que je transmets est utilisé dans le temps. Ce qu’en ont fait les uns et les autres, comment s’en sont-ils servis. Il y a là quelque chose d’enrichissant.

Parce que l’important, malgré ce que l’on voudrait vous faire croire, ce n’est pas la méthode, mais la personne qui l’applique.

Si la méthode suffisait, alors toutes les personnes qui suivent des recettes de cuisine devraient être des chefs en puissance. Or, ce n’est pas le cas. Si la méthode est importante, c’est ce que vous allez en faire qui fera la différence.

la semaine de 4h00 et le blogueur professionnel

La méthode du blogueur pro

Prenons donc la méthode pour devenir un blogueur pro :

  • Trouver un sujet porteur
  • Créer un blog
  • Créer un lead magnet
  • Obtenir un maximum d’abonnés
  • Préparer un produit
  • Tester le produit
  • Améliorer le produit
  • Préparer un webinar
  • Vendre son produit à la fin du webinar
  • Recommencer

Rien de sorcier là-dedans. La méthode a fait ses preuves. Elle ne fonctionne pas dans tous les secteurs, et fonctionne moins bien en France qu’aux USA. Même si les résultats des gourous du secteur peuvent faire envie.

Ceci étant, cette méthode (vendue par à peu près tous les gourous du webmarketing) si elle fonctionnait à coup sûr, tous les clients seraient riches. C’est loin d’être le cas. Pourquoi ?

Les formations : des moules à blogueurs pros

Parce qu’elle omet plusieurs facteurs. Le premier, c’est que ceux qui l’ont mise en vente oublient rapidement qu’ils avaient déjà de grosses bases d’adresses mails pour assurer leurs lancements. Ils n’avaient donc pas besoin d’un blog. Ils ont utilisé l’effet blog qui battait son plein entre 2008 et aujourd’hui. IL suffit de voir le soin qu’ils portent à leur blog pour comprendre que ce dernier n’est là que pour la dimension marketing du projet, et n’en est absolument la pierre angulaire (étrange pour un blogueur pro, vous ne trouvez pas ?).

Ensuite, rien sur le SEO, rien sur la création de contenus, rien sur le marketing et rien sur les techniques d’influence.

Dernier problème, et pas des moindres. Ces formations sont des moules à blogueur. Rien ne ressemble plus à un blog de blogueur pro qu’un autre blog de blogueur pro. Une fois que l’on a vu le truc, c’est insupportable de les suivre. Des clones.

Certes, dans la masse, quelques personnes vont se distinguer, réussir à créer une véritable empreinte, délivrer un vrai message. C’est rare.

Quelle est votre réussite ?

Je vois aujourd’hui des blogueurs pros, des personnes qui tiennent leur blog avec rigueur, professionnalisme et passion. Étrangement, ce ne sont pas les formateurs les plus en vue dont les blogs sont dignes des pires torchons du début des années 2000.

Ce sont des personnes qui sont en dehors du marché du blogueur pro. Ils ont souvent un métier et s’occupent de leur blog en soirée, en week-end, parfois en vacances.

Certaines de ces personnes ont fait la bascule et quitté leur emploi pour se concentrer pleinement sur leur activité autour du blogging. La réussite est là.

N’allez pas croire que la réussite c’est uniquement 400.000€ par an, les voyages, et les loisirs. La réussite a plusieurs visages, et c’est à vous qu’il convient de trouver celui qui vous tente.

Soyez censé !

D’ailleurs, je lis souvent qu’il faut quitter son patron, quitter la « rat race », qu’il faut sortir du système, tout plaquer pour vivre de sa passion.

Je vais vous dire une chose. Ce n’est pas moi qui vais vous dire ça ! On voit bien que ceux qui vous poussent à cela, ce ne sont pas eux qui vont devoir payer votre loyer et mettre à manger dans votre assiette.

Il vaut mieux garder votre boulot, et donc le salaire qui va avec, même si c’est pénible, j’en conviens, et lancer votre activité en parallèle plutôt que de mettre toute votre vie en danger. Enfin, c’est vous qui voyez.

Vous avez assez d’argent de côté ? Pourquoi pas ! Vous avez de vraies compétences pour une entreprise, ce qui fait que vous pourriez rapidement retrouver un poste en cas de besoin, pourquoi pas !

N’ajoutez pas du danger là où il n’y en a pas besoin

Vous n’avez pas un centime de côté, vous n’avez pas de compétences particulières ? Là, c’est tendu. Vous pouvez tenter votre chance en misant sur les allocations chômage, pourquoi pas. Est-ce une bonne solution ?

C’est votre comportement qui fera que cela aura été une bonne solution ou pas du tout. Soit vous vous investissez pleinement, en ayant conscience que vous allez devoir cravacher, soit vous vous payez la formule miracle.

Si je suis persuadé que l’aventure blogueur pro mérite d’être tentée, vécue, elle ne doit pas l’être à tout prix. Réussir, c’est aussi avoir le sens des responsabilités.

Alors, oui, le mot n’est pas sexy, je vous l’accorde. En même temps, je vous avais prévenu dans mon préambule, je ne suis pas là pour vendre du sexy, vous offrir du rêve. Je ne suis pas là non plus pour vous plomber le moral, mais pour parler tout fait librement du sujet blogueur pro.

Quitter un système pour en rejoindre un autre ? Je ne sais pas. Je lis les gourous du secteur critiquer la sécurité sociale, l’éducation nationale, les impôts, leur pays. C’est oublié un peu vite que c’est aussi tout ça dont ils profité à un moment, ou un autre.

Le blogueur pro et la liberté financière

Mais tout ce qui touche à l’argent est très sensible dans l’univers du blogueur pro. IL ne supporte pas la partage de la ressource financière, c’est chacun pour sa peau. La sélection ne se fait pas sur le talent, mais sur la taille du compte en banque. L’argent est la raison d’être.

Le blogueur pro se rêve indépendant financièrement. Je lisais ceci sur un blog qui traite du sujet « devenir blogueur pro »

« Je suis donc aujourd’hui blogueur pro à plein temps et ceci me confère différents avantages que je n’avais pas auparavant, à savoir que je gère mon temps comme bon me semble et que je suis libre financièrement, car je ne dépends plus d’un patron. »

Je suis libre financièrement, car je ne dépends plus d’un patron. C’est vrai. Ce brave blogueur pro ne dépend plus d’un patron. En revanche, n’importe quel freelance vous le dira, si l’on aime nos clients, qu’il est difficile de les trouver, de les garder, de les satisfaire ! Et parfois, c’est son bien pire qu’un patron.

Ce n’est pas faire faire injure à mes propres clients, c’est simplement une réalité. Alors certes, le blogueur pro, comme tout freelance, ne dépend plus d’un patron. Mais il dépend de ses clients. La seule et véritable « indépendance financière » que je connaisse et qui mérite cette appellation, c’est rentier.

Or, on pourra m’expliquer tout ce que l’on veut, un blogueur pro n’est pas rentier. Cependant, dans le discours de vente, c’est plus sexy de parler ainsi. C’est faux, mais plus sexy.

La propagande autour du blogueur pro

Je ne résiste pas au plaisir du vous proposer ce joli passage sexy, glamour à souhait. Si un jour la France a besoin de discours de propagande, je pense que nous avons quelques bons auteurs en stock.

« 1 an et 5 mois plus tard, mon salaire est maintenant de 6000 euros. Clairement, je peux dire aujourd’hui que je gagne plus ou moins le triple d’un cadre, et ce, juste en bloguant. Je peux vous dire que de voir cette somme chaque mois sur son compte est un réel bonheur, ne plus avoir besoin de calculer et se sentir en sécurité financièrement est un gros avantage, se sentir libre financièrement, ne plus dépendre d’un patron ou d’une société change la vie. »

Forcément, ça fait rêver. Aucune preuve tangible de ce qui est avancé, et l’on parle de rêve, de sécurité, de liberté. La pyramide de Maslow dans toute sa splendeur.

Liberté, sécurité, vie de rêve

Faut-il être sensible ou non à ce type de message ? La question ne devrait pas être posée ainsi. Parce que tout le monde rêve de liberté, de sécurité, d’accomplir tout ou partie de ses rêves. Donc, forcément, nous sommes sensibles à ce type de discours.

Est-ce la réalité d’un blogueur professionnel, donc, d’un entrepreneur ? De ce que j’en sais, pour avoir pas mal bourlingué sur des salons d’entrepreneurs, pour échanger avec nombre d’entre eux, pour l’avoir vécu au quotidien, ce n’est pas tout à fait la réalité.

Cependant, pour vendre, le blogueur professionnel formateur de blogueur pro se doit d’avoir une posture. Celle du gourou parti de rien et qui aujourd’hui gagne grassement sa vie grâce à son blog (nous avons déjà vu que le blog en lui-même ne rapporte pas un centime).

Est-ce que tout cela est faux ? Oui et non. Cette personne doit sans doute bien gagner sa vie, c’est bien tout le mal que je lui souhaite. Cependant, la transparence n’est pas une qualité répandue dans cet univers. Le mensonge par omission est lui, en revanche, très prisé.

Blogueur pro et technique

Il est intéressant d’observer ce qui suit. Les formateurs parlent rarement de la technique. Que cela soit du content marketing, du marketing d’influence, du référencement naturel. La plupart des sujets « techniques » s’arrêtent à l’installation du blog. Au-delà de ça…

En revanche, encore une fois (non, je ne fais pas une fixation), voici les sujets traités :

  • Gagner de l’argent avec un blog gratuit : possible ou non ?
  • Créer un blog rémunéré : toutes les techniques
  • De 0 € à entrepreneur très imposé: 14 leçons monétisation de blog
  • La rémunération d’un blog via l’affiliation
  • Blog et publicité mauvaise idée
  • Comment devenir un millionnaire canon, et avoir bonne haleine en moins de 15 jours
  • 5 méthodes simples pour voit pages de ventes soient attractives

La liste n’est pas exhaustive. D’autres vont vous parler des « techniques de rédaction ». Avec des titres du type « Comment coller vos lecteurs à vos articles ». C’est effectivement déjà plus… technique.

Il est assez amusant de constater que ce n’est pas avec ceux qui se disent blogueur pro qui vous allez apprendre le blogging.

Une formation, des geins, et à vous la vie de rêve, c'est ça le blogueur pro. Vraiment ?

Devenir blogueur pro, c’est (trop) facile

En fait, lorsque je parcours tous ces blogs, je vois deux choses

  • On va gagner beaucoup d’argent

C’est facile. Tout est facile.

Si c’est tellement facile, pourquoi moins de 3 millions de blogs en France ? Y’aurait-il plus de 50 millions d’abrutis finis dans ce pays ? J’en doute. Donc, ce ne doit pas être si facile et si rentable en fait.

C’est ça, ce n’est pas simple, et on ne gagne pas aussi facilement de l’argent qu’on veut bien nous le dire.

Cependant, si un vendeur vient à vous dire que vous allez ramer pour ne pas gagner beaucoup d’argent, vous n’allez certainement pas acheter son produit. J’ai fait le test. Croyez-moi, dire la vérité, ça ne rapporte pas grand-chose dans les caisses.

La réalité Vs la réalité marketing

Pourtant, c’est bien la réalité. Si le blogging est aussi passionnant, c’est parce que c’est compliqué ! Parce que celles et ceux qui arrivent, comme moi, sont ceux qui s’arrachent envers et contre tout, et ont aussi la chance d’avoir un environnement qui les pousse, les soutiens.

Pourquoi ces formateurs éludent-ils tout ce qui touche réellement au marketing, au référencement naturel, à la technique pure ? Parce que c’est compliqué ! Parce que ça ne fait pas bander le quidam qui lui cherche une solution pour gagner plus en faisant moins.

Vous faites partie de ce public ? Mon Dieu ! Je me rends compte à quel point ce billet doit être un véritable calvaire pour vous, je m’en excuse. Mais je vous remercie d’avoir lu jusqu’ici.

Vous avez envie que l’on vous mente

Par essence, un marketeur est un menteur. Mais il ment parce que vous avez envie d’entendre ces mensonges, parce que vous, lecteurs, consommateurs, vous n’avez pas envie d’entendre qu’il va falloir bosser, y passer des heures, que vous risquez d’en baver, et qu’en plus, ça pourrait vous plaire.

Non, vous n’avez pas envie de lire ou d’entendre que c’est compliqué. Vous voulez croire que c’est facile. Vous avez envie de croire que ça va rouler tout seul. Comme une lettre à la poste (quand elle ne fait pas la grève ou que le courrier ne se perd pas en route).

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Seth Godin, l’un des Papes du marketing, dans l’un de ses ouvrages au travers desquels il traite du storytelling et du marketing.

Le dilemme marketing

Alors, on fait quoi ? Délicat sujet n’est-ce pas. Si je me prends pour exemple, que dois-je faire ? D’un côté, en tant que professionnel, je me dois de vous informer du mieux possible sur ce qui vous attend, c’est de ma responsabilité, de mon devoir en tant que formateur. C’est aussi mon éthique qui m’y pousse.

De l’autre, je sais qu’en étant totalement transparent, je ne vais pas avoir beaucoup de clients et je vais donc mettre mon entreprise et mon équilibre financier en danger. Ce n’est pas ce que je veux non plus.

Le transfert de responsabilités

Certains de mes « confrères » n’ont pas ce souci. C’est vous qui achetez, c’est vous qui êtes responsables de vos achats. Et le truc imparable : « ça fonctionne pour moi, donc, pour les autres, ça doit aussi le faire, j’suis pas plus malin qu’eux ».

 Je ne trouve pas cela très glorieux, ni très humain, mais je comprends la posture marketing, parce que tout cela n’est que du marketing.

Alors, vous pourriez penser que la solution se trouve entre les deux, et avez raison de penser cela. J’y ai pensé aussi. J’ai testé. Le résultat fut pire encore !

Pour bien vendre une formation, sauf des formations financées par des fonds publics, il n’y a pas 36 solutions. Il faut enrober la réalité, mentir par omission. Il faut rendre la mariée aussi sexy que possible. Dans le cas contraire, c’est foutu.

Que faire avec un blog, en dehors de gagner de l’argent ?

Au-delà de toutes ces questions pécuniaires, il y a le blog tout de même. C’est fou comme le blogueur pro ne voit dans le blogging que l’aspect financier alors qu’il y a tant d’autres richesses à exploiter.

Certes, dans la « logique », le blogueur pro se doit de gagner sa vie. C’est un fait. Pour autant, il existe tout un tas d’autres bénéfices à vivre l’aventure du blogueur pro.

Petit florilège des richesses possibles pour le blogueur pro :

  • Développement personnel
  • Plaisir d’écrire
  • Rencontrer des personnes d’horizons différents
  • Nourrir une philosophie différente
  • Apprendre encore et toujours sur le sujet de notre blog
  • Développer sa confiance
  • Apprendre des nouvelles compétences
  • Être reconnu
  • Être « connu »
  • Travailler sa créativité
  • Écrire un ebook ou un livre (ou les deux)
  • Développer son réseau
  • Être lu
  • Être compris
  • Avoir un public

Les bénéfices à tenir un blog ne manquent pas ! Ils sont nombreux et enrichissants. Ces années à tenir un blog m’ont changé. Profondément. Que cela soit professionnellement ou personnellement, j’ai évolué.

Blogueur pro, quel impact dans une vie ?

Oui, il y’a aussi l’âge, j’ai muri, mais l’impact de mon blog sur ma façon de voir mon métier, les gens, mes clients, ma façon d’écrire, de penser, de lire, l’impact de mon blog sur tout cela est assez puissant.

J’ai aussi la fierté d’avoir emmagasiné de nombreuses compétences, d’avoir participé à de très beaux projets, de monter sur scène pour transmettre ma vision des choses.

Le blogging n’est pas un monde tout rose. C’est un business. Comme dans tout business, vous aurez quelques alliés, et des ennemis. Non pas que ces derniers vous détestent vous, de façon personnelle.

Ils détestent l’ombre que vous leur faites, la part de marché que vous leur bouffez. Ils feront tout ce que vous n’imaginez pas pour vous faire tomber.

Pour réussir dans ce business, comme dans tout business, il faut garder ses amis proches de soi. Et ses ennemis encore plus proches (Al Pacino, Le Parrain 2).

Que faut-il pour s’imposer en tant que blogueur pro ?

Tout le monde peut devenir blogueur professionnel. Malheureusement, à mon grand regret, tout le monde ne deviendra pas blogueur pro.

À mon grand regret ? Oui, car comme je vous l’ai dit à plusieurs reprises déjà dans ce long billet, l’aventure est passionnante, exaltante, parfois grisante.

Devenir blogueur pro demande

  • De la volonté
  • Une motivation personnelle réelle au-delà de l’argent
  • L’envie d’apprendre
  • De la patience
  • Être bien entouré : amis, famille, et un bon formateur

Blogueur pro et visibilité

Je vais encore me répéter, l’argent n’est pas l’objectif. Vous pouvez, vous avez le droit de penser que j’ai tort et qu’il faut gagner de l’argent. C’est votre droit effectivement. Vous devez réaliser un bon chiffre d’affaires, ce ne doit pas être votre objectif quotidien.

De par mon expérience, mes lectures, mes clients, je pense le contraire. À vous de faire vous faire votre propre religion.

Et le taux de conversion ?

Je fonctionne comme suit : tout pour la conversion. Mon obsession, c’est le nombre d’inscrit sur ma mailing liste. Je me moque du nombre de fans sur Facebook, pas le temps de me concentrer sur une véritable stratégie pour ce réseau, je me moque du nombre d’abonnés Twitter.

En revanche, quel est mon taux de transformation sur mon blog, ça, oui, ça m’obsède parce que c’est un premier pas vers les ventes.

J’écris pour que l’ensemble soit cohérent, tant pour le lecteur que pour les moteurs. Je pose pierre à après pierre.

Parfois, parce que c’est un objectif stratégique, je vais rédiger un long billet dans lequel je vais tout faire pour être le plus utile possible.

Parfois, je vais faire un billet plus neutre, plus léger, avec un objectif de « volumétrie » pour les moteurs de recherches.

Aussi, les objectifs que vous allez assigner à votre blog sont tout aussi importants que les objectifs professionnels que vous poursuivez.

Pour atteindre les objectifs que vous allez assigner à votre blog pro, il serait bon d’avoir du trafic.

Le blog pro et la liberté

Parlons de technique et de blog

Générer du trafic pour son blog pro

Pour exister en tant que blogueur pro, il faut donc générer du trafic, là encore ce n’est pas une mince affaire. Le web n’est plus le même qu’il y a ne serait-ce que 5 ans en arrière.

Il s’est professionnalisé, les divers pourvoyeurs de trafic d’alors comme Facebook ou Twitter font tout pour retenir les internautes sur leurs propres plateformes.

S’il n’est pas impossible de les faire venir sur votre blog professionnel, le challenge n’est pas à prendre à la légère.

Pour vous assurer de la visibilité rapidement, vous devrez sans nul doute pensez à passer par la case payante : la publicité, et vous habituer à travailler avec la régie de publicitaire de Facebook.

Sa prise en main n’est pas des plus complexe, et il existe quelques astuces pour vous assurer un minimum de visibilité.

Veillez également à vous assurer un minimum de visibilité sur les réseaux sociaux. Les divers partages vous aideront à drainer du trafic vers votre blog. Encore une fois, plus vos articles seront utiles à vos lecteurs, plus vous aurez de chances de les voir être partagés.

SEO et blog pro

Nous entrons ici sur des territoires inconnus pour la grande majorité des personnes qui vous vendent des formations au blogging. En dehors des habituels conseils que l’on trouve gratuitement sur la toile, c’est le grand désert et le grand déballage de l’incompétence.

Pourtant, le référencement naturel de votre blog professionnel reste important. Pourquoi ? Parce que c’est un minimum de trafic gratuit toute l’année ! La pub, c’est bien, il faut en faire, mais il faut aussi penser à votre référencement naturel.

Vous aimeriez vous passer d’un trafic de qualité et surtout gratuit pour votre business vous ? Je ne sais pas quel gestionnaire vous êtes, mais vous risquez de ne pas aller bien loin.

Stratégie de contenus

Le meilleur allié de votre référencement naturel ? Une bonne stratégie de contenu. Lorsque je bloguais par le passé sur 4h18.com, j’étais parti sans trop savoir où j’allais, je naviguais un peu à vue.

Les choses ont commencé à prendre une très bonne tournure quand j’ai décidé à de me poser et de réfléchir avec mon papier et mon crayon.

J’ai regardé les pages fortes et les pages faibles de mon blog. J’ai remis tout cela à plat, j’ai décidé sur quelles pages je devais drainer le plus de trafic possible en fonction de mes objectifs, et j’ai commencé à réfléchir à la façon dont je pourrais m’y prendre.

Le résultat ? Des semaines de travail, pied à pied, par petites touches ici et là, et un trafic qui est passé de 500 visiteurs uniques par jour à plus de 2000 avec du business au bout.

Tout cela grâce au référencement naturel et une bonne stratégie de contenus. Que dois-je publier, quand et surtout, pourquoi ? Croyez-moi si vous le voulez, si cela demande du temps, le résultat est faramineux.

Le guest blogging (voleur de trafic !)

Pour vous faire connaitre, garder les deux pieds dans le même sabot, ce n’est pas ce que vous pourriez faire de mieux. Vous pouvez tester.

Ou vous pouvez vous tourner vers le guest blogging. Le principe est simple : vous cherchez des blogs en quête de rédacteur, si possible dans votre secteur, ou un secteur proche du votre, vous prenez contact, et vous allez rédigez chez eux.

Cette technique n’est pas un miracle, dans le sens où elle ne va pas systématiquement drainer des centaines de visiteurs sur votre blog professionnel.

En revanche, elle vous permet de toucher un public que large que le vôtre, et d’avoir un ou deux liens entrants vers votre propre blog depuis un blog plus ancien que le vôtre, donc, qui devrait être mieux référencé que le vôtre.

Élargir votre zone de visibilité

Depuis la sortie de mon livre, je m’astreins, en plus de ce que je publie sur mon blog, à publier au moins un à deux articles sur d’autres blogs que le mien. Mon objectif ? Être visible au-delà de mon propre blog. Peu à peu, l’effet se fait sentir.

Comme toujours, en dehors de la publicité où les effets sont immédiats, chaque stratégie gratuite demande du temps pour porter ses fruits. Mais elles présentent un avantage indéniable sur la publicité : elles durent dans le temps.

Là où la publicité cesse d’être efficace quand vous n’avez plus de budget, parce que l’on ne voit plus vos pubs, une stratégie de guest bloggig continue d’être efficace dans la durée.

Si vous savez coupler les deux, vous serez redoutable d’efficacité, et votre positionnement n’en sera que meilleur. Le positionnement d’ailleurs, parlons en un instant, parce que c’est important.

Positionnement de votre blog professionnel

Je lis souvent que les débutants font des erreurs de positionnement, en même temps, de ce que j’ai pu lire, voir et entendre dans diverses formations, ce n’est pas avec ce qu’il leur ai transmis qu’il vont s’en sortir. Et quand on part le nez au vent, sans un projet un tant soit peu ficelé, forcément, on ne va pas bien bien loin.

Dans les cours que je dispense, j’ai un plan qui tient en quelques questions. Et ce plan est redoutablement efficace. Je l’utilise déjà pour mon propre blog. Résultat ? Un taux de transformation moyen de 12%, là où la majorité des sites plafonne à 3% et où les meilleurs grimpent à 5%.

Encore une fois, pour en arriver à cela, ce furent des semaines de travail pour mettre à plat le bon questionnement, puis pour y apporter les réponses. Je ne regrette pas un instant cet investissement.

Ce blog que vous lisez, encore frais moulu, avec un trafic très moyen draine entre 5 et 15 inscriptions par jour. Je vous laisse imaginer le potentiel quand le référencement naturel fera son effet.

Pour arriver à ce niveau d’efficacité, il faut avoir le souci du détail. En ce qui me concerne, j’ai encore du travail pour arriver au niveau que je vise. Chasser le moindre détail prend du temps. Et plus on avance, plus le temps passé à chercher et optimiser le moindre petit détail demande du temps.

Rébarbatif pensez-vous ? Au départ oui, parce que l’on vient de créer son blog, de le lancer, c’est une aventure qui pompe de l’énergie. Alors, devoir se coltiner une foule de détails, ce n’est pas grisant.

Cependant, c’est bien là que vous allez faire toute la différence avec vos concurrents. Et il devient vite grisant de voir qu’un petit détail peut faire passer un taux de transformation de 0.96% à plus de 4.5%. Je peux vous assurer que de voir cela, c’est motivant et donne envie de se pencher plus encore sur la question.

Le diable se cache dans les détails

Lorsque j’ai commencé à bloguer, comme je vous le disais, je suis parti comme ça, nez au vent. J’agissais avec l’intuition, ce qui est très agréable, mais déroutant pour le lecteur qui n’arrive pas à vous suivre et finit par se lasser.

Je suis devenu meilleur, plus efficace et surtout plus rentable quand j’ai commencé à arrêter de bosser à vue, façon je vais faire ça, grosso-modo.

C’est en commençant à avoir une idée plus précise de mes propres objectifs que j’ai pu assigner des objectifs clairs à mon blog.

J’ai ainsi pu commencer à travailler de façon plus ciblée, en perdant moins de temps, parce que j’avais cessé de m’éparpiller à droite, à gauche.

On pense souvent, lorsque l’on se lance, que d’avancer au feeling est lus agréable, plus souple, mais aussi efficace.

Le cadre, le terrain de jeu

On pense que d’avoir des objectifs, c’est contraignant, on pense que s’astreindre à une certaine discipline, c’est compliqué, que l’on s’enferme, que cela tu la créativité. Du moins, comme nombre d’entre vous, je le pensais.

En fait, c’est tout le contraire. J’avais peur d’être enfermé dans des schémas trop « professionnels », et mon expérience en entreprise m’avait laissé le goût pro = ennuyeux.

La vérité, du moins, celle que j’ai découverte, est tout autre. En ayant un minimum de rigueur, des objectifs, un plan plus précis, j’ai aussi désormais plus de temps pour d’autres choses, comme la lecture.

Depuis quelques mois, j’ai le temps de lire énormément, de prendre des notes, beaucoup de notes durant chaque lecture. J’ai ensuite le temps d’analyser ces notes, de les mettre en ordre, j’ai le temps de comprendre les implications entre les différents savoirs que je découvre.

J’ai aussi le temps de pouvoir penser à de nouveaux contenus, d’affiner mes réflexions, de les poser sur le papier. J’ai plus de temps pour faire du guest blogging et faire rayonner mon nom sur la toile.

blogueur pro, c'est beaucoup de compétences et de techniques

Le blogueur pro et l’influence (le retour)

L’influence, j’en parlais un peu plus haut dans ce billet. Vous l’avez peut-être remarqué, l’influence marketing est au cœur des préoccupations d’à peu près tous les secteurs d’activités sur internet. 

Depuis plusieurs mois, j’ai lu nombre de livres, écouté nombre de conférences sur le sujet. La première chose que je retiens : l’influence est partout.

Un exemple ? La façon dont je rédige ce billet va avoir une influence directe sur la façon dont vous allez le recevoir, l’appréhender, le comprendre.

Certaines personnes qui sont dans la mouvance « blogueur pro » depuis un moment vont me détester eu égard à certains passages. D’autres vont me trouver intelligent, posé, avec une vision impertinente et pertinente sur le sujet.

L’influence comme tremplin

Le choix de chaque mot est important. Car si je parle à un « public », je n’en oublie pas pour autant que chaque individu qui compose ce « public » recevra mes mots avec sa propre vision du monde, sa propre sensibilité, ses propres émotions.

L’influence et souvent confondu avec la manipulation, et pour vous aider à y voir clair, j’ai ouvert une rubrique complète sur le sujet, parce qu’un billet n’y suffirait pas à voir clair. EN résumé, l’influence devient une manipulation malsaine quand la personne qui l’active n’a qu’un objectif : se faire de l’argent sur votre dos.

Vous pouvez ou non me croire, les plus gentils sur la toile sont sans doute vos pires ennemis. Pour comprendre cela, vous aurez sans nul doute besoin d’éprouver la réalité par vous-même. C’est un principe bien connu en psychologie.

L’influence et la responsabilité

Dites à un enfant de ne pas poser sa main sur cette plaque parce qu’il risque de s’y bruler. Il sera forcément tenté de le faire. C’est aussi le principe de réfractance. Nous faisons systématiquement le contraire de ce qui nous est conseillé.

C’est pour cela que le choix des mots est primordial dans votre communication. Dans l’ensemble des livres que j’ai pu lire depuis des mois, je retrouve l’influence et le pouvoir des mots sous une forme ou sous une autre.

Soyez assuré que vous possédez un pouvoir d’influence. Vous l’ignorez sans doute comme je l’ignorais. Enfin, ignorer n’est pas le mot juste. Avoir conscience est plus juste. Nous naissons avec ce pouvoir d’influence, nous l’utilisons chaque jour, chaque minute, chaque seconde.

Lorsque vous en aurez pris conscience, vous découvrirez l’étendue fantastique que ce pouvoir offre à chacun de nous. Vous découvrirez aussi les responsabilités qui incombent à un tel pouvoir.

Comprendre les mécanismes de l’influence

L’influence est un marché qui est donc en pleine expansion et peut vous permettre de faire une bascule en douceur depuis la situation qui est la vôtre actuellement, vers la création de votre propre job.

Si vous souhaitez en tirer pleinement profit, vous devez comprendre les mécanismes qui sont jeu, comme le principe de cohérence (principe qui régit une grande partie de notre existence, les techniques, comme celle du pied dans la porte (très prisé sur la toile).

Sans la compréhension de ces mécanismes et techniques d’influence, il vous sera difficile de faire votre place. Soyez rassuré, il n’est rien de bien sorcier. Ce sont des choses très simples, mais très puissantes.

le blogueur, cet influenceur

Combien gagne un blogueur professionnel

Nous l’avons vu durant ce billet, la route est semée d’embûches et tout le monde ne vous veut pas du bien, bien au contraire. Dans cet univers, les plus visibles, les plus bling-bling ne sont pas les meilleurs.

Ils ont su tirer profit d’un puissant réseau et d’un lourd investissement financier pour se faire leur place et sont prêts à toutes les bassesses pour la défendre.

Si nous ne sommes vraiment pas dans un monde d’entraide, si tous les coups sont permis, il n’en demeure pas moins que vous pouvez vous faire une belle place, si tant est que vous sachiez vous tenir à l’écart des promesses irrésistibles.

La réalité, c’est que bien peu de blogueurs gagnent très bien leur vie. Une étude du CopyBlogger avait dévoilé les chiffres. La grande majorité des blogueurs ne gagnent pas un sou avec leur blog.

La propre enquête que j’avais menée (avec plus d’un millier de réponses) abondait dans ce sens. Ils étaient moins de 10 à gagner un salaire par mois.

Devenez le nouveau blogueur pro à succès

Nous sommes loin de l’Eldorado et des voyages, des 6 mois de vacances, de la plage et des cocktails. Vous avez parfaitement le droit de rêver, de vouloir y croire.

Pour rendre ce rêve possible, ce n’est pas compliqué. Il vous faut un portefeuille très, très, mais alors très bien garni.

Il faut vous offrir une formation dont le prix d’entrée est de 2000€ minimum. Ensuite, une fois dans la formation, vous devrez payer le ticket d’entrée au mastermind, soi-disant groupe d’élite de blogueurs en devenir. Les prix ? De 5.000 à plus de 20.000€. Que voulez-vous l’élite des blogueurs pros, ça se paie.

En réalité, ces mastermind sont des groupes de personnes ayant un gros pouvoir d’achat, un produit capable d’intéresser les masses, et s’ils n’en n’ont pas, on va leur en fournir un, clé en main. Des personnes que l’on va pouvoir intégrer dans le réseau de vente. Tout à un prix. Vous pouvez acheter votre « succès ».

J’aimerais être certain de réussir

En dehors de ce chemin bien peu reluisant, il existe des millions de kilomètres carrés pour qui est habité par l’envie de réussir. Il existe de nombreux exemples de personnes qui ont utilisé leur blog pour asseoir une position dominante dans leur secteur et en tirer des bénéfices.

Il ne faut pas croire qu’être salarié est une honte, ou une forme d’esclavagisme moderne. Si être en bas de l’échelle ne procure pas de grandes émotions intellectuelles, cette situation à au moins le mérite de vous offrir de quoi subvenir à vos moyens.

Il ne tient qu’à vous de faire changer les choses, de prendre votre destinée en main pour grimper les échelons. C’est difficile ? Vous n’avez pas le temps ? Vous ne comprenez rien à la technique ? vous aimeriez avoir la certitude de réussir ? Pas de souci. Vous pouvez vous ruer sur ces produits.

Quid des réussites de blogueurs pros ?

Certaines personnes ont effectivement réussi en passant par ces formations. Alors, ça marche !

D’abord, que vendent vraiment ces formations ? Pour la plupart, vous n’apprendrez rien sur le blogging, rien sur le référencement. Je le disais plus avant, vous allez découvrir (en partie) les mécanismes des « super lancement » (ou lancement orchestré).

Les personnes ayant réussi possédaient déjà un blog bien implanté, une bonne base d’adresses mails à travailler, un produit et parfois, un réseau capable de les aider à relayer le lancement. Il ne restait plus qu’à.

Dans ce cadre-là, effectivement, la formation fonctionne très bien. Dans le cas d’une personne qui part de rien, libre à vous de tester.

Avec ou sans investissement ?

La réalité du terrain est assez claire :

  • Vous avez des moyens financiers
  • Vous n’en avez pas, ou très peu

Dans le premier cas, vous pourrez payer de la publicité pour assurer votre visibilité, vous pourrez déléguer tout ou partie des tâches liées à votre business. C’est la réalité façon Tim Ferris. Est-ce une garantie de succès ?

Dans le second cas, vous devrez tout apprendre. La création de votre blog, la création de contenus, le référencement, le marketing, l’acquisition de trafic, les techniques pour améliorer votre taux de conversion, l’usage des réseaux sociaux, les techniques de vente.

Il existe des dizaines de bouquins qui traitent de ces sujets, livres dans lesquels vous allez pouvoir trouver des compétences utiles, le tout sans vous ruiner. Entre 20 et 40€ l’ouvrage, ça reste plus que convenable. Et ce que vous apprendrez vous sera utile durant des années.

Pour ma part, mon tout premier bouquin sur celui d’Olivier Andrieu, sur le référencement. Aujourd’hui encore, ce que j’y ai appris il y a désormais plus de dix ans m’est encore utile.

Si vous êtes pressé de réussir, dans l’urgence, en situation difficile, le meilleur conseil que je puisse vous donner ? Ne vous lancez pas dans le blogging.

Créer un blog qui puisse vous aider dans votre business, cela demande du temps, entre deux et cinq en moyenne. Oui, c’est long. Aussi long que pour une entreprise classique.

combien gagne réellement un blogueur pro

Blogueur pro, le plus important, c’est vous

Au-delà de tout ce qui vient d’être posé ici, le plus important reste ce que vous, vous souhaitez faire, devenir.

Même avec un budget riquiqui, il est possible de se lancer et de réussir. En cela, rien en France ne remplace actuellement le blogging (ou les médias sociaux).

L’opportunité est fabuleuse. Et il y aura toujours de la place. Les marchés sont des secteurs mouvants, avec des acteurs qui arrivent d’autres qui partent. C’est grâce à cette mouvance qu’il y aura toujours une chance à saisir pour qui le souhaite.

Il n’est aucune urgence à vous lancer maintenant ou demain parce que les places deviendraient rares. Depuis 10 ans, les places sont soi-disant rares. Ce qui démontre une chose : il y a et il y aura toujours de la place, quel que soit le marché.

C’est à vous que la décision appartient, à vous de faire vos choix. Il n’existe pas de bons ou de mauvais choix à l’instant ou vous devez les faire. C’est le temps qui dira si vous avez fait le bon choix, ou non.

Tout le monde n’a pas vocation à voyager à travers le monde et ne rien glander durant 6 mois. Tout le monde n’a pas vocation à rester célibataire toute sa vie. Tout le monde ne se rêve pas en grand gourou de la réussite.

Inventez votre propre façon d’être blogueur pro

Je ne crois que l’on puisse gagner de l’argent en dehors du système, car l’argent est la base du système. Je ne crois pas que vouloir former tout le monde dans le même moule soit une bonne chose.

Je crois que chacun, dans sa propre vision du monde, dans le monde qui est le sien, peut réussir quelque chose. Quelque chose de grand ? Qu’est-ce que « grand » ? Quelle est l’échelle de mesure, la valeur référence ?

Je crois qu’inventer son propre chemin est déjà une belle réussite en soi. Savoir se remettre en question, avancer, chaque jour, pour faire perdurer cette réussite, c’est également une réussite.

Être blogueur professionnel, cela veut tout dire, et ne rien dire. C’est à vous d’inventer ce que vous voulez bien y mettre dedans. Et c’est bien cela le plus passionnant. Parce que tout dépend de vous. Rien que de vous, et des choix que vous allez faire pour y parvenir.

Vous n’avez nul besoin d’être un expert pour vous lancer. Vous n’avez pas besoin d’un budget de folie pour vous lancer. Par le passé, étaient dénommées « autodidactes » les personnes qui se lançaient sans le sou, et apprenaient sur « le tas ». Des milliers d’autodidactes ont réussi une belle carrière.

Le blogueur pro, c’est un peu l’autodidacte version 2.0

le blogueur pro, c'est vous

Que retenir

  • Méfiez-vous des promesses qui paraissent trop belle
  • L’argent n’est pas un but
  • La réussite ne s’achète pas
  • Vous allez devoir apprendre
  • Ayez foi en vous
  • Fixez-vous des objectifs
  • Soyez curieux, volontaire
  • Ne lâchez rien, jamais
  • Construisez votre réseau
  • L’influence est votre alliée
  • Lisez, achetez des bouquins, documentez-vous
  • Tout ce qui est cher n’est pas forcément de valeur
  • Votre plus grande valeur, c’est vous
  • Soyez utile
  • Pensez conversions


Envie d'un blog professionnel ?

​Dans la formation ​BlogCamp je vous livre les trucs pour : 

  • Créer ​un blog comme un pro
  • Créer du contenu top qualité
  • ​Optimiser votre site ​pour plus de trafic
  • Et bien plus encore ! 

Inscrivez-vous ci-après et recevez le programme de la formation "Blog​Camp"


comment créer un blog pro