Achète ou casse-toi !

Table des matières

Les réseaux sociaux. Je n’en peux plus. Je vais être clair, ça me fatigue, nous sommes à arriver un stade où l’intérêt est devenu quasi nul. Nous sommes saturés de supports, nous sommes saturés d’informations et fake news en tout genre. Et si la solution était un retour vers les canaux privés ?

Aujourd’hui, c’est ACHÈTE ou  CASSE-TOI !  Sympa le web.

La saturation des outils et de l’information

Instagram, Tiktok, WhatsApp, Facebook, Twitter, LinkedIn, Discord, Tweetch, Telegram, Snapchat, Slack, Teams, et j’en passe !

Il existe des dizaines et des dizaines d’outils pour « communiquer », et jamais nous n’avons aussi peu communiqué.

S’il fut une époque où l’usage des réseaux sociaux apportait une vraie valeur à l’éditeur de contenus, aujourd’hui, ce n’est plus vraiment le cas. Tout le monde est partout, et personne n’est nulle part.

Si vous souhaitez de la visibilité, les géants se sont organisés de sorte que chacun doive passer par la publicité. Vous en doutez ?

  • La première page des résultats de Google est devenue une page de pub,
  • Facebook à tué la portée des publications des pages,
  • LinkedIn suit le mouvement en limitant la portée des publications,
  • Twitter n’a jamais vraiment décollé,
  • Sur Instagram, pour qui souhaite être rapidement visible, il faut en passe par la pub.  

Sur les autres réseaux, il ne faut pas s’attendre à autre chose, leur survie financière va dépendre des revenus publicitaires.

Comment dès lors s’étonner que le mail reste un canal qui résiste à tout depuis des années ? C’est un moyen de toucher ses abonnés de façon directs. Certes, la discussion n’est pas des plus folichonnes, puisque la grande majorité des personnes restent passives.

Seulement, que cela soit par mail ou sur les réseaux, tout ce que l’on nous propose, c’est d’acheter, acheter et encore acheter. Et si possible, tout ce suite. Je ne suis plus un humain, je suis une carte bancaire.

Bien entendu, une entreprise doit vendre pour exister, nous sommes d’accord, et y mettre un peu les formes, laisser un peu de temps au prospect, ne pas être dans l’agression permanente ?

Achète ou casse-toi ! 1

Le like, tueur d’échanges

Finalement, nous sommes avec des tonnes d’outils pour communiquer, et que faisons-nous ? Un like. Et basta. Nous sommes devenus des faignants !

Je vais faire mon vieux con, mais putain, fin des années 2000 et jusque 2012/13, sur les blogs, via les commentaires, il y avait des échanges, c’était vivant ! Et franchement, je commence à croire que j’ai eu la chance de vivre l’une des plus belles époques de web.

Oui, nous communiquions, nous échangions, nous nourrissions nos réflexions. Et si tout n’était pas rose, faut pas trop rêver non plus, au moins, nous avions des espaces de discussions publics.

Cette semaine, j’ai eu des échanges téléphoniques (j’adore le téléphone pour ça) avec plusieurs personnes de divers horizons, et tous font la même remarque : il est temps de sortir des gros réseaux, il est temps de recréer des bulles d’échanges privées.

Certaines de ces personnes sont des formateurs, des consultants, des référenceurs, de futurs entrepreneurs, ou simples utilisateurs du web. Le panel est varié. Et tous font, pour des raisons diverses le même constat : créer des bulles privées.

L’email, vaillant résistant !

Le mail est l’un de ces canaux privés privilégiés. Malheureusement, comment est-il utilisé majoritairement ? Pour du prospectus 2.0 !!! Ma boite sature de promotions de merdes ! A quo cela sert de se gargariser avec la big data si c’est pour noyer les boites avec des prospectus comme on le faisait par le passé ? hein ??

D’ailleurs, si j’ai décidé d’en finir avec cette saloperie d’email marketing, hé bien je n’ai jamais autant communiqué par mail que ces dernières semaines.

J’envoie des informations, je pose des questions, je ne vends pas. Je tente de renouer le contact. C’est aussi pour cela que j’ai mis en place un formulaire de prise de rendez-vous sur WhyIsLife avec l’objectif de dialoguer avec les gens.

La peur du contact

Je suis terriblement frustré par le marketing qui a inondé le web et tué le dialogue sur internet : achète ou casse-toi, on est pas là pour discuter.

Nous en subissons aujourd’hui les effets pervers. Il n’y plus que très peu de conversations, et le seul message est … achète ou casse-toi !

La plupart des publications puent le marketing à plein nez, et c’est devenu chiant. Parce que si vous rentrez en contact avec l’auteur, vous n’avez qu’une trouille, c’est qu’il veuille vous refourguer sa cam’. Voilà qui ne favorise pas le contact. Merci le marketing de masse !

Alors, voilà, globalement, chacun se fait plus ou moins chier devant son écran, et c’est la passivité et la méfiance qui l’emportent. Nous ingérons des informations par centaines, nos esprits sont saturés de vide.

Le bruit est infini sur les réseaux sociaux, et pourtant, il règne un silence assourdissant.

Bien sûr, en cherchant un peu, il est possible de trouver des ilots où les échanges existent encore. Et ces ilots sont… privés.

Vous les trouverez sur des canaux comme WhatsApp, Discord, ou encore Telegram, quelques groupes privés sur Facebook, ou des pods ici et là.

Alors comment créer faire vivre sa communauté aujourd’hui ?

Si l’on prend en compte la saturation des outils et la saturation des informations, il y a des quoi déprimer. La tâche s’annonce complexe.

Cependant, j’ai envie de croire qu’il est possible d’utiliser un outil comme Telegram pour créer des espaces d’échange à l’abri des algorithmes des géants du web.

Dans mon cas, je suis en train de tester Telegram, tout comme mon pote Thomas Cubel sur le SEO ou encore Matthieu Blanco sur des sujets de société, pour ceux que je connais.

Côté utilisateur, cela demande d’installer un application supplémentaire, c’est vrai. Et si c’est pour recevoir des informations utiles, pourquoi pas après tout ?

Ne vaut-il mieux pas une app sur laquelle nous allons être au contact de personnes qui souhaitent échanger autour d’un sujet qui nous intéresse plutôt qu’un Facebook qui nous balance du vide à longueur de time line ?

Côté éditeur de contenus, cela va demander un vrai travail de création de contenu, de modération, seulement, une vraie communauté à toujours demandé ce travail. Nous nous sommes égarés sous le poids des chiffres.

Ho ! Facebook, c’est tant de millions de personnes, go créer mon groupe, et puis… pas grande chose. C’est ainsi pour tous les réseaux grand public.  

Achète ou casse-toi ! 2

Vous voulez de l’humain ? Soyez humain !

Seulement, tout cela demande de l’implication de l’engagement. Et pour rester sur le public qui est le mien, l’entrepreneur, j’ai envie de vous dire : si vous avez peur de parler avec vos semblables, putain, mais comment allez-vous faire pour vendre ?

Du copywriting de merde ? De storytelling bon marché ? Mais merde ! Vous oubliez une chose, le commerce, qu’il soit en ligne ou non, c’est une relation de confiance entre deux personnes. Et qu’avant de vendre quoi que ce soit, il va falloir mouiller le maillot !

Et tout ce temps que vous passez avec des formations couteuses qui vous formatent comme on fabrique des aspirateurs à la chaine, hé bien il serait temps de mieux l’utiliser : dialoguer, échanger, faire murir une réflexion, faire naitre et affiner une vision et sortir de cette relation toxique : achète ou casse-toi !

Ode au temps long : le slow marketing

Voilà bientôt plus de deux ans que je propose le Why à mes clients. Deux ans. J’ai passé des mois sans vendre. J’ai eu des dizaines de personnes au téléphone. Aujourd’hui, c’est en train de payer. Pour une simple et bonne raison : je n’ai jamais cherché à pousser cette prestation coute que coute.

En plus, du copywriting sur une prestation de coaching, faudrait vraiment être con ! Ce n’est pas un achat impulsif.

Alors, j’ai parlé, dialogué, échanger, une personne à la fois. Je fais des lives sur le sujet, et jamais je ne propose la prestation. Je laisse venir.

Actuellement, je vends de plus en plus souvent cette prestation. Parce que je laisse les gens prendre le temps. Prendre le temps de me découvrir, de me parler, de me poser des questions. Je ne souhaite pas les agresser.

Le fait d’avoir viré la dimension commerciale dans mes mails me fait aussi beaucoup de bien. Je retrouve mes mots, et l’envie d’écrire. Alors, le fait de communiquer de façon plus soutenue me fait perdre des abonnés.

Pas grave ! Il faut aussi savoir laisser partir les gens qui ne sentent plus concernés ou qui sont à saturation. En revanche, ceux qui restent, ceux qui lisent, ceux qui arrivent, ça vaut le coup de focaliser dessus.

Quelle est la bonne méthode ?

En réalité, il n’en existe qu’une seule une unique : celle qui fonctionne pour vous, celle qui est en phase avec votre caractère, avec vos valeurs, avec vos envies.

Hé oui, cela va vous demander du boulot, c’est vrai. Chaque entrepreneur doit au moins connaitre les bases du marketing, de la communication, du référencement naturel, du blogging. Nous sommes d’accord.

C’est un peu comme une bagnole. Vous apprenez à conduire. C’est indispensable. Seulement, apprendre à conduire ne va pas cous dire là où vous souhaitez aller et par quel chemin.

C’est l’été, vous pouvez choisir de vous embourber dans les bouchons sur l’autoroute, ou vous pouvez décider de passer par un autre itinéraire et découvrir d’autres paysages, d’autres routes.

Hé bien avec les réseaux sociaux, c’est la même. Vous pouvez continuer d’être exclusivement sur les grands axes et vous emmerder, ou bien vous pouvez tenter d’autres expériences et voir ce qu’il en ressort.

Pour ma part, je vais tenter l’expérience Telegram. Il ne se passera peut-être rien du tout. Mais au moins, j’aurai tenté, et ça, c’est parfaitement en phase avec mes valeurs.

Envie de réagir !

Une réflexion, un désaccord avec l'article, un point à ajouter, bref, quelque chose à dire ? Rejoins nous sur l'app Telegram (téléchargement gratuit)!
GO !

Partager cet article

Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Facebook

Stéphane a été exceptionnel pour moi! il m'a re-motivé et aidé à surmonter une période difficile pour mon projet. Vraiment un très grand merci à lui pour son soutien. Plus qu'un mentor mais une belle rencontre personnelle!

Yulia Avatar
Yulia

Les Humains

Rejoignez René CLiquez ici pour en savoir plus

Inscription validée !

Merci ! Dans quelques instants, vous allez recevoir un mail pour confirmer votre demande.

Ouvrez ce mail et cliquez sur le lien de confirmation pour recevoir votre vidéo.