Devenir entrepreneur

Table des matières

Devenir entrepreneur

ÊTRE ENTREPRENEUR FAIT DÉSORMAIS RÊVER. ET VOUS, COMMENT ALLEZ VOUS FAIRE VOTRE PLACE DANS CET UNIVERS ?

Avec l’avènement de l’auto-entreprise à la fin des années 2000, devenir entrepreneur est devenu beaucoup plus facile. En tout cas, d’un point de juridique, créer une entreprise est désormais très simple. Seulement, un projet ou un statut sont une chose, être entrepreneur en est également une autre. Alors, que faut-il pour devenir entrepreneur ?

Devenir entrepreneur, plus qu'un statut ou une formation, c'est une volonté et un état d'esprit

J’ai un statut, je suis entrepreneur

Techniquement, rien n’est plus vrai. Le fait de créer votre entreprise et d’obtenir votre siret fait légalement de vous un entrepreneur. Pour autant, sans manquer de respect à quiconque, à ce stade, avoir un numéro ne dit rien de l’entrepreneur et certainement pas sa capacité à créer et pérenniser un projet entrepreneurial.

Avoir une idée d’entreprise, c’est bien. Accéder au régime de l’auto-entreprise, c’est bien. Nonobstant, tout reste à faire, tout est à construire.

Les chiffres la crÉation d’entrepriseS en France

En 2019, 815 300 entreprises se sont créées en France, dans le même temps, 52.000 entreprises disparaissaient dans la même année. En 2020, avec le COVID, les faillites risquent de crever le plafond. En gros, 30% des entreprises mettent la clé sous la porte après 3 ans d’existence.

Voilà pour les chiffres, et comme toujours avec les chiffres, chacun les lira bien le sens qui lui convient le mieux.

Aujourd’hui, les particuliers peuvent donc se lancer dans les affaires et ainsi créer un business. Nous avons des personnes qui font le grand saut en abandonnant leur poste de salarié, ceux qui ont un « side project » (monter une entreprise en conservant un emploi) et puis nous avons les étudiants qui se lancent soit durant les études soit dans la foulée de celles-ci.

Les gains du micro-entrepreneur

L’auto-entreprise est devenue la micro-entreprise depuis quelques années. IL n’en demeure pas moins une vérité qui fait frémir. En 2017 (étude INSEE 2019), un micro entrepreneur gagne (peut-on parler de gagner ??) moins de 500€ par mois. Pour l’entrepreneur en mode side project, c’est correct, mais pas assez pour tout lâcher et se lancer.

Pour celui dont c’est l’activité principale, c’est clairement la catastrophe. Seulement, une fois encore, les chiffres ne disant pas tout. Si vous prenez cette somme de façon brute, en dehors de tout contexte, elle fait de la peine. Vivre avec 500 balles, c’est mort.

Avec une revenus moyen mensuel de 470€, l'indépendance financière de l'entrepreneur reste un mythe

En revanche, si c’est un revenu d’appoint ? Imaginons un couple dont l’un des deux est salarié avec un bon salaire (au-delà de 3000€ par mois). Ce couple peut très bien vivre. Et ces 500 euros supplémentaires deviennent alors un bonus. Alors, comme toujours, prenons du recul sur les chiffres.

Il y a tout de même une forme de vérité qui émane de ces derniers chiffres. Si vous souhaitez entreprendre pour l’indépendance financière, vous allez devoir cravacher ! Et là, ce sont les gourous 2.0 qui en prennent un coup dans le casque avec leurs histoires fabuleuses et leurs chiffres sortis dont ne sait où.

Parce que les chiffres de l’Insee, c’est quand même un peu plus sérieux que l’ami machin qui nous raconte de belles histoires avec sa méthode infaillible.

Ah certes, il existe des gens qui vivent très bien de leur entreprise, et par bonheur, j’en fais partie. Seulement, pour accéder à ce niveau, il faut se bouger. Et se bouger sérieusement.

Devenir et Être entrepreneur

Nous venons d’en parler. Devenir entrepreneur est une chose. C’est un statut juridique auquel n’importe qui peut accéder. Est-ce que cela fait l’entrepreneur ? Je dirais que non.

Il est un vieil adage issu de la sagesse populaire qui affirme que l’habit ne fait pas le moine. Hé bien dans le cas présent, le statut ne fait pas l’entrepreneur.

De par mes activités, je discute chaque jour avec de nouveaux entrepreneurs, de n’importe quelle tranche d’âge, avec des projets très variés.

Je peux déjà presque affirmer que ceux qui ont besoin qu’on leur dise exactement quoi, comment et quand agir, ceux-là n’ont pas, à mon sens l’âme de l’entrepreneur.

Entrepreneur, c’est agir, prendre des décisions, c’est créer sa ligne, suivre sa direction, être capable de créer son activité, de planifier ses journées de travail, c’est avoir des idées et agir pour les réaliser. Suivre un plan prédéfini ne fait pas l’entrepreneur.

Suivre un plan donné par un tiers, c’est une forme d’apprentissage scolaire, une forme de salariat, c’est exécuter ce que l’on nous dit de faire.

Et je n’ai absolument aucun problème avec la scolarité ou le salariat. Seulement ici, je ne vois en rien une quelconque liberté. C’est une vision plus philosophique qu’autre chose, j’en conviens.

C’est quoi un entrepreneur

Nous allons toucher ici à la question de la méthode. Si suivre une méthode est utile, cela ne suffit pas. Pour progresser, pour franchir un cap, il faut analyser la méthode, la comprendre, comprendre pour les actions se font dans tel ordre, découvrir si l’on peut modifier cet ordre, ajouter ou soustraire des étapes, en quelques mots : digérer la méthode, la faire sienne.

Beaucoup de gens pensent qu’une bonne méthode suffit à donner vie à une activité, qu’obtenir le statut suffit à faire le professionnel. Et c’est une approche qui leur est fatale.

Une activité ne peut être considérée comme telle qu’à partir du moment où celle-ci génère des clients. Au début, les clients arrivent au coup par coup, et peu à peu, si l’entrepreneur fait bien son job, ceux-ci arriveront de façon plus régulière rendant l’activité pérenne.

Pour franchir la marche, les gens devraient arriver à comprendre ceci :

  • Un diplôme est utile, mais il ne suffit pas.
  • Une bonne idée est utile, mais elle ne suffit pas
  • Les formations sont utiles, mais elles ne suffisent pas
  • Un business plan est utile, mais il ne suffit pas
  • Les compétences sont utiles, mais ne suffisent pas
  • Les conseils sont utiles, mais ne suffisent pas.
Pour devenir entrepreneur, formez votre esprit à agir et penser par lui même, sortez des sentiers battus et des méthodes magiques.

Alors de quoi les gens ont-ils besoin pour devenir entrepreneurs ?

Un entrepreneur est un être humain. Il a besoin de croire en lui, en ce qu’il fait. Cette croyance doit être ancrée en lui, et non lui venir de l’extérieur. C’est ce que l’on appelle une croyance intrinsèque.

Bien sûr, nous avons toutes et tous besoin d’inspiration, besoin de nourrir notre imaginaire et notre créativité en observant ce que font les autres, c’est indéniable.

Nous avons besoin d’avoir un regard « actif ». Regarder, écouter, en essayant de comprendre, déchiffrer, décortiquer, pour mieux saisir ce « petit truc » que nous allons « chiper », et utiliser à notre propre sauce.

Ce n’est ni voler ni copier, c’est réinventer, innover, s’approprier. Alors que nous devenons entrepreneurs, nous avons toutes et tous besoin de nous entourer de personnes pour qui nous avons du respect, de l’admiration, ou les deux.

Des amis, des entrepreneurs avec qui échanger des idées, des points de vue pour nourrir notre propre expérience, pour mieux nous situer aussi, un mentor, cette personne qui nous inspire plus que d’autres.

Nous avons besoin de lire les expériences d’autres qui sont plus avancés que nous sur le chemin, pour nous éclairer, nous présenter les diverses voies qui s’offrent à nous.

En cela, internet est un puissant outil, une véritable boussole, pour qui sait l’utiliser, et ce plus encore alors que nous passons le plus clair de notre temps à travailler à domicile. Ce qui rend le contact physique plus rare.

Le plus gros souci des l’entrepreneur qui débute

L’entrepreneur a besoin d’une formation. Et plus j’avance, plus je suis persuadé que cette formation est avant tout sprituelle (pas ésotérique) et intellectuelle, personnelle, et non technique. Je m’explique.

Quel est le problème numéro un, loin devant les autres, chez les nouveaux entrepreneurs ? Le manque de confiance. Un entrepreneur peut apprendre à utiliser Facebook Ads comme un pro. S’il n’a pas confiance en lui, le message qu’il délivrera sera tout sauf bon et engageant.

Le déficit de confiance est ce qui mine l'entrepreneur. La confiance c'est le développement personnel, cela s'apprend.

La formation de l’entrepreneur, selon moi, doit avant tout porter sur le développement personnel de l’humain qui souhaite se lancer. Car même s’il échoue dans son entreprise par la suite, il aura appris énormément sur lui, et ce savoir lui sera utile tout au long de sa vie, et professionnelle, et personnelle. C’est un cadeau précieux.

Et c’est ici, à mon avis, que les méthodes que l’on trouve sur internet posent leurs limites. Pour accompagner un entrepreneur, il est donc primordial de prendre en compte son contexte, son environnement, et ce qu’il est. Cela demande de l’écoute et du temps.

Raison pour laquelle je crois très peu à la méthode magique et à la déclaration « si je l’ai fait, vous pouvez le faire ». Car l’Histoire tout entière démontre le contraire. S’il n’y a eu qu’un seul Léonard de Vinci, c’est bien pour une raison. S’il n’exista qu’un seul Steve Jobs, c’est bien pour une raison.

La réussite est une myriade de petites choses, de petits instants, de petites et de grandes décisions. Et pour créer tout cela, il faut d’abord que ces choses vivent dans la personne elle-même.

Copier, ou s’inventer ?

Aussi, utiliser ces références célèbres comme point de repère pour une autre aventure représente là un risque certain. Cela ne doit servir pour ce que c’est : une information, une inspiration, une voie de réflexion. Et sans doute pas un guide sur votre propre chemin. 

Steve Jobs visait l’excellence, en tout temps, cette excellence est-elle de recopier ce que ce l’on vous met sous les yeux, sans vous poser plus de questions ? Vous savez, inconsciemment, intimement, que c’est autre chose.

Vous savez, au fond de vous, que vous pouvez mieux faire. La question est de savoir comment. Pourquoi êtes-vous bloqué à ce niveau, et comment vous élever un cran au-dessus, puis un autre, et encore un autre.

Il existe tant de routes qui puissent vous conduire au succès, tant de chemins, qu’il serait restrictif de vouloir tous suivre le même, de vouloir uniformiser l’esprit d’entrepreneuriat qui anime chacun d’entre nous. Ce serait tuer la richesse même de nos échanges.

Créer des « usines à succès » ne revient en somme qu’à nous appauvrir intellectuellement. Nous avons besoin de nos différences, de nos échecs, pour mieux échanger, pour trouver ici et ailleurs des solutions nouvelles, des personnes ayant une vision différente qui enrichiront notre propre parcours.

S’inspirer de nos aînés

Nous devons tous avoir un profond respect pour nos ainés, pour celles et ceux ayant tracé des sillons du succès, pour celles et ceux ayant ouvert des voies nouvelles vers la réussite. Ils ont eu l’esprit d’entreprendre.

Nous devons nous en inspirer librement, nous devons nous inspirer dans notre volonté de nous élever à notre tour. Nous ne devons pas les copier, nous devons refuser d’être eux trait pour trait, nous avons l’obligation de nous libérer de leurs réussites pour mieux créer la nôtre.

Les succès de nos aînés ne doivent jamais être des freins à nos propres ambitions, aussi humbles ou folles soient-elles. Inspirez-vous des autres, en osant être vous. Ne les regardez pas en craignant quoi que ce soit…

Se trouver des excuses, dans les moyens financiers, dans le réseau, dans le parcours de vie, nous savons tous faire. Est-ce ainsi que l’on progresse ? La posture de la victime est-elle saine pour nos ambitions ?

Aimer nos Échecs, refuser la victimisation

Entreprendre avec un état d’esprit de victime nous laisse à la merci de tout et n’importe qui. Nous avons alors tellement besoin d’un sauveur, que nous sommes prêts à croire celui ou celle qui nous dira les mots que nous avons besoin d’entendre. Cette personne veut-elle vraiment notre bien ? Comment pouvons-nous en être certains ?

Entrer dans un moule, encore, c’est laisser nos rêves à l’entrée, nous départir de nos envies, par peur. La peur de ne pas savoir, la peur d’échouer. L’échec…

  • Souvenons-nous, de nos premiers pas. Combien d’échecs avant d’y parvenir ?
  • Souvenons-nous, de l’écriture. Combien de gribouillis avant un premier mot lisible ?
  • Souvenons de nos amours. Combien de « râteaux » avant ce premier vrai baiser ?

Nos parcours sont emplis d’échecs et de victoires. À chaque soir vient un matin, c’est inéluctable. À chaque échec vient un apprentissage, une occasion de grandir plus vite encore, d’être plus fort.

Passez du statut de salarié à entrepreneur ou d’étudiant à entreprendre, c’est un changement de vie profond.

Ce n’est pas uniquement un statut, une position sociale. C’est une façon de voir sa vie, une façon différente d’appréhender le monde qui est le sien et celui de ses clients.

Dans cet univers, l’échec survient si vous abandonné en route. Alors…

Chérissez vos erreurs, c’est le signe d’une prochaine victoire. C’est aussi cela devenir entrepreneur. Apprenez l’échec (et/ou l’erreur), pour mieux le refuser plus tard.

Envie de réagir !

Une réflexion, un désaccord avec l'article, un point à ajouter, bref, quelque chose à dire ? Rejoins nous sur l'app Telegram (téléchargement gratuit)!
GO !

Partager cet article

Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Facebook

J'ai le plaisir de pouvoir suivre régulièrement des interventions de Stéphane qui sont toujours sources d'inspirations, de réflexions et de pistes pour pouvoir avancer.En réel coach, il bouscule, interpelle avec beaucoup de bienveillance et de franchise. Il a l'art de transformer le jargon marketing en vocabulaire courant, concret et opérationnel. Une vraie personnalité et une personne à suivre pour pouvoir avancer dans ces projets. Je recommande à 200%

Déborah Avatar
Déborah

Les Humains

Rejoignez René CLiquez ici pour en savoir plus

Inscription validée !

Merci ! Dans quelques instants, vous allez recevoir un mail pour confirmer votre demande.

Ouvrez ce mail et cliquez sur le lien de confirmation pour recevoir votre vidéo.